Si vous ne dormez pas assez, vous avez plus de risque d’accumuler de la graisse abdominale. Selon une nouvelle étude de la Mayo Clinic, publiée dans la revue Journal of the American College of Cardiology, le manque de sommeil, associé à un accès libre à la nourriture, augmente les probabilités de stocker des graisses à l’intérieur du ventre. Les chercheurs ont en effet mesuré une augmentation de 9% de la graisse abdominale et de 11% de celle viscérale chez les patients privés de sommeil.

Localisée au niveau de l'abdomen, la graisse située au niveau du ventrepeut être visible : c'est la fameuse “bedaine” située sous la peau. Cependant, il peut arriver qu’elle soit aussi invisible lorsqu’elle se loge à l'intérieur de l'abdomen, autour des intestins ou du foie. Cette graisse est la plus toxique, on l'appelle la graisse viscérale. Elle doit en effet être différenciée de la graisse dite sous-cutanée. “Normalement, la graisse se dépose préférentiellement en sous-cutané, ou sous la peau. Cependant, le sommeil insuffisant semble la rediriger vers le compartiment viscéral, plus dangereux”, explique Virend Somers, professeur de médecine cardiovasculaire et chercheur principal de l’étude.

Pour arriver à ces résultats, les scientifiques ont réparti 12 participants en deux groupes. Le premier (sommeil normal) pouvait dormir neuf heures par nuit, tandis que le deuxième avait un sommeil restreint. En ce qui concerne le second groupe, les candidats pouvaient dormir neuf heures par nuit durant les quatre premiers jours. Par la suite, ils ne dormaient plus que quatre heures. Trois mois plus tard, les rôles se sont inversés entre les deux groupes. Les chercheurs précisent en outre que tous les participants avaient un accès illimité à la nourriture pendant les deux sessions.

Graisse viscérale : 11% en plus chez ceux en manque de sommeil

En surveillant et en mesurant l’apport calorique, la dépense énergétique, le poids et la composition corporelle ainsi que la répartition des graisses (y compris la graisse viscérale) des participants à l’étude, les chercheurs ont constaté que les volontaires avaient consommé plus de 300 calories par jour pendant la période de restriction du sommeil. D’ailleurs, cette surconsommation de nourriture a été plus forte les premiers jours de la privation de sommeil, puis celle-ci a finalement diminué progressivement jusqu’à revenir à la normale. À savoir que les dépenses énergétiques sont restées les mêmes tout au long de l’étude.

Au total, à chaque session, les scientifiques ont mesuré une augmentation de 9% de la graisse abdominale et de 11% de celle viscérale chez les patients privés de sommeil. “L'accumulation de graisses viscérales n'a été détectée que par tomodensitométrie (un examen radiologique) et serait passée inaperçue autrement, d'autant plus que l'augmentation de poids était très modeste. D’environ un kilo seulement”, explique Naïma Covassin, l’une des autrices. “Si on ne mesurait que le poids, ce serait rassurant mais biaisé en ce qui concerne les conséquences du manque de sommeil sur la santé.”

Sommeil : la graisse s’accumule malgré les siestes

Par ailleurs, l’étude précise que rattraper ses nuits avec des siestes n’inverse pas la tendance. “(...) Bien que pendant le sommeil de récupération on ait observé une diminution de l’apport calorique et du poids, la graisse viscérale a continué à augmenter”, révèle Virend Somers, l’un des auteurs des travaux. “Cela suggère qu’un sommeil insuffisant est un déclencheur, jusqu’à lors non reconnu, du dépôt de graisse viscérale. Et le sommeil de rattrapage, du moins à court terme, n’inverse pas l’accumulation de graisses viscérale. À long terme, ces résultats indiquent que le manque de sommeil contribue à l’épidémie d’obésité et de maladies cardiovasculaires (...).”

Prise de poids et accumulation des graisses aussi chez les jeunes

Le phénomène concerne aussi les plus jeunes. “Nos résultats montrent que le manque de sommeil, même chez les personnes jeunes, en bonne santé et relativement maigres, est associé à une augmentation de l'apport calorique, à une très faible augmentation de poids et à une augmentation significative de l'accumulation de graisses à l'intérieur du ventre”, indique Virend Somers, l’un des auteurs de l’étude. Selon le docteur, un mode de vie sain, c’est-à-dire avoir une alimentation équilibrée et pratiquer une activité physique régulière, doit être envisagé pour les personnes qui souffrent de troubles du sommeil.

Sources

https://www.orthodiet.org/fr/le-manque-de-sommeil-augmente-la-graisse-abdominale-nocive

https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0735109722003102?via%3Dihub

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.