Sommaire

S'autopalper la poitrine pour vérifier l’absence d’anomalies

Environ 60 000 femmes par an en France sont touchées par le cancer du sein, avec un taux de survie de 87 % à 5 ans qui augmente chaque année grâce aux progrès de la médecine, mais également grâce aux campagnes de dépistage. Dans les centres de santé, un programme de dépistage est organisé en France afin de permettre à toutes les femmes âgées de 50 à 74 ans d’accéder à une prise en charge en amont.

Une campagne de sensibilisation "Octobre Rose" est également prévue chaque année.
En effet, le dépistage précoce du cancer du sein a un impact élevé dans la réussite de sa prise en charge et dans la réduction des risques de récidives et de séquelles provoquées par le traitement.

Détecter au plus tôt les signes du cancer du sein

Seul un professionnel de santé pourra effectuer certaines actions de dépistage, comme un examen clinique des seins ou une mammographie. En revanche, l’autopalpation s’effectue simplement et rapidement, et peut être pratiqué par toutes les femmes. Bien qu’aucune étude scientifique n’ait démontré l’importance de l’autopalpation, un certain nombre de gynécologues et de médecins traitants le recommandent.

L’autopalpation du sein consiste à observer soi-même ses seins, afin de garantir de l’absence d’anomalies transitoires ou persistantes, et le cas échéant d’en informer son médecin traitant ou son gynécologue qui pourra confirmer ou infirmer cette anomalie.

Cet examen ne donnera pas lieu à un autodiagnostic et ne remplacera pas une visite médicale. Il ne s’agit pas de déterminer par soi-même si l’on souffre d’un cancer, mais de déceler précocement toute anomalie afin de se rendre précocement chez un professionnel de santé pour écarter l’éventualité d’un cancer du sein ou si cancer il y a, pour bénéficier d’une prise en charge efficace et mettre en œuvre un traitement précoce qui a de meilleures chances d’aboutir à une guérison. Il est également important de ne pas s’inquiéter outre mesure en cas de découverte d’une masse, d’une douleur ou d’une inflammation lors de l’autopalpation, car de nombreuses pathologies non cancéreuses peuvent être en cause.

Autopalpation du sein : apprendre à connaitre sa morphologie

Toutes les femmes peuvent effectuer l’autopalpation à leur domicile en quelques minutes seulement, car c’est un exercice facile à réaliser. Elle est encouragée pour apprendre à "connaitre sa glande mammaire" et conseillée entre deux examens de dépistage. En effet, tous les seins sont différents, certaines femmes pouvant avoir une poitrine naturellement asymétrique, des vergetures, des taches ou tout autre signe qui tant qu’ils ne changent pas, n’ont rien d’anormal.

Quand pratiquer l'autopalpation ?

Il convient de réaliser l’autopalpation chaque mois après la période de menstruations, c’est à cette période que les glandes mammaires sont les plus souples et ont ainsi leur taille et leur apparence habituelle ce qui facilite la palpation et la détection d’anomalies. "À la moindre modification, il faut alors consulter". Le gynécologue précise également "qu’il ne faut donc pas négliger cet examen annuel et pratiquer une mammographie à partir de 50 ans".

Découvrez quels sont les gestes à mettre en place pour réussir cet examen à la maison.

Le guide de l'autopalpation des seins

1- Debout, devant un miroir

Avant de procéder à l’autopalpation, il faut, dans un premier temps, examiner sa poitrine. La personne doit se mettre debout ou assise face à un miroir les bras le long du corps. L’autopalpation seule n’est pas suffisante, il faut également prendre en compte l’examen visuel qui reste très important à l’occasion du dépistage du cancer du sein. Ainsi, une inspection visuelle et fréquente permet de facilement remarquer tout changement anormal. La position de la femme est importante, car elle doit lui permettre de bien voir ses seins, les bras le long du corps et le dos droit, afin de lui permettre de repérer d’éventuelles asymétries inhabituelles.
Observez les deux seins et apportez une attention particulière à la couleur des mamelons, à la présence de rides cutanées, à la rétractation d’un mamelon ou d’une zone de la peau, à un changement d’aspect de la peau (comme de la peau d’orange) ou encore un écart de volume entre les deux seins qui ne s’y trouvaient pas avant.

2 - Levez le bras gauche

Il faut ensuite lever le bras gauche pour réaliser la palpation qui doit être effectuée doucement et soigneusement sur le sein gauche à l’aide de votre main droite.
Du bout des doigts, les professionnels de santé conseillent d’utiliser les trois doigts du milieu de la main (l’index, le majeur et l’annulaire), commencez par palper l’extérieur du sein en revenant vers l’intérieur à la recherche de masses, douleurs ou démangeaisons. La palpation s’effectue par des mouvements circulaires avec trois niveaux de pression : légère, modérée et appuyée.

3 - Veillez à contrôler tout le sein

Il ne faut pas oublier d’apporter une attention particulière en examinant la zone située entre le sein et l’aisselle, puis l’aisselle elle-même. Recherchez s’il n’y a pas la présence d’une grosseur ou tout durcissement anormal sous la peau.

4 - Terminez par le mamelon

Appuyez délicatement sur votre mamelon pour vous assurer qu’aucun écoulement ne se produise. Vérifiez qu’il ne soit pas douloureux, enflammé ou rétracté sur lui-même.
En cas d’écoulement, peu importe sa couleur ou sa nature (liquide purulent, sang, lait), il est nécessaire de consulter un professionnel de santé sans attendre.

5- Répétez l'auto-examen sur l’autre sein

Il faudra ensuite recommencer tout le process sur le sein droit, toujours sans omettre l’aisselle et la zone entre le sein et cette dernière.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/cancers/cancer-du-sein

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.