Grand Est : des intoxications graves dues à la cueillette de plantes sauvages

Publié le 07 Juin 2019 par Emmanuelle Jung, journaliste santé
L’Agence régionale de santé Grand Est et le Centre Antipoison mettent en garde les promeneurs. Plusieurs intoxications graves sont survenues après la cueillette de plantes sauvages : l’ail des ours et le poireau sauvage ont tendance à être confondus avec le colchique.
Publicité

Grand Est : des intoxications graves dues à la cueillette de plantes sauvages

Promeneurs, soyez prudents ! Deux cas d’intoxications graves ont été recensés en région Grand Est récemment, par confusion du colchique avec l’ail des ours. "L’ingestion de colchique peut conduire à une intoxication grave voire mortelle, en fonction de la quantité de feuille ingérées et de la concentration très variable de colchicine présente dans la plante", alertent l’Agence régionale de santé Grand Est (ARS) et le Centre Antipoison et de Toxicovigilance Est dans un communiqué. Et pour cause, l’ail des ourse (allium ursinum) et le poireau sauvage (allium polyanthum) poussent dans le même sous-bois que le colchique (colchicum autumnale).

Publicité

Confondu fréquemment avec l’ail des ours, le colchique présente des feuilles à la forme elliptique et arrondie. En avril dernier, 20 cas d’exposition ont été rapportés au centre antipoison, principalement en Alsace et Rhône-Alpes. Les chiffres ont doublé par rapport à l’année précédente. C’est pourquoi l’ARS Grand Est tient à attirer l'attention du public sur les risques de la cueillette et de l’ingestion de plantes sauvages.

Publicité

En outre, associer le colchique avec certains médicaments courants peut accroître considérablement le risque toxique.

Comment faire la différence entre l’ail des ours et le colchique ?

L’ail des ours répand une odeur d’ail et présente des fleurs blanches en forme d’étoile, ainsi qu’un bulbe blanc, allongé. "Les feuilles sont simples, elliptiques et pointues. Chaque feuille prolonge une tige plus ou moins longue", décrit l’ARS. Quant aux feuilles du colchique, elles sont plus rigides. "Sans tige et à bout arrondi, elles semblent sortir directement du sol, détaille l’Agence. Le bulbe est rond et foncé. Les fleurs mauves n’apparaissent qu’en automne. Seules les feuilles sont visibles dès le printemps".

Publicité

Assurez-vous de bien connaître l’aspect de l’ail des ours au moment de la cueillette, et vérifiez son odeur. "Toute plante amère doit être rejetée", recommande l’ARS. Il s’agirait alors d’un colchique.

Intoxication : les premiers symptômes

Une intoxication alimentaire peut survenir après la consommation d’une plante toxique. Les symptômes vont survenir dans les 24 heures qui suivent l’ingestion. Le plus souvent, il va s’agir de maux de ventre, douleurs au niveau de l’estomac, nausées, vomissements, diarrhées et grande fatigue. Dans les cas les plus graves, le colchique peut provoquer un décès. Cette plante contient de la colchicine, substance très toxique qui peut s’avérer mortelle.

"En cas de doute sur l’identification de la plante après ingestion ou de symptômes digestifs survenus dans les heures suivant la consommation d’un plat, contactez rapidement un Centre Antipoison", met en garde l’ARS.

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X