Sommaire

Un plaisir très intense

Pour le Dr Gérard Leleu, sexologue, "le cunnilingus est la manière la plus efficace de donner à sa compagne un orgasme clitoridien, hors masturbation bien sûr".

La stimulation buccale du sexe féminin procure un plaisir de grande intensité. Elle stimule de nombreux points érogènes situés au niveau du clitoris, des lèvres et de l'entrée du vagin.

L'orgasme clitoridien est d'ailleurs plus rapide, plus fulgurant et plus aigu que le plaisir vaginal. Si la sensation reste en général ciblée sur la zone vulvaire, elle s'étend parfois à tout le bassin !

Le conseil du Dr Leleu, sexologue : Les relations buccales peuvent aussi apporter à l'homme beaucoup de satisfaction. "Le cunnilingus constitue l'acte suprême d'intimité, de confiance et d'amour."

Cunnilingus : la bonne méthode

Si le cunnilingus est facilement synonyme d'orgasme, sa pratique nécessite un apprentissage. Sans revêtement cutané et parcouru par de nombreuses terminaisons nerveuses, le clitoris s'avère très réceptif. S'agissant d'un organe érectile, il peut se gonfler et durcir suite à un afflux de sang - d'où sa sensibilité extrême. Il faut donc prendre son temps et faire preuve de méthode !

Le conseil du Dr Leleu, sexologue : "L'homme doit témoigner du plaisir qu'il éprouve à sa compagne. La femme, quant à elle, doit absolument complimenter son amant !" Et surtout le guider !

Chaque femme ressent les choses de manière différente. "Une règle d'or : quand une caresse procure un plaisir optimum et croissant, il ne faut rien changer !"

Des préliminaires essentiels

Pour le Dr Leleu, le cunnilingus ne doit être en aucun cas un prétexte pour bâcler les préliminaires. Cette pratique nécessite un temps de préparation, afin que les deux partenaires se sentent vraiment à l'aise.

En pratique : Pas de précipitation ! L'homme doit commencer par caresser l'ensemble du corps de la femme, de la bouche au ventre, en passant par le cou et les fesses.

Il peut renouveler l'opération tout en embrassant sa partenaire. Il faut se concentrer ensuite sur les zones les plus érogènes, notamment les seins, avant de passer au cunnilingus.

Le conseil du Dr Leleu, sexologue : "Les hommes doivent être très attentifs aux réactions de leur partenaire, à sa respiration ou ses mouvements par exemple. Cela doit les guider."

Vaincre les réticences...

Près de 85 % des Français et Françaises déclarent avoir déjà pratiqué le cunnilingus, selon la dernière enquête de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) en 2007.

Mais des réticences persistent chez certaines personnes :
- La peur du jugement ou un sentiment de honte peut paralyser les femmes.
- Les réticences masculines sont souvent liées à des questions d'hygiène.

Le conseil du Dr Leleu, sexologue : En cas de réticences féminines, "les hommes doivent complimenter et rassurer leur partenaire, leur confirmer qu'ils éprouvent du plaisir."

Et que ces messieurs se rassurent : "Le sexe féminin est souvent beaucoup plus propre que la bouche."

Cunnilingus : une obligation ?

Si l'un des partenaires ne souhaite pas s'adonner au cunnilingus, rien ne l'y oblige ! Il existe une palette de pratiques et positions sexuelles assez large pour trouver son bonheur ailleurs !

Le conseil du Dr Leleu, sexologue : Il reste toujours possible de proposer un rapport oral progressivement et en douceur. Et d'aborder le sujet par le biais du jeu.

"Mais il est primordial de respecter le refus de l'autre. N'exercez ni chantage ni pression sur votre partenaire."

Stimuler les zones érogènes !

Même durant un cunnilingus, il ne faut pas abandonner le reste du corps ! Pourquoi ? Parce que "les stimulations portées sur une zone accroissent le plaisir des stimulations portées sur les autres zones", explique le Dr Leleu.
Il convient de câliner le ventre , les mains, les pieds ou les seins, à l'occasion d'une pause ou pendant le cunnilingus.

Le conseil du Dr Leleu, sexologue : "On peut aussi associer le plaisir clitoridien à une excitation vaginale. Cela augmente la possibilité de jouissance. La zone péri-anale est également très réceptive, si sa partenaire n'y est pas réticente."

Il augmente le plaisir clitoridien

Le cunnilingus peut déclencher un orgasme dans bien des cas ! Mais cela ne doit pas tourner à l'obsession... "La jouissance viendra ou ne viendra pas mais la femme aura connu d'intenses plaisirs", assure le Dr Leleu.

Pour faciliter les choses, les femmes peuvent entraîner leur corps. Notamment avec des exercices pour muscler le périnée, dénominateur commun de tous les orgasmes.

Le conseil du Dr Leleu, sexologue : Faire de l'orgasme une obligation reste le meilleur moyen de ne pas l'atteindre. Il nécessite en effet un abandon total. "Que la femme profite de chaque bonheur !"

Le cunnilingus provoque le cancer ?

Le sexe oral n'est pas sans danger. Le cunnilingus pourrait exposer à un risque de cancer de la gorge. Selon une étude américaine de 2007 sur 100 personnes, les papillomavirus humains, virus impliqués dans les cancers du col de l'utérus, favoriseraient le développement de tumeurs de la gorge.

Le cunnilingus peut aussi être un mode de transmission des infections ou maladies sexuellement transmissibles : VIH, herpès ou gonocoques par exemple. En particulier dans le cas de lésions au niveau de la bouche.

Le conseil du Dr Leleu, sexologue : "Le recours à des carrés de latex, découpés dans des préservatifs ou achetés en pharmacie ou boutique spécialisée, permet d'isoler le sexe féminin de la bouche de son partenaire."

Quelles positions privilégier ?

Que la femme soit allongée, debout, assise : les choix de positions sont variés... La seule nécessité est de se sentir à l'aise. Il faut veiller au confort des deux partenaires.

Le conseil du Dr Leleu, sexologue : "Pour éviter les douleurs et les crampes, il ne faut pas hésiter à utiliser des coussins et alterner les positions. Par ailleurs, le plaisir ne procède pas uniquement du corps. Il reste étroitement lié au psychisme. C'est dire l'importance d'être détendu et en confiance".

> Comparez votre mutuelle et augmentez le nombre de séances en médecine douce !

Sources

- ''L'art du cunnilingus'', Dr Gérard Leleu, Ed. Leduc.s, 2008

- ''Comment la rendre folle (de vous)'', Dr Gérard Leleu, Ed. Leduc.s, 2008

- Contexte de la sexualité en France, Inserm / Ined / ANRS, 2007

- New England Journal of Medicine, 2007

- Seminars in oncology, 2004

mots-clés : Cancer
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.