Le tassement vertébral : quels sont ses symptômes, causes et traitements ?

Certifié par nos experts médicaux MedisiteDes douleurs chroniques dans le bas du dos vous empoisonnent la vie ? Et si c’était un tassement vertébral ? Ces fractures par compression touchent 50 000 personnes chaque année et sont majoritairement d’origine ostéoporotique. Traité à temps, le tassement vertébral est de bon pronostic, se consolidant en quelques semaines. On fait le point avec le neurochirurgien Antoine Kourilsky.

Définition : qu’est-ce que le tassement vertébral ?

Le tassement vertébral correspond à une fracture par compression au niveau des vertèbres entraînant une perte de hauteur de la colonne vertébrale. Elle peut être due à une fragilisation osseuse (résultant le plus souvent de l’ostéoporose) et/ou à un traumatisme. Chez les individus en bonne santé osseuse, une fracture vertébrale est rare et résulte d’un choc grave (chute d’une hauteur élevée, accident de voiture…).

Elle est souvent asymptomatique dans le cadre de l’ostéoporose. Elle entraîne au contraire souvent des douleurs aiguës lorsqu’elle est post-traumatique.

Les soins consistent à traiter la cause, à consolider la fracture et à soulager les douleurs. Si dans la majorité des cas, la fracture vertébrale est bénigne, elle peut constituer une urgence chirurgicale en cas d’atteinte de la moelle épinière.

Quelles vertèbres sont touchées ? 

La colonne vertébrale (ou rachis) constitue la base squelettique du tronc (allant de la base du crâne jusqu’au bassin). Elle comprend 24 vertèbres individualisées et 8 à 10 vertèbres soudées. La fracture vertébrale touche une ou plusieurs vertèbres individualisées, le plus souvent lombaires et thoraciques (plus rarement cervicales ou pelviennes). Les lésions peuvent concerner le corps, l’arc, les apophyses auriculaires et/ou les ligaments de la vertèbre. Elles touchent parfois aussi le disque intervertébral (partie de cartilage qui séparent et protège les vertèbres contre les chocs).

Un risque à craindre est l’instabilité de la fracture : des débris d’os glissant et pouvant ainsi toucher la moelle épinière compromettant le système nerveux.

Photo : tassement de la quatrième lombaire après une chute

Photo : tassement de la quatrième lombaire après une chute© Creative Commons

Crédit : James Heilman, MD — Travail personnel - © CC - Licence : https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/

Chiffres : quelle est la fréquence du tassement vertébral ?

En France, les tassements vertébraux touchent 50 000 personnes chaque année. D’origine ostéoporotique, ils concernent principalement les femmes ménopausées.

On estime qu’un tiers des femmes de plus de 80 ans a déjà eu un tassement vertébral. À l’inverse, les fractures causées par un traumatisme (qui restent rares) concernent majoritairement des hommes d’âge jeune (entre 15 et 30 ans).

Causes : qu’est-ce qui déclenche un tassement de vertébral ?

« La fracture vertébrale est liée à une trop grande pression mécanique (induite par le poids du corps) sur la colonne vertébrale, nous parlons de fracture par compression », explique le docteur Kourilsky. Elle peut être liée à :

  • Une décalcification osseuse : « C’est le cas le plus fréquent. Une ou plusieurs vertèbre(s) fragilisées se fracture(nt) en raison d’une trop grande pression biomécanique. Elle est le plus souvent liée à l’ostéoporose sévère mais peut aussi avoir d’autres causes telles que la maladie des os de verre, des métastases osseuses (secondaires à un cancer), ou la prise de corticoïdes ». La fracture survient spontanément (lorsque la ou les vertèbres ne peuvent plus supporter le poids du corps) ou se déclencher lors d’une chute ou d’un faux mouvement.
  • Un traumatisme : la fracture est alors liée à un choc grave chez des individus en bonne santé (chute d’une hauteur élevée, accident de voiture, blessure par balle…).

Quels sont les symptômes d’un tassement de vertèbres ?

Quel que soit l’origine de la fracture, on observe :

  • Des douleurs vertébrales  qui peuvent être légères à aiguës.
  • Une limitation de la mobilité  de la colonne vertébrale (une difficulté à se pencher, à se lever…)
  • Une sensation d’instabilité.
  • Une perte de hauteur : Elle peut aller jusqu’à 10 cm. « Elle est parfois accompagnée d’une cyphose (exagération de la convexité de la zone dorsale qui donne une impression de haut du dos arrondi) », explique notre spécialiste.

D’autres symptômes peuvent être associés au tassement vertébral : 

  • une gêne respiratoire,
  • un reflux gastro-œsophagien,
  • un dysfonctionnement et une perte musculaire (sarcopénie),
  • une altération de l’état général et de la qualité de vie liée aux douleurs.

Lorsque la fracture est uniquement d’origine ostéoporotique ou liée à une fragilisation osseuse : «  Dans ce cas les douleurs peuvent passer inaperçues ce qui retarde le diagnostic », explique le spécialiste.

Quels sont les facteurs de risque du tassement vertébral ?

Selon notre expert, « le risque de tassement vertébral est amplifié par l’âge, certains  cancers, la prise de corticoïdes mais aussi par des carences en calcium et en vitamine D ».

En outre, la pratique de sports de contorsions est contre-indiquée (certaines études ont démontré que le yoga exposait aux accidents vertébraux chez les seniors). Pour ce qui est de la fracture traumatique, la pratique de sports extrêmes ou les conduites à risques sont des facteurs de prédisposition.

Quelles sont les personnes à risque de tassement vertébral ?

Dans le cas des fractures liées à une fragilisation des os, les personnes exposées sont :

  • Les femmes ménopausées (le plus souvent après 50 ans) : une sur deux est atteinte d’ostéoporose par carence en œstrogènes.
  • Certains hommes et des sujets jeunes souffrant d’ostéoporose (en cas de forte composante génétique ou de dénutrition).
  • Les personnes traitées par  corticoïdes 
  • Les personnes atteintes  d’un cancer des os  ou présentant  des métastases osseuses.
  • Les personnes atteintes  d’ostéogenèse imparfaite  ou  maladie des os de verre.

Les fractures d’origine traumatique peuvent toucher toute personne et à tout âge en cas de chute ou d’accident grave.

Quelle est la durée d’un tassement vertébral ? 

« Le plus souvent une fracture vertébrale traitée se consolide en environ 6-8 semaines, mais ce délai peut s'allonger en fonction de l'état osseux du patient », explique le docteur Kourilsky, neurochirurgien. 

Tassement vertébral : qui et quand consulter ?

En cas de douleurs chroniques pouvant évoquer un tassement vertébral, il convient de consulter un médecin qui pourra prescrire des examens cliniques. Toutefois, si des douleurs vertébrales aiguës apparaissent (consécutives ou non à un choc), il est recommandé de se rendre aux urgences.

Quelles sont les complications du tassement vertébral ?

  • Les complications des fractures d’origine ostéoporotique : « Elles sont toujours stables et sans risque d’atteinte du système nerveux », rassure le praticien.  Toutefois, « une complication possible est l’affaissement du coin antéro-supérieur de la vertèbre. Il entraîne un déséquilibre, un penchement en avant du patient mais aussi une pression sur les autres vertèbres d’où un risque de nouvelles fractures (ou cascade fracturaire) », ajoute-t-il.
  • Les fractures d’origine traumatique graves avec atteinte de la moelle épinière sont rares. Elles peuvent être fatales si elle touche le haut du rachis cervical. Elles occasionnent souvent des complications :  des troubles de la sensibilité (démangeaisons, fourmillements) des paralysies graves (tétraplégie, paraplégie, paralysie par section médullaire).

Tassement vertébral : quels examens et analyses faire faire ?

Après un examen clinique, le diagnostic est confirmé par des examens d’imagerie médicale : une radiographieun scanner ou une IRM.

Quels sont les traitements contre le tassement vertébral ?

  • Le traitement de la cause du tassement vertébral 

Le traitement de la fracture vertébrale passe systématiquement par le traitement de sa cause. Par exemple, les métastases osseuses sont traitées avec des stéroïdes, des analgésiques, la chimiothérapie, des agents anti résorptions et la radiothérapie.

Lorsque la fracture est ostéoporotique : « une alimentation riche en calcium et vitamine D accompagnée ou non d’une supplémentation est généralement recommandée », explique le docteur Kourilsky. Un traitement médicamenteux de lutte contre l’ostéoporose est aussi administré (SERM, les biphosphonates, calcitonine … ).

  • Comment consolider la fracture ?

Selon le spécialiste : « Les lombalgies (douleurs chroniques en bas du dos) peuvent évoquer un tassement vertébral ancien. Il est alors possible de réaliser une cimentoplastie. Cette opération consiste à injecter un ciment (le polyméthacrylate de méthyle ou PMMA) afin de renforcer la vertèbre, de combler la fracture et d’offrir une hyperthermie (chaleur très importante) à même de neutraliser les fibres nerveuses lésées à l’origine des douleurs ».

Les douleurs aiguës évoquent, quant à elles, un tassement vertébral une fracture récente. Dans ce cas le traitement dépend de l’âge et de l’état de santé du patient : « Chez les sujets âgés et/ou dans un état clinique précaire, on pourra prescrire une immobilisation et le port d’un corset jusqu’à ce que la douleur passe ». À noter que si le patient ne tolère pas le corset ou préfère un soulagement rapide, il est possible de pratiquer une cimentoplastie.

Toutefois si le sujet est relativement jeune et en bonne santé : "nous pouvons pratiquer un traitement plus agressif à même de restaurer la taille de la vertèbre et à éviter de prochaines fractures : la kyphoplastie ou ciphoplastie par ballonnets. Ce traitement utilise aussi l'injection de ciment dans les tissus détruits."

Prévention : comment éviter un tassement vertébral ?

Une alimentation riche en calcium (tout particulièrement les fromages et les produits laitiers) et en vitamine D (beurre, foie, laitages et les poissons gras) est un moyen de prévention. Une supplémentation n’est pas systématique.

« Il est aussi important de sortir quotidiennement et suffisamment longtemps pour bénéficier des rayons du soleil (qui une source essentielle de vitamine D) », ajoute le praticien.  

Tassement vertébral : Peut-on faire du sport ?

Réponse du Docteur Kourilsky, neurochirurgien

« Si le sport intensif n’est pas recommandé, l'activité physique réglière est un élément important de la prévention du risque fracturaire chez les patients ostéoropotiques. En effet, l'os est un tissu vivant qui est en renouvellement permanent. Il est d'autant plus solide que ce dernier est soumis à des forces le mobilisant, c'est ce qu'on appelle l'ossification tertiaire. »

Sites d'informations et associations sur le tassement vertébral