Sommaire

Le cancer du sein et les traitements qu’il entraîne sont une épreuve difficile dans la vie d’une femme. De nombreux effets collatéraux sont à gérer également. Les séances de kinésithérapie peuvent être d’un grand soutien, à la fois physique et psychologique, pendant et après la maladie pour aider les femmes à mieux supporter les effets secondaires des traitements, invalidants et douloureux.

En effet, des interventions comme la chirurgie du cancer du sein, la chimiothérapie, la radiothérapie et l’hormonothérapie, entraînent divers troubles que la rééducation peut corriger efficacement. Après une chirurgie d’un cancer du sein, la rééducation est une étape fondamentale et essentielle puisque 100 % des femmes sont concernées !

Cancer du sein : pourquoi la kinésithérapie est primordiale

Le kinésithérapeute peut non seulement aider à lutter contre les troubles lymphatiques (lymphœdème, lymphocèle), améliorer la mobilité de l'épaule en adoptant les bons gestes et les bonnes postures, mais aussi diminuer les douleurs aiguës comme par exemple celle des thromboses lymphatiques superficielles et favoriser la cicatrisation par des mobilisations tissulaires et des étirements spécifiques. La qualité de vie s’améliore de manière générale en allégeant les tensions dans la zone opérée, mais également dans le cou et le dos.

Ces séances sont donc primordiales, car elles assurent une prise en charge globale de la femme. En connaissant tout son parcours de soin et ses conséquences, le kinésithérapeute peut alterner entre le préventif, mais également le thérapeutique. Il ne faut pas traiter uniquement la zone opérée, mais le corps dans son ensemble. L’objectif recherché est de reprendre petit à petit une vie normale. Cette rééducation après la chirurgie s'accompagne d’une activité physique adaptée pour vous permettre de lutter contre la fatigue, les effets secondaires des traitements et diminuer le risque de récidive.

Quels exercices pour une rééducation après un cancer du sein ?

Des exercices spécifiques sont proposés lors des séances de rééducation après des traitements liés au cancer du sein. Ils permettent de retrouver la souplesse de l’épaule, tout en diminuant les douleurs liées aux cicatrices et aux gestes opératoires.

Exercices doux et auto-rééducation

Les exercices de rééducation doivent vous aider à mieux cicatriser pour vous permettre de retrouver autonomie et souplesse. Les premières semaines suivant l’opération, le kinésithérapeute effectue des exercices doux et évolutifs. Les exercices respiratoires permettent de mobiliser les zones opérées avec douceur. Pour assurer une bonne continuité, une partie des exercices montrés en séance doivent être reproduits quotidiennement à la maison (auto-rééducation).

Parmi les mouvements, certains visent à dégager les tensions au niveau du cou et des épaules. D’autres permettent d’améliorer la mobilité de l’épaule. Vous pouvez aussi effectuer des exercices de posture pour empêcher de s’enrouler sur la zone meurtrie. Ces gestes simples forment la première étape de la rééducation. Ensuite, votre kinésithérapeute vous apprend généralement des mouvements fonctionnels, qui vous aideront pour les principaux gestes de la vie quotidienne et des exercices globaux pour améliorer votre condition physique.

Massage des cicatrices

Le massage débute lorsqu’il n’y a plus de croutes, l’objectif étant d’avoir une cicatrice blanche, fine et non douloureuse. En effet, suite au geste opératoire la cicatrice peut devenir adhérente, se rétracter sur elle-même ou encore s'insérer ce qui peut provoquer une évolution esthétique et potentiellement des douleurs, mais également une gêne fonctionnelle. Le kinésithérapeute a recours à des massages, des étirements passifs et dynamiques visant à assouplir les tissus et améliorer la qualité de la peau.

Comment se déroule la rééducation en fonction de votre situation ?

La prise en charge n’est pas la même si vous souffrez de troubles posturaux, d’une douleur à l’épaule, d’un lymphœdème ou des conséquences de votre cicatrice. Le kinésithérapeute ajuste la rééducation à la puissance de la douleur, ainsi qu’à l’évolution de la situation.

Troubles posturaux et musculo-articulaires

Une rééducation spécifique est nécessaire pour les troubles posturaux et musculo-articulaires. Le premier objectif de ce travail est de corriger les mauvaises postures mises en place par les patientes pour atténuer leurs douleurs. Ces positions entraînent à terme un certain nombre de douleurs musculaires et de contractures. Elles consistent par exemple à enrouler et hausser l’épaule, ou à plaquer le bras au corps. L’objectif des séances de kinésithérapie est d’estimer et traiter les douleurs post-opératoires, puis d’identifier et de corriger les postures qui posent problèmes.

Lymphœdème

Après une chirurgie du cancer du sein, il est possible de développer ce que l’on appelle un lymphœdème du membre supérieur et /ou du sein, c’est-à-dire un gonflement du bras et/ou du sein dû à une anomalie de circulation de la lymphe.

En effet, la chirurgie permet de retirer plusieurs ganglions lymphatiques irriguant la zone du sein. Cet acte perturbe le drainage dans l’ensemble du membre supérieur et du sein, entraînant une compensation par les ganglions et vaisseaux restants. La principale technique utilisée par le kinésithérapeute pour le traitement du lymphœdème est le drainage lymphatique manuel.

Il s’agit d’une méthode de massage qui encourage la circulation de la lymphe, grâce à des manipulations douces et réitérées aidant le liquide à partir. Le kinésithérapeute vous guidera lorsque cela sera nécessaire dans la pose de bandages, de manchons de compressions ou toutes autres aides visant à comprimer cet œdème.

Épaule douloureuse et raide

Le geste opératoire sous l’aisselle (creux axillaire) et au niveau du sein entraîne une diminution de la mobilité de l'épaule. La position antalgique peut aggraver cet enraidissement. C’est pourquoi il est important que le kinésithérapeute vous accompagne dans la récupération de la souplesse de l'épaule pour éviter des complications comme la capsulite rétractile (inflammation de la capsule articulaire de l'épaule).

Les séances de kinésithérapie servent à diminuer la douleur et à gagner en mobilité de l'épaule par des massages décontracturants, des mobilisations spécifiques, des auto-mobilisations, des exercices actifs et des étirements doux et progressifs. Il faut veiller à ce qu’il n’y ait pas d’obstacles à cette mobilité en s’assurant que les tissus et notamment les cicatrices soient bien souples.

La mobilité de l'épaule est importante pour la fonctionnalité, mais également pour la radiothérapie, car le membre supérieur doit être placé au-dessus de la tête en rotation externe, coude fléchi, main vers le plafond. Continuer ses exercices au cours de la radiothérapie permet d’entretenir la souplesse de l'épaule.

Cancer du sein : où trouver un kinésithérapeute spécialisé ?

Le RKS, "Réseau des Kinés du Sein" regroupe des kinésithérapeutes formés dans la prise en charge des femmes opérées d’un cancer du sein. L’inscription sur le site www.reseaudeskinesdusein.fr permet à la patiente d’avoir accès à un annuaire de praticiens formés, d’avoir accès à un livret d’exercices post opératoires, et ainsi d’être assurée d’une prise en charge adaptée pour pouvoir poursuivre leur soin plus sereinement.

> Téléchargez gratuitement le guide mutuelle senior 2022 ! En savoir plus >

Sources

Merci à Eve Bieth, kinésithérapeute, membre "du réseau des kinés du sein"

mots-clés : Cancer
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.