Sommaire

Tériparatide : un traitement d'exception

Tériparatide : un traitement d'exceptionDérivé de la parathormone, il stimule fortement la formation osseuse.

Pour qui : 'il est très efficace, mais aussi coûteux* et assez contraignant. C'est pourquoi il est réservé aux personnes présentant une ostéoporose sévère (au moins 2 fractures vertébrales)', explique le Pr Bernard Cortet.

Comment : il s'auto-injecte quotidiennement par voie sous-cutanée pour une durée max. de 2 ans (n’est remboursée que pour 18 mois). Un traitement en relais est ensuite prescrit, souvent par bisphosphonates.

Ce médicament diminue de 65% le risque de nouvelles fractures vertébrales et de 53% pour les autres fractures.

Effets secondaires :douleurs musculo-squelettique, céphalées, troubles digestifs.

Remboursement : 65% (sécu) + mutuelle

* par rapport aux autres traitements

Ranélade de strontium : pour prévenir les fractures du col du fémur

Ranélade de strontium : pour prévenir les fractures du col du fémurIl stimule la formation osseuse, tout en freinant la déminéralisation, et permet de prévenir les risques de tassement vertébral et de fracture du col du fémur.

Pour qui : Ce médicament a fait l’objet d’une réévaluation récente à l’échelon Européen ayant conclu au maintien d’un rapport bénéfice/risque satisfaisant. Il est néanmoins maintenant contre-indiqué en cas d’antécédents d’événements thrombo-emboliques veineux (phlébite) et en cas d‘alitement transitoire ou prolongé.

Comment : un sachet de poudre 1 fois par jour hors des repas pendant 5 ans. Une ostéodensitométrie est effectuée au terme du traitement qui peut être poursuivi si nécessaire. Il permet la réduction de 40% du risque de fracture vertébrale et de 15% celui des autres fractures.

Effets secondaires : troubles digestifs habituellement mineurs, discrète augmentation du risque de phlébite, très rares cas d’allergie (toute éruption nécessite son interruption).

Remboursement : La HAS a modifié depuis le début de cette année les conditions de son remboursement. Il n’est plus remboursé qu’en cas de contre-indication ou d’intolérance aux bisphosphonates. Il n’est plus non plus remboursé au-delà de 80 ans.

Bisphosphonates : sous plusieurs formes

Bisphosphonates : sous plusieurs formesIl en existe plusieurs. Mais tous réduisent la destruction osseuse et augmentent progressivement la résistance du tissu osseux. Ils sont à l’origine d’une diminution du risque de fractures vertébrale et non vertébrale.

Pour qui : conseillés en cas de risques* de tassement vertébral et de fracture du col du fémur
Comment : selon les traitements, 1 comprimé/semaine à jeun ou 1 fois/mois pendant 5 ans. Une ostéodensitométrie est effectué au terme du traitement qui peut être poursuivi si nécessaire. Ils diminuent de 50% le risque de fractures vertébrales.

La dernière nouveauté : l’acide zolédronique e zoledronate (Aclasta®) en perfusion 1 fois/an.

Effets secondaires : troubles digestifs (bisphosphonates per os) et buccaux (cas exceptionnels d’ostéonécroses de la mâchoire).

Remboursement : 65% (sécu) + mutuelle

* antécédents familiaux, ostéoporose avérée, traitement par cortisone, au moins 1 fracture après 45 ans

Raloxifene (SERM*) : contre le tassement vertébral

Raloxifene (SERM*) : contre le tassement vertébralIl a un effet protecteur vis-à-vis de la perte osseuse, et facilite la reminéralisation. 'Il diminue également le risque de cancer du sein', explique le Pr Bernard Cortet.

Pour qui : particulièrement efficace contre le risque de tassement vertébral, il est réservé en cas d'ostéoporose au niveau des vertèbres chez les femmes ménopausées de moins de 70 ans.

Comment : 1 comprimé/jour pendant 5 ans. Une ostéodensitométrie est effectuée au terme du traitement qui peut être poursuivi si nécessaire. Il diminue de 30 à 50% le risque de fracture vertébrale.

Effets secondaires : bouffées de chaleur, phlébites.

Remboursement : 65% (sécu) + mutuelle

* Modulateur sélectif de l'activation des récepteurs aux estrogènes

Le traitement hormonal substitutif : sur une courte durée

Le traitement hormonal substitutif : sur une courte duréeIl pallie le déficit en oestrogènes, principal responsable de l'ostéoporose. 'Il est efficace sur les bouffées de chaleur, le vieillissement de la peau et prévient toutes les fractures : fémur, vertèbres, poignet', explique le Pr Bernard Cortet.

Pour qui : depuis 2003, il n'est plus recommandé en 1ère intention. Il est limité aux femmes récemment ménopausées ayant des facteurs de risque d'ostéoporose mais sans antécédent de cancer du sein, de phlébite... 'Car il peut provoquer à long terme, au-delà de 5 ans,une augmentation discrète du risque de cancer du sein et des pathologies cardiovasculaires'.

Comment : sous différentes formes, orale, patchs, piqûre...

Remboursement : 65% (sécu) + mutuelle

La supplémentation vitamino-calcique

La supplémentation vitamino-calciqueLe calcium joue un rôle dans la formation de l'os et sa solidité. Idem pour la vitamine D qui permet de stimuler l'absorption intestinale du calcium.

Pour qui : pour les femmes ménopausées âgées et celles carencées en vitamine D.

Comment : 'Pour le calcium, on privilégie en 1ère intention la carte alimentaire : manger 3 produits laitiers/jour et boire une eau riche en calcium comme l'Hépar, Contrex, Courmayeur. Si cela ne suffit pas, on supplémente en calcium, de 500mg à 1g/jour. Pour la vitamine D, on peut prescrire de la vitamine sous forme d’ampoules, tout en conseillant une exposition au soleil quotidienne', explique le Pr Bernard Cortet.

Effets secondaires : troubles digestifs pour le calcium

Remboursement : 65% (sécu) + mutuelle

> Téléchargez gratuitement le guide mutuelle senior 2022 ! En savoir plus >

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.