Champagne, chocolat, fruit de mer : les marques à contourner pendant les fêtes de Noël

Alors que les fêtes de fin d’année approchent, 60 Millions de consommateurs a passé au crible un panel de produits. Chocolats, champagne, fruit de mer…Plusieurs marques ont été testées pour vous aider à faire votre choix. Voici celles qu’il vaudrait mieux éviter pour une bonne table de réveillon.

Noël arrive à grand pas ! Place au sapin et aux boules, mais surtout aux sempiternelles gourmandises de fin d’année. Pour vous aider à trouver votre bonheur, 60 Millions de consommateurs a décrypté une sélection de produits, qui ont la cote à Noël, au sein de son numéro paru aujourd’hui. Chocolats, champagnes, fruits de mer… Rien n’est laissé aux oubliettes.

Plusieurs marques ont été testées par un panel de consommateurs. Et d’après l’association, "notre goût est souvent formaté". Découvrez les produits que vous feriez mieux de contourner cette année. Votre réveillon n’en sera que meilleur et vos proches vous dirons merci !

Chocolat : gare au sucre et à l’huile de palme !

Le chocolat continu de faire des adeptes, et surtout en période de fête ! Noir, praliné ou parsemé de noisettes, le choix est vaste au supermarché. Lequel choisir ? Quels sont les plus sucrés ? Les plus riches en huile de palme ? On vous éclaire.

"La dégustation à l’aveugle du chocolat réserve des surprises, révèle 60 Millions de Consommateurs. Notre test réalisé sur 22 produits le démontre : ce ne sont pas les chocolats les plus raffinés qui remportent le plus de points".

Jeff de Bruges, Weiss, Leonidas et Suchard : jugés trop sucrés et trop gras

Diabétiques, attention ! Le goût trop sucré des chocolats était une critique récurrente des testeurs. "En particulier pour Leonidas, selon près de la moitié des goûteurs", explique 60 Millions de consommateurs.

"Les produits artisanaux, qui ont pourtant une image plus qualitative, arrivent en fin de palmarès". Les succès des chocolats industriels tiennent peut-être à la capacité des grandes marques à faire des enquêtes de satisfaction, selon l’association. Or, les artisans ne disposent pas toujours de ces moyens.

Parmi les chocolats pralinés, Ferrero (16,5/20) arrive en haut du panier. Il est apprécié par plus de 80 % des testeurs pour son goût praliné. "Arrivent ensuite Réauté (14,5/20), Jeff de Bruges (14/20) et Yves Thuriès (13,5/20). À la différence du chocolat noir, les chocolats pralinés ont moins plu – outre Ferrero- en particulier à cause des goûts jugés trop sucrés et trop gras, présente 60 Millions de consommateurs. Le goût praliné est assez décevant selon nos testeurs".

En effet, les scores sont assez bas. C’est le cas de Weiss qui obtient la note de 8/20. Le goût a largement déplu, semble-t-il. Quant à Suchard, s’il s’en sort avec un 12,5/20, ce n'est pas grâce à son goût. Les goûteurs le trouvent à la fois trop gras et trop sucré.

Lindt, Ferrero, Côte d’Or : ils contiennent de l’huile de palme

L’huile de palme est considérée comme néfaste pour la santé, car elle contient environ 50 % d’acide gras saturés (essentiellement de l’acide palmitique). Cette huile végétale est extraite par pression à chaud de la pulpe des fruits du palmier à huile, un arbre originaire d’Afrique tropicale.

Dans les chocolats pralinés, la proportion de graisse est relativement importante. En effet, l’huile de palme est présente dans six références testées. On en retrouve au sein des Ferrero, Lindt, Carrefour, Suchard, Côte d’Or et Monoprix.

"Ceci n’est pas rentré en compte dans la notation de nos jurés testant à l’aveugle, mais pour 'les choix de 60', nous ne pouvions pas mettre en avant un produit avec de l’huile de palme", avertit 60 Millions de consommateurs.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

Des fêtes réussies, les meilleurs choix, 60 Millions de consommateurs, 21 novembre 2019

Métaux en tant que contaminants dans les aliments, EFSA

Doctor warns women to drink less sparkling wine to avoid ‘prosecco smile’, The Independant, Août 2017