Sommaire

Selon la Fédération de Neurologie, près de 20 % de la population adulte souffre de migraine, avec une nette prédominance féminine (environ 3 femmes pour 1 homme). Pourtant, cette maladie chronique est encore mal connue et mal prise en charge, souligne l'association La Voix des Migraineux. À l’occasion du 1er sommet francophone de la Migraine prévu le 11 septembre, l’association entend mieux faire connaître la migraine, qui entrave le quotidien de 10,5 millions de Français.

La migraine est aujourd’hui classée par l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) comme la pathologie la plus invalidante chez les moins de 50 ans. Le côté imprévisible des crises entrave non seulement le bien-être, mais aussi la vie personnelle, sociale et professionnelle.

Migraine : les crises peuvent durer entre 4 et 72 heures

"La migraine appartient à la catégorie des céphalées qui englobent toutes les pathologies dont la principale caractéristique est le mal de tête. Il existe plus de 200 types de céphalées. C’est dire qu’avoir un simple mal de tête ne veut pas systématiquement dire qu’on souffre de migraine", clarifie La Voix des Migraineux.

Concrètement, la migraine se caractérise par un mal de tête pulsatile et récurrent se manifestant par des crises d’une durée de 4 à 72 heures. L’intensité peut être modérée ou sévère, et amplifiée par une activité physique de routine et une association avec des nausées et/ou une photophobie.

"Les chercheurs ont fait de gros progrès dans la compréhension de ce qui se passe dans le cerveau et dans le corps lors de la crise de migraine, explique l’association. Néanmoins, il reste encore beaucoup d’éléments qui n’ont pas encore d’explications tout à fait prouvées. La cause de la migraine est due à une excitabilité anormale du cerveau. Le cerveau réagit excessivement à un stimulus anodin. Il supporte difficilement les changements. Cette réaction anormale déclenche une cascade d’événements qui conduisent à la crise de migraine".

Il faut savoir que la migraine est en partie génétique. On retrouve dans la plupart des cas un ou plusieurs membres de la famille atteints de migraine.

5 problèmes qu’on endure en cas de migraine

La migraine chronique est réellement invalidante et "pénalise le patient dans tous les aspects de sa vie quotidienne tant les répits sont rares, voire inexistants pour les malades les plus atteints", ajoute La Voix des Migraineux.

Migraine : des difficultés au travail et en famille

Les conséquences dans la vie quotidienne sont nombreuses, selon l’association : pour 51 % des personnes, les migraines obligent à s’absenter du travail, pour 90 % des patients, cette maladie chronique implique des difficultés pour prendre soin des enfants et du logement, pour 60% des malades, la rémunération est affectée et surtout, 15 % des migraineux évoquent des pensées suicidaires.

Vie sociale : la culpabilité lorsqu’on fait tomber une sortie à l’eau

Les migraines sont aussi sources de problèmes qui entravent la vie sociale. "Ce qui est compliqué lors des sorties, c’est le côté imprévisible des crises, la possibilité d’être confronté à des déclencheurs comme la lumière, le bruit, la foule ou encore la fatigue plus intense et la culpabilité, lorsque l’on fait tomber un plan à l’eau sans le vouloir", rapporte l’association.

Faire les courses est propice aux crises

Faire les courses relève aussi du parcours du combattant pour les migraineux. En cause : la lumière, le bruit, la musique, les bousculades, le stress, la perte de temps, la fatigue… Des facteurs propices aux crises.

Des troubles visuels allant jusqu’à la cécité

Les migraines commencent souvent par une sensation de fatigue, voire d’épuisement et une difficulté à se concentrer. Pour près de 30 % des migraineux on constate aussi des troubles visuels allant jusqu’à la cécité. Vient ensuite la céphalée : une douleur modérée à intense dans la tête, des nausées et/ou vomissements, une gêne à la lumière et au bruit. Puis, la phase de récupération, caractérisée par une sensation d’épuisement, une émotivité pouvant aller jusqu’à un court état dépressif.

Les clés pour mieux supporter les migraines

L’association La Voix des Migraineux partage plusieurs solutions pour que les patients puissent mieux gérer leur mal-être. Elle propose :

  • un pilulier pour ne pas oublier ses médicaments ;
  • une boîte ou une pochette avec une réserve de traitement de fond et de crise à porter en permanence sur soi lors de sorties ;
  • des patchs de froid ou de chaud selon les cas en sortie ;
  • prévoir de dormir dans une chambre aérée, fenêtre entrouverte ;
  • des lunettes de soleil avec filtre anti-lumière bleue ou filtre FL41 sur prescription ;
  • un chapeau de soleil pour se protéger ;
  • une petite bouteille d’eau et un encas en permanence à portée de main ;
  • un masque occultant dans son sac ;
  • des boules en mousse ou en cire pour les oreilles ;
  • des filtres anti-lumière bleue sur mobile et tablette.

Prévention : mangez, dormez et détendez-vous

En outre, il y a des moyens de prévenir les crises. "En ménageant notre cerveau. En lui apportant tous les éléments nécessaires pour bien fonctionner et pour respecter son horloge interne", vous pourrez maintenir votre seuil de déclenchement le plus haut possible.

"Le cerveau du migraineux supporte jusqu’à un certain point qu’on appelle le seuil de déclenchement de la crise de migraine. Plus ce seuil de déclenchement est haut, plus on peut tolérer, plus il est bas, plus rapidement arrive la crise", précise l’association.

Le cerveau a besoin à horaire régulier de manger, dormir, se détendre. Toute rupture de rythme provoque un déséquilibre dans notre fonctionnement. Il faut aussi veiller à être bien hydraté, manger assez et sainement, ne pas être en hypoglycémie, prendre du temps pour se détendre sans culpabiliser, prendre l’air régulièrement et faire de l’exercice doux.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

https://www.lavoixdesmigraineux.fr/

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.