Lait de vache : que lui reproche-t-on réellement ?

Depuis des centaines d’années, le lait de vache fait partie de l’alimentation quotidienne des Français. Pourtant, il est de plus en plus décrié. En cause, de nouvelles habitudes alimentaires telles que la consommation de laits végétaux mais aussi une remise en question de ses bienfaits. Alexandra Murcier, diététicienne-nutritionniste, lève le voile sur cet aliment qui fait débat.

Que reproche-t-on au lait de vache ?

Que reproche-t-on au lait de vache ?© Istock

Selon l’organisation Syndilait, 65% des français sont des consommateurs de lait.

Ils ont acheté environ 2,3 milliards de litres de lait conditionné en 2018, soit 79 % du lait liquide proposé sur le marché français. Des ventes qui sont en repli de -3,3 % en volume par rapport à 2017, notamment en raison du déclin du petit-déjeuner.

Pourtant, malgré l’attrait général pour cette boisson lactée depuis plusieurs années, celle-ci est fortement critiquée.

Selon Alexandra Murcier, diététicienne-nutritionniste, la raison de ce désamour est simple :

“Le premier argument c’est que le lait de vache, consommé en trop grande quantité, peut être néfaste pour le système cardiovasculaire, en raison de son taux important d’acides gras saturés. Ensuite, de nombreux adultes sont intolérants au lait de vache et ne le supportent plus.

Enfin, une consommation trop importante de lait de vache acidifie l’organisme, et la caséine (protéine présente dans le lait) qu’il contient, tout comme certains facteurs de croissance (molécules naturellement produites par l'homme et par certains animaux), sont soupçonnés d’augmenter l’incidence de certains cancers.”

Par ailleurs, “l’industrie laitière est très souvent décriée d’un point de vue éthique quant au traitement qu’elle inflige aux animaux”, ajoute l’experte.

La digestion du lait : entre intolérance et allergie

Pour digérer le lait, une enzyme est indispensable : la lactase.

Or, “la plupart des adultes perdent cette enzyme au fil du temps, c’est pour cette raison que le lait est bien digéré par les enfants mais pas forcément par les adultes.”, explique la diététicienne.

Ce problème de digestion est engendré par deux causes principales : l’intolérance au lactose, très courante, et l’allergie aux protéines de lait de vache, bien plus rare.

L’intolérance au lactose est un problème de digestion du sucre contenu dans le lait et ses produits dérivés. Elle provient d'un déficit de lactase. Le lactose, non transformé par la lactase, se retrouve au niveau de l’intestin où il fermente. Cela entraîne des symptômes digestifs inconfortables (ballonnements, douleurs abdominales, diarrhées…). Ils sont proportionnels à l’importance du déficit en lactase.

L’allergie aux protéines de lait de vache est une allergie à certaines protéines du lait de vache, comme la caséine. C’est la première allergie alimentaire à apparaître chez l’enfant et elle débute souvent chez le nourrisson dans ses premiers mois de vie.

Cette allergie peut se manifester par des réactions immédiates se produisant moins de deux heures après l’ingestion de lait de vache : crise d’urticaire, vomissements, douleurs abdominales, diarrhées accompagnées parfois de sang dans les selles.

De façon exceptionnelle, l’allergie aux protéines du lait de vache peut apparaître sous la forme d’un choc anaphylactique qui se manifeste par la survenue brutale d’un malaise avec pâleur, sueurs, associé à des œdèmes, une détresse respiratoire...

Dans le cas de cette allergie, le lait des autres espèces animales issu des ruminants est contre-indiqué. Il peut également y avoir une allergie croisée avec l’allergie aux protéines de jus de soja.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.