Alors que le lien entre l’alcool et la démence est déjà connu, selon des chercheurs américains, une consommation importante pourrait être un signe annonciateur de démence, surtout après 40 ans. En effet, une nouvelle étude publiée par le Journal of Alzheimer's Disease, révèle que si une personne se met à boire davantage d’alcool lorsqu’elle est plus âgée, cela pourrait être un signal précurseur de la maladie.

Démence : 2,2 % des patients étaient confrontés à un abus d’alcool tardif

Pour parvenir à ces conclusions, les scientifiques ont examiné 1 518 patients chez qui des problèmes neurologiques, tels que la démence de type Alzheimer, avaient été diagnostiqués. Finalement, ils ont constaté que 2,2 % des patients étaient confrontés à ce que l’on appelle, un abus d’alcool tardif. Autrement dit, une trop grande quantité d'alcool qui peut devenir malsaine après l’âge de 40 ans. Pourtant, seulement 1,7 % des personnes âgées ont tendance à faire face à ce type de problèmes d’alcool. “Ce que nous avons découvert, c'est que l'abus d'alcool peut être le premier signe d'un trouble neurologique sous-jacent lorsqu'il se manifeste tard dans la vie”, explique Georges Naasan, auteur principal de l'étude.

Selon le chercheur, ces résultats pourraient faciliter le diagnostic de la démence. “S'il est important d'identifier les facteurs sociaux susceptibles de conduire à l'abus d'alcool, tels que la retraite, la solitude ou la perte de revenus, de proches ou de logement, nos données devraient inciter les professionnels de la santé à ne pas attribuer systématiquement l'abus d'alcool à ces aspects.” En effet, le nombre de cas de démence augmente à mesure que la population vieillit. C’est un syndrome dans lequel on observe une dégradation de la mémoire, du raisonnement, du comportement et de l’aptitude à réaliser les activités quotidiennes.

Troubles neurologiques : la consommation d’alcool réduit la quantité de vitamines B

Si la consommation d’alcool peut être un signe précurseur de la démence, il est aussi important de rappeler que la boisson peut en être la cause. C’est d’ailleurs ce que montre de nombreuses études qui ont été faites à ce sujet. “Lorsque nous buvons de l'alcool, nous épuisons notre corps en vitamines B. Celles-ci sont associées à un dysfonctionnement neurologique si nous devenons trop déficients”, explique Dana Ellis Hunnes, diététicienne. “Par exemple, une carence en B1-thiamine et une carence en B12 sont toutes deux associées à des troubles neurologiques”, ce qui pourrait expliquer pourquoi l’alcool peut provoquer une démence en vieillissant.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, on compte 50 millions de personnes atteintes de démence dans le monde, “et il apparaît chaque année près de 10 millions de nouveaux cas”. Mais même si cette maladie touche principalement les personnes âgées, elle n’est pas jugée comme “une composante normale” du vieillissement. Pour rappel, la maladie d’Alzheimer représente 60 à 70 % des cas de démence, selon l’OMS. Il n’existe pas encore de traitement curatif de la pathologie, mais des scientifiques ont montré qu’en agissant sur le mode de vie, on pourrait prévenir ou retarder jusqu’à 40 % des cas.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

https://www.eatthis.com/news-developing-this-drinking-habit-may-be-sign-of-dementia/

https://content.iospress.com/articles/journal-of-alzheimers-disease/jad215369

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.