Sommaire

"Les confusions de marrons d’Inde, qui poussent et tombent du marronnier, avec des châtaignes que l’on ramasse du châtaignier, sont fréquentes", met en garde l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation de l’environnement et du travail).

"En effet, même si on parle couramment de marrons, de marrons glacés ou encore de crème ou purée de marron, il s’agit en fait d’une variété de grosses châtaignes cultivées pour leur consommation".

Bien sûr, il n'y a pas de risque si vous les achetez en supermarché. Mais si vous les avez cueillis à l'automne et conservés dans des bocaux, vérifiez que vous avez ramassé le bon fruit.

Marrons : 130 cas d’intoxications annuelles !

Si les châtaignes sont comestibles, les marrons d’Inde s’avèrent toxiques et peuvent être dangereux pour la santé.

Une étude fournie par l’Anses sur les confusions des plantes recensées par les centres antipoison entre 2012 et 2018, enregistre près de 130 cas chaque année pour les marrons et châtaignes. Ils représentent 11 % des confusions, toutes saisons confondues et sont les plus fréquentes après les confusions de plantes à bulbes (12 % des confusions).

Il est essentiel de bien se renseigner avant la cueillette : les confusions de plantes comestibles avec des plantes toxiques peuvent être fatales. L’Anses et le réseau des Centres antipoison ont donc réalisé l’étude afin de qualifier l’importance de ce problème et d’identifier les plantes le plus souvent en cause.

Ingestion de marrons : les risques

Consommer des marrons d’Inde peut entraîner des troubles digestifs. L’Anses nous décrit des douleurs abdominales, nausées, vomissements, mais aussi des irritations de la gorge. Aucun décès n’est constaté pour l’Anses suites aux cas de confusions entre les marrons d’Inde et les châtaigne s. Néanmoins, parmi les 129 cas de confusion recensés, 80 personnes ont enduré les effets indésirables de l’intoxication.

"Certaines personnes sont plus sensibles que d’autres, nous précise l'agence de santé. Plusieurs personnes peuvent consommer un aliment intoxiqué, tous ne développeront pas pour autant les symptômes".

Un homme de 78 ans décédé pour avoir confondu deux plantes

D’autres plantes sont susceptibles d’être confondues lors des balades et randonnées. Si les plantes à bulbes et les marrons sont les plus fréquemment impliqués, l’Anses recense une vingtaine d’espèces à l’origine d’intoxication (dont les courges, colchiques, chèvrefeuilles, muguets, fraise des Indes ou encore Belladone..).

Si en principe, les symptômes sont bénins, un homme de 78 ans avait perdu la vie en 2018, pour avoir consommé des feuilles d’aconit napel (plante très toxique), pensant avaler des feuilles de couscouil au cours d’une randonnée dans les Pyrénées-Orientales.

Le randonneur a présenté, dans l’heure suivante, des troubles digestifs, troubles de la sensibilité (fourmillement) et des troubles du rythme cardiaque. Ces derniers ont provoqué un choc cardiogénique (défaillance de la pompe cardiaque) et ont conduit au décès du patient.

Graphique : les plantes ramassées qui causent le plus d'intoxications

Graphique : les plantes ramassées qui causent le plus d'intoxications© Service de presse

©Anses

Châtaigne ou marron : comment les distinguer ?

Pour reconnaître la châtaigne, il suffit d’observer sa forme et la capsule qui la renferme. "Celle des châtaignes, appelée bogue, est brune, hérissée de nombreux et longs piquants, et contient 2 à 3 châtaignes, plutôt petites, aplaties et triangulaires, décrit l’Anses. Celle des marrons d’Inde est épaisse, verte et pourvue de petits pics espacés et courts, et contient généralement un seul marron, plus gros et arrondi".

Pour distinguer, ces deux plantes, il est aussi recommandé de déterminer où sont plantés les arbres et comment se présentent leurs feuilles. Les marronniers se trouvent dans les villes, les parcs, les allées et les cours d’école. Quant aux châtaigniers, ils se situent en principe dans les bois, les forêts et vergers.

"Les feuilles du châtaignier sont simples, folioles et allongées"

"Les feuilles du marronnier sont composées chacune de plusieurs petites feuilles de forme ovale qui donnent à l’ensemble de la feuille un aspect palmé, détaille l’Anses. Alors que les feuilles du châtaignier sont simples, folioles et allongées". La photographie ci-dessus vous montre à quoi ressemble les marrons d'Inde et leurs feuilles - autrement dit, ceux qu'il ne faut pas déguster.

En outre, au moment de la mise en bouche, vous sentirez un goût amer si vous vous êtes trompé et avez consommé un marron. À ce stade, il est recommandé de le recracher et de veiller à ce que les personnes qui vous accompagnent n’en consomment pas.

Que faire en cas d'empoisonnement alimentaire ?

Si vous présentez les signes d'intoxication décrits précédemment, appelez un centre antipoison ou contactez votre médecin traitant. En cas d'urgence médicale (douleurs violentes, vomissements répétés, perte de connaissance...), il faut évidemment appeler le 15 ou le 112.

L'Anses conseille également de conserver les restes du repas, ou une photographie de la récolte, ce qui permettra à l'équipe médicale d'identifier le produit à l'origine de l'empoisonnement.

Centres antipoison : les numéros à connaître

  • Angers : 02 41 48 21 21
  • Bordeaux : 05 56 96 40 80
  • Lille : 08 00 59 59 59
  • Lyon : 04 72 11 69 11
  • Marseille : 04 91 75 25 25
  • Nancy : 03 83 22 50 50
  • Paris : 01 40 05 48 48
  • Toulouse : 05 61 77 74 47

> Comparez les mutuelles et augmentez le nombre de séances avec un nutritionniste !

Sources

Marrons d'Inde et châtaignes : ne pas les confondre pour éviter les intoxications !, Anses, 15 octobre 2020. 

Confusion entre plantes comestibles et toxiques : gare aux ressemblances !, Anses, juin 2019

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.