Sommaire

En 2020, 43 habitants de l’Ain ont souffert de méningites, de méningo-encéphalites et de symptômes grippaux. La cause ? Un fromage de chèvre au lait cru. En effet, toutes les personnes qui l’ont consommé ont, par la suite, été contaminées par le virus de l’encéphalite à tiques (TBEV).

Pour rappel, "l’encéphalite à tiques est due à un virus transmis à l’Homme par la piqûre d’une tique infectée", indique Santé publique France. Toutefois, ce foyer de contamination qui s’est créé dans l’Ain a fait l’affaire d’une investigation, notamment car, ce type de contamination est très rare en France. "Plusieurs laboratoires de l'Anses se sont donc mobilisés afin d'en comprendre les circonstances, d'améliorer la détection du virus dans les produits au lait cru et de prévenir ainsi les risques de contamination similaires", explique l’Anses dans son communiqué.

Le virus a été repéré dans un fromage de chèvre au lait cru

"En avril 2020, le premier confinement a favorisé la consommation de produits locaux", rappelle Gaëlle Gonzalez, chargée de projet à l’unité de virologie du laboratoire de santé animale de l’Anses. "Le fait que les cas soient groupés a facilité l’identification de l’origine de la contamination." Selon Santé publique France, c’est le 2 juin 2020 que la cause alimentaire de ces infections a été confirmée par le Centre national de référence des Arbovirus. "La présence de génome du virus TBE a été identifiée dans un fromage de chèvre du producteur concerné."

Une première en France, car généralement, on ne recense qu’une vingtaine de cas par an. "Essentiellement en Alsace et en Haute-Savoie, ou contractés à l’étranger, en rapport avec les activités de loisirs dans les zones boisées humides (campeurs, randonneurs, ramasseurs de champignons, chasseurs …)", révèle Santé publique France.

Des chèvres contaminées par des tiques porteuses du virus

Suite aux investigations des laboratoires, les experts ont découvert que les fromages concernés provenaient d’une seule exploitation. "Un quart des chèvres présentaient des anticorps contre le virus de l’encéphalite à tiques, ce qui indique qu’elles avaient été exposées au virus et que celui-ci était fortement présent dans la zone", signale l’Anses. "Le virus a été détecté dans le lait de trois d’entre elles. Sachant que le TBEV peut être excrété dans le lait jusqu’à 23 jours après l’infection, l es chèvres avaient été contaminées récemment."

"L’encéphalite à tiques ne cause pas de symptômes chez les animaux", explique Gaëlle Gonzalez.

Normalement présents en Alsace, en Lorraine, en Savoie ou encore en Haute-Savoie, ce type de contaminations a, pour la première fois, révélé la présence du virus de l’encéphalite à tiques dans l’Ain. Une tendance qui ne surprend pas les scientifiques. "L’aire de répartition du virus a tendance à s’étendre depuis l’est de l’Europe, mais sa présence peut passer inaperçue", indique l’Anses dans son communiqué.

Pour cause, "l’encéphalite à tiques ne cause pas de symptômes chez les animaux. Néanmoins, chez les humains, seuls 10 à 30 % des cas provoquent une méningite ou une encéphalite. Le reste du temps, les symptômes sont de type pseudo-grippal et passent donc inaperçus", explique Gaëlle Gonzalez, première auteure de l’article publié dans Frontiers in microbiology qui relaie les travaux scientifiques réalisés dans le cadre de l’enquête.

Encéphalite à tiques : comment prévenir les contaminations dans les produits au lait cru ?

Pour mieux identifier les facteurs qui peuvent provoquer ces contaminations, des études sont actuellement en cours au sein des laboratoires de l’Anses. Parmi elles, "il y en a une qui vise à comprendre l’effet du microbiote sur le risque de transmission", dévoile l’agence. "Elle va prendre en considération l’ensemble des microorganismes présents dans le système digestif des tiques, dans celui des animaux domestiques et dans le lait."

Par ailleurs, il semblerait que la pasteurisation du lait élimine le virus et qu’il ne survit pas dans les fromages qui ont un temps d’affinage de plusieurs mois. "Une thèse a débuté en 2021 pour déterminer l’incidence des étapes de fabrication du fromage au lait cru sur le virus", révèle l’Anses. "Ces connaissances supplémentaires devraient donc permettre de mettre en place plus de mesures de surveillance et de prévention adaptées."

> Les biens rares des plus grands promoteurs sont sur Immo.planet !

Sources

https://www.anses.fr/fr/encephalites-a-tiques-fromages-lait-cru

https://www.santepubliquefrance.fr/les-actualites/2020/foyer-de-cas-d-encephalite-a-tiques-lies-a-la-consommation-de-fromage-de-chevre-au-lait-cru-dans-l-ain.-point-au-19-juin-2020

https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/maladies-a-prevention-vaccinale/encephalite-a-tiques/la-maladie/#tabs

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.