En France, les maladies neuro-cardiovasculaires et leurs complications sont la deuxième cause de décès après les cancers, avec plus de 140 000 morts chaque année. “Mais elles sont la première cause de décès chez les femmes tous âges confondus et chez les personnes très âgées”, avance le Ministère de la Santé. Pour comprendre l’ampleur du phénomène, il faut savoir que ces maladies tuent huit fois plus les femmes que le cancer du sein dans le monde.

Des chiffres alarmants et en constante augmentation qui trouveraient une explication dans la hausse des facteurs de risque “non traditionnels”. En effet, selon une nouvelle étude présentée lors de la dernière conférence de la European Stroke Organisation, trois facteurs de risque moins courants de crise cardiaque et d'AVCaugmentent beaucoup plus chez les femmes que chez les hommes.

Stress, trouble du sommeil et fatigue impactent plus les femmes

Des chercheurs ont comparé les données recueillies par le projet “Swiss Health Survey” en 2007, 2012 et 2017, auprès de 22 000 femmes et hommes. Les scientifiques ont constaté une hausse “alarmante” du nombre de femmes déclarant des facteurs de risque “non traditionnels” des maladies cardiovasculaires.

“Notre étude a révélé que les hommes étaient plus susceptibles de fumer et d'être obèses que les femmes, mais que les femmes ont signalé une augmentation plus importante des facteurs de risque non traditionnels de crise cardiaque et d'AVC, tels que le stress au travail, les troubles du sommeil et le sentiment de fatigue”, énonce le Dr Martin Hänsel, neurologue à l'hôpital universitaire de Zurich et co-auteur de l’étude.
En effet, 33 % des femmes déclarent “se sentir fatiguées et épuisées” en 2017, contre 26 % pour les hommes. Le stress au travail augmente également, passant de 59 % pour les deux sexes en 2012 à 66 % en 2017. En cinq ans, les troubles graves du sommeil ont aussi progressé de façon plus significative chez les femmes (8 %) que chez les hommes (5 %).

Travail et responsabilités domestiques en cause

“Cette augmentation coïncide avec le nombre de femmes travaillant à temps plein. Le fait de jongler entre le travail et les responsabilités domestiques ou d'autres aspects socioculturels peut être un facteur, ainsi que les exigences spécifiques des femmes en matière de santé, qui ne sont peut-être pas prises en compte dans nos vies quotidiennes si remplies”, avance la Dr Susanne Wegener, professeur de neurologie à l'université de Zurich et co-auteure de l’étude. En 2007, seules 38 % des femmes travaillaient à temps plein, contre 44 % en 2017.

Maladies cardiovasculaires : stabilité des autres facteurs de risque

L'étude révèle également que les facteurs de risque traditionnels de développer une maladie cardiovasculaire sont restés stables au cours de la même période d’analyse. En effet, les scientifiques constatent que 27 % des personnes concernées souffrent d'hypertension, 18 % d'hypercholestérolémie et 5 % de diabète.

Pour rappel, la probabilité de développer une maladie ou un accident cardiovasculaire résultant de l’obstruction des artère est augmentée par neuf grands facteurs de risque à savoir : le tabagisme, le diabète, le cholestérol, la sédentarité, l'hypertension, les antécédents familiaux, la consommation d'alcool, l'obésité et le stress.

> Les biens rares des plus grands promoteurs sont sur Immo.planet !

Sources

https://www.caducee.net/actualite-medicale/15520/les-facteurs-de-risque-non-traditionnels-de-crise-cardiaque-et-d-accident-vasculaire-cerebral-augmentent-plus-fortement-chez-les-femmes.html  

https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-cardiovasculaires/article/maladies-cardiovasculaires 

https://www.american-hospital.org/pathologie/le-coeur-de-la-femme#:~:text=Les%20maladies%20cardiovasculaires%20sont%20aujourd,apr%C3%A8s%20l'infarctus%20de%20myocarde. 

https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/risque-cardiovasculaire/definition-facteurs-favorisants 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.