7 etapes pour se preparer a un sommeil reparateur

Saviez-vous que vous passez près d'un tiers de votre vie dans les bras de Morphée ? Mémoire, concentration, apprentissage, immunité, digestion, poids... il est parfaitement établi que le sommeil est crucial pour toutes ces fonctions biologiques. Pourtant, à l'heure actuelle, les Français manquent cruellement de sommeil. En 50 ans, nous aurions perdu 1h30 de sommeil par nuit, estime l'Inserm. En cause ? Notre course quotidienne contre la montre, notre hyperconnexion, notre mode de vie stressante ou encore notre alimentation.

Contrairement aux idées reçues, il ne suffit pas d'être fatigué pour bien dormir. L’hygiène de vie, les consommations (alcool, substances excitantes...), l’environnement immédiat (lumière, bruit…) peuvent influencer la capacité d’un individu à s’endormir. Après avoir interrogé le Dr Marc Rey, neurologue et Président de l'Institut National du Sommeil et de la Vigilance (INSV), Medisite vous propose 7 étapes pour vous préparer à dormir, propices à un sommeil réparateur. Faites défiler notre diaporama.

Les insomnies ont plusieurs facteurs déclenchants 

"Le sommeil représente la forme la plus aboutie du repos. Il permettrait ainsi à l’organisme de récupérer, que ce soit sur le plan physique ou mental. Dans ce processus, le sommeil lent jouerait un rôle particulier puisque les ondes lentes sont d’autant plus intenses et élevées que la quantité ou la qualité du sommeil ont été mauvaises la nuit précédente", nous apprend l'Inserm. 

De nombreuses études scientifiques nous permettent aujourd'hui d'affirmer qu'une mauvaise qualité de sommeil accentue le risque d’irritabilité, de symptômes dépressifs, mais aussi de prise de poids, d’hypertension ou d’infection.

Aujourd'hui, 16 % de la population française souffre d'insomnie chronique. "Il n’existe pas une, mais des insomnies : certaines sont ponctuelles, d’autres chroniques. Certaines sont caractérisées par des difficultés d’endormissement, d’autres par des réveils nocturnes ou par une sensation de sommeil non récupérateur", décrit l'Inserm.

Elles se distinguent également par la nature de leurs facteurs déclenchants : facteurs cognitifs ou somatiques internes, ou facteurs extérieurs perturbant le déclenchement ou le maintien du sommeil (hygiène de vie, lumière, utilisation tardive d’écrans ou pratique tardive du sport, prise de certains médicaments…).

> Téléchargez gratuitement le guide mutuelle senior 2022 ! En savoir plus >

Sources

Merci au Dr Marc Rey, neurologue et Président de l'Institut National du Sommeil et de la Vigilance (INSV)

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.