Coronavirus : pourquoi la Suède n’est pas un si bon exemple

Tandis que la France entame sa septième semaine de confinement, la Suède continue à vivre normalement, et revendique une immunité collective bientôt atteinte. Pourtant, la stratégie de la Suède fait l’objet de nombreuses critiques, y compris au sein de la communauté scientifique. Pour mieux comprendre ce qui se passe sur place, nous avons interrogé Anya*, une doctorante en biologie expatriée dans le pays.
Sommaire

© Istock

Alors que la France est confinée depuis déjà six semaines, la population suédoise continue à se déplacer à son gré. Les crèches et les écoles sont ouvertes, les salariés vont au bureau et tout le monde se retrouve dans les bars pour boire un verre en fin de journée. Cela signifie-t-il que le coronavirus n’a jamais franchi les frontières du pays ? Que nenni ! Simplement, le gouvernement a, dès le départ, adopté la stratégie de l’immunité collective.

Cette théorie repose sur l’idée que si au moins 60 % de la population a contracté le virus, l’épidémie va finir par s’enrayer d’elle-même. Et selon la Folkhälsomyndigheten, l’agence de santé suédoise, le pays scandinave serait très proche d’y parvenir. Selon une modélisation réalisée par l’universitaire Tom Britton, elle estime que le pic de l’épidémie est déjà passé, et que jusqu’à la moitié de la capitale sera infectée début mai. Mais faut-il pour autant crier victoire ? Pas si vite…

Erreurs, retard dans les chiffres… les autorités sanitaires suédoises manquent de clarté

L’étude en elle-même est, d’une part, très controversée par la communauté scientifique. “Scientifiquement parlant, un modèle est mis au point pour prédire. Et donc pour expliquer ce qui pourrait se passer dans le futur. Or, les autorités sanitaires suédoises se sont basées sur un modèle pour expliquer ce qui s'est déjà passé, ça n’a aucun sens !”, déplore Anya*, doctorante en biologie expatriée en Suède.

“Pire encore, pendant la conférence de presse, des journalistes ont pointé des erreurs dans le modèle. Les portes-paroles des autorités sanitaires se sont alors justifiés en expliquant que c’était une faute dans le PowerPoint. Or, la même erreur a été pointée dans toute la modélisation. Celle-ci devait finalement être corrigée dans la nuit, mais dans les jours qui ont suivi, plus rien n’a été communiqué à ce sujet”, regrette la scientifique qui, au quotidien, travaille sur des moustiques qui véhiculent le virus de la dengue.

Rappelons également qu’à ce jour, rien ne prouve que l’immunité collective puisse un jour être atteinte… Puisque nous ignorons encore si un individu contaminé par le Covid-19 est bel est bien immunisé contre le virus ni, s’il l’est, pour combien de temps. “Il n'y a actuellement aucune preuve que les personnes qui se sont rétablies du Covid-19 et qui ont des anticorps sont protégées contre une deuxième infection”, a d’ailleurs indiqué l’OMS vendredi 24 avril.

Nombre de cas et de décès : les chiffres annoncés ne sont pas à jour

Par ailleurs, une enquête de Swedish Radio News révèle que les autorités sanitaires suédoises auraient sous-estimé le nombre quotidien de victimes du Covid-19 dans le pays. Anders Tegnell, l’épidémiologiste en chef de la Folkhälsomyndigheten, reconnaît lui-même que les chiffres rapportés lors du point presse quotidien sont quelque peu dépassés.

En effet, de nombreux décès ne sont pas signalés immédiatement, et des délais allant de quelques jours à plusieurs semaines ont été observés avant qu’ils soient effectivement pris en compte dans les statistiques. C’est ce retard - normal d’après l’épidémiologiste, beaucoup moins selon la communauté scientifique suédoise - qui aurait abouti à un bilan des victimes largement sous-estimé.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

Merci à Anya, doctorante en biologie Française, expatriée en Suède. 

"Immunity passports" in the context of COVID-19, OMS, 24 avril 2020. 

Public health agency underestimated daily number of corona deaths, Radio Sweden, 24 avril 2020. 

Anger in Sweden as elderly pay price for coronavirus strategy, The Guardian, 19 avril 2020. 

Sweden's coronavirus strategy: Is the older generation paying the price?, Euronews, 27 avril 2020.