Sommaire

Le sommeil occupe un tiers de notre vie. Cette fonction biologique essentielle pour notre organisme est indispensable pour récupérer nos forces physiques et psychiques, mais aussi nous permet de limiter nos dépenses énergétiques. Le sommeil possède également une fonction restauratrice et anabolique de l’organisme et participe au bon fonctionnement de notre système nerveux central en établissant et consolidant la connectivité neuronale. Enfin, le sommeil est essentiel pour le bon fonctionnement de notre système immunitaire. S’il n’est pas exceptionnel de ne pas pouvoir dormir pendant 24 heures, que se passe-t-il dans notre corps quand nous ne dormons pas pendant cette période ? La rédaction vous éclaire sur ce qu’il peut arriver à notre organisme pendant la privation de sommeil.

Sommeil : que se passe-t-il après 24 heures sans dormir ?

Courant pour certaines personnes, le manque de sommeil après 24 heures sans dormir peut engendrer certains problèmes, tels que :

  • Somnolence ;
  • Irritabilité ;
  • Colère ;
  • Risque accru de stress ;
  • Diminution de la vigilance ;
  • Concentration altérée ;
  • Brouillard cérébral ;
  • Fatigue ;
  • Tremblements ;
  • Coordination réduite ;
  • Risque accru d'erreurs ou d'accidents ;
  • Fringales ;
  • Yeux gonflés ;
  • Cernes.

A savoir, une privation de sommeil de 24 heures équivaut à un taux d'alcoolémie de 0,10 %.

Privation de sommeil : les conséquences après 48 heures

Après 48 heures sans dormir, les symptômes que l’on peut ressentir après 24 heures vont s’intensifier. Il est possible de faire des micro-sommeils d’une durée d’environ 30 secondes sans même que la personne s’en rende compte. De même, les fonctions cognitives du cerveau vont être altérées et vous pourrez ressentir des symptômes tels que :

  • Dysfonctionnement de la mémoire ;
  • Difficulté à apprendre de nouvelles informations ;
  • Changements de comportement ;
  • Prise de décision altérée ;
  • Difficulté à traiter les signaux sociaux ;
  • Temps de réaction lent ;
  • Augmentation des erreurs.

Certains symptômes physiques peuvent aussi faire leur apparition, il s’agit de :

  • Augmentation de l'appétit ;
  • Augmentation de l'inflammation ;
  • Fonction immunitaire altérée ;
  • Fatigue extrême.

36 heures sans dormir : des symptômes de privation extrêmes

Après autant de privation de sommeil, les symptômes évoqués plus haut vont être de plus en plus présents. De même, il n’est pas rare d’avoir des hallucinations après 36 heures sans sommeil. D’autres signes peuvent apparaître, tels que :

  • Dépersonnalisation ;
  • Anxiété ;
  • Niveaux de stress accrus ;
  • Irritabilité accrue ;
  • Fatigue extrême.

Les symptômes après 72 heures sans sommeil

Micro-sommeils de plus en plus fréquents et de plus en plus longs, hallucinations… Ces signes de privation extrême de sommeil vont s’aggraver après 3 jours sans dormir. D’autres symptômes font leur apparition :

  • Illusion ;
  • Délires ;
  • Pensée désordonnée ;
  • Dépersonnalisation.

Psychose de privation de sommeil après 4 jours sans dormir

Privée de sommeil pendant 4 jours, la personne va avoir de nombreuses hallucinations et ne pourra plus faire la différence entre la réalité et la fiction. Incapable d'interpréter la réalité, la personne ressent alors ce qu’on appelle une psychose de privation de sommeil.

Comment rattraper sa dette de sommeil ?

Il vous faudra 4 jours pour récupérer une heure de privation de sommeil. Autant dire que si vous ne dormez pas pendant 24, 48 ou même 72 heures, vous mettrez plusieurs jours à vous remettre sur pied. À ce sujet, une étude polonaise publiée en septembre 2021 a étudié les temps de récupération après une privation de sommeil dix jours. Les chercheurs ont étudié les comportements de plusieurs adultes en bonne santé ayant subi dix jours de restriction de sommeil volontaire (30% de réduction par rapport au besoin de sommeil individuel), suivis de sept jours de récupération de sommeil sans restriction. Résultat, après sept jours de récupération, les participants n'avaient toujours pas réussi à retrouver leurs performances d'avant la restriction de sommeil. Les résultats indiquent qu'une semaine de récupération après des périodes prolongées de restriction du sommeil est donc insuffisante pour récupérer complètement. En pratique, seuls les temps de réactions des participants à l'étude avaient retrouvé un niveau normal. Ne pensez donc pas que vous allez récupérer de votre semaine durant le week-end.

En effet, mieux vaut y aller étape par étape et commencer par se coucher une heure plus tôt chaque soir. En cas d’importante dette de sommeil, certains comportements sont à risque comme le fait de prendre le volant. En cas de sommeil fortement perturbé, il est conseillé de prendre rendez-vous chez votre médecin généraliste afin d’identifier le/les problèmes et de trouver des solutions adaptées à votre situation.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

https://www.healthline.com/health/sleep-deprivation/sleep-deprivation-stages

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.