Ver solitaire : les aliments les plus à risque
Sommaire

Attention aux sushis, trop souvent mal conservés !

Attention aux sushis, trop souvent mal conservés !© Istock

On trouve aussi le parasite dans les sushis, même si ce n’est pas exactement le même ver, alerte le nutritionniste. S’il convient de bien cuire la viande pour éviter le développement du ténia, il en sera autrement pour le poisson cru. "Il faut, dans ce cas, le détruire par la congélation. Les bons restaurants de sushis, s’ils sont fiables, vont toujours congeler le poisson", explique-t-il. Il n’y aura alors aucun risque.

En effet, une loi européenne datant de 2004 impose aux restaurateurs une congélation du poisson cru à -20 degrés pendant 24 h ou à -35 degrés pendant 15h minimum, afin d’éliminer tout risque d’intoxication. Malheureusement, de nombreux restaurants semblent déroger à la règle. Les médecins du CHU de Rennes ont d’ailleurs confirmé que les patients victimes du ver solitaire étaient tous consommateurs de sushis et clients de restaurants japonais.

Le ténia du poisson évolue dans l’eau et donne naissance à des larves qui nagent librement, avant d’être ingérées par des microcrustacés. "Ces derniers sont ensuite ingérés par des poissons, dans lesquels les larves deviennent infestantes", détaille le laboratoire pharmaceutique MSD.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

Merci à Raphaël Gruman, nutritionniste et auteur de La méthode Gruman, éd. Quotidien Malin 

Nature et sources du téna saginata, rapport de l'ANSES

Laboratoire MSD

Comprendre les parasitoses intestinales, Assurance Maladie

La rédaction vous recommande sur Amazon :