Sommaire

L’alimentation, au-delà du besoin vital et naturel qu’elle assouvit, peut également s’associer à une véritable démarche de développement personnel. Ainsi, santé, mental et bien-être peuvent former le trio gagnant qui vous fera considérer vos aliments et ce qu’ils représentent d’une autre façon. Un détail dont le docteur Paule Nathan ne manque pas de rappeler l’importance, dans son livre « Donner du sens à son alimentation pour donner du sens à sa vie », publié aux éditions Odile Jacob.

La santé par l’alimentation en liant le corps et l’esprit

Pour la spécialiste en nutrition, il est important de manger, mais également de lier son esprit à la tâche. « Manger est un art, une création. On prépare son repas. On crée un écrin en dressant une table. On y met aussi de son esprit, de son âme de son passé, de sa culture, de ses émotions. Le repas est un rendez-vous avec soi. C’est une évidence, on ne peut le nier. Mais beaucoup n’en ont pas conscience », explique-t-elle.

Mais comment lier le corps et l’esprit, dans ces moments sacrés que représentent les repas ? Pour l’auteure, il est nécessaire de prendre ses marques, d’avancer pas à pas, de comprendre les fondamentaux de ce lien essentiel. Aussi, la spécialiste conseille tout d’abord de faire appel à sa propre volonté, et de la développer autant que faire se peut.

Pour s’offrir la santé par la nutrition, pour lier son corps avec son esprit, il faut le vouloir, il faut « vouloir cheminer vers une nouvelle connaissance de soi qui mène à trouver l’harmonie de liaison avec ce qui nous entoure », selon l’auteure. Parmi les autres conseils figure également le fait de marquer une pause avant le repas pour l’associer au lâcher-prise et à la libération des tensions, l’idée d’apprendre à apprivoiser le silence et à l’apprivoiser, de s’ouvrir aux sensations qu’offre le repas.

Pourquoi le calme est essentiel pendant le repas

Le Docteur Paule Nathan, médecin spécialiste en endocrinologie, nutrition, diabète et médecine du sport, a également tenu à mettre l’accent sur la nécessité et l’importance du calme durant le repas, pour la santé mais également pour l’esprit. « Ne parle-t-on pas de pause repas ? On se détache de l’activité précédant le repas pour se poser, se consacrer à soi et se nourrir. On change de rythme et d’activité », poursuit-elle.

En effet, l’état d’esprit durant le déjeuner serait indispensable au bien-être et à l’équilibre émotionnel. « Apprendre à se restaurer dans une ambiance détendue et calme est le premier pas vers un bon équilibre alimentaire, métabolique et pondéral », argumente la spécialiste diplômée de la faculté de médecine de Paris.

Le stress et son rôle sur l’appareil digestif

Si la plupart des méfaits prêtés au stress sont reconnus par le plus grand nombre, qu’en est-il de son influence sur le système digestif ? « Le stress perturbe la sécrétion salivaire et la salive participe à la bonne santé de l’épithélium digestif », explique le docteur Paule Nathan.

En abaissant l’excrétion de la salive, le stress perturbe également la production d’un certain enzyme digestif, qui influence alors la digestion des glucides présents dans l’alimentation. « Ainsi, un repas vite avalé, mal mastiqué, ne permet pas l’imprégnation salivaire des aliments. Comme les aliments ne sont pas prédigérés par les enzymes salivaires, ils sont mal broyés », selon l’auteure.

Le stress, et les émotions négatives qui y sont associées, exerce donc bel et bien une influence sur l’esprit mais également sur le corps au moment du repas.

Le stress et les intestins

La muqueuse intestinale, lorsqu’elle se trouve enflammée ou perturbée, entraîne une distension des jonctions de la paroi des intestins. Ces phénomènes n’arrivant pas seuls, causent alors une certaine porosité de l’appareil intestinal. On parle alors d’une hyperperméabilité intestinale, que l’on connaît également sous l’appellation du « syndrome de l’intestin qui fuit ».

La muqueuse intestinale joue le rôle de filtre au sein de l’organisme, et s’occupe de laisser passer les bons nutriments, tout en empêchant les composés considérés comme toxiques et les macromolécules de s’infiltrer dans la machine.

Mais quel lien avec le stress ? Selon le Dr. Paule Nathan, il « augmente aussi la perméabilité intestinale à l’origine d’une mauvaise acceptation de l’aliment et des réactions d’intolérance ou de troubles métaboliques».

Le stress et le système lymphatique

L’appétit, tout comme la faim et la régulation du poids corporel, sont dirigées par le cerveau et particulièrement par les systèmes nerveux sympathique et parasympathique. Ainsi, « un repas pris dans une bonne ambiance sera mieux digéré car il réprime le système sympathique qui avait été mobilisé par les mécanismes de la faim, on sent que notre tension intérieure se calme », partage la spécialiste en nutrition.

En clair, l’environnement dans lequel vous vous plongez au moment du repas, et l’état d’esprit dans lequel vous vous trouvez, ont une réelle et considérable influence sur la façon vous allez gérer votre appétit. « L’ambiance même du repas a une influence directe sur les réponses hormonales et métaboliques de l’organisme», conclut le Docteur Paule Nathan.

> Les biens rares des plus grands promoteurs sont sur Immo.planet !

mots-clés : repas, Calme, santé
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.