Beaucoup de gens connaissent les effets délétères d’une alimentation riche en graisses saturées sur le cœur. Mais l’impact du sucre, tout aussi important, est moins connu par le grand public. Une étude publiée dans The Open Inflammation Journal vient de montrer que les régimes alimentaires occidentaux, particulièrement riches en sucre, constituent un facteur de risque comportemental non négligeable de l’insuffisance cardiaque.

L’alimentation pourrait jouer un rôle dans la hausse de l’insuffisance cardiaque

Compte tenu de l’augmentation rapide du nombre de personnes atteintes d’insuffisance cardiaque dans les pays développés et en voie de développement, il est important de rechercher de nouveaux facteurs de risque, et de nouvelles méthodes d’identification précoce de la maladie. Cela permettrait de mieux la prévenir et de la prendre en charge de façon adaptée, dès les premiers signes.

La méta-analyse publiée dans The Open Inflammation Journal réexamine le rôle des facteurs nutritionnels dans la pathogenèse et la gestion de l’insuffisance cardiaque. Elle comprend les données de trois essais contrôlés randomisés en simple aveugle, publiés précédemment.

Les auteurs ont comparé plusieurs éléments entre le groupe-intervention (constitué de 1 446 personnes), qui consommaient une alimentation indo-méditerranéenne, et le groupe-témoin (1 320 personnes), au régime plus occidental : les facteurs de risque comportementaux, les apports alimentaires, l’apport en acides gras et le rapport entre acides gras polyinsaturés (AGPI) et flavonoïdes.

Le régime indo-méditerranéen semble diminuer les risques d’insuffisance cardiaque

Après un suivi de deux ans, les signes pouvant préfigurer un début d’insuffisance cardiaque étaient significativement plus faibles chez les personnes qui suivaient un régime indo-méditerranéenne (moins riche en sucre). L’incidence des arythmies cardiaques était aussi bien moins importante dans ce groupe.

Selon les chercheurs, il est donc possible que le suivi d’un régime de style indo-méditerranéen puisse provoquer une baisse significative de la pré-insuffisance cardiaque, de l’insuffisance cardiaque et de l’arythmie, probablement en raison des effets anti-inflammatoires de cette alimentation.

Ces derniers peuvent être des mécanismes importants dans la réduction de la mortalité cardiovasculaire chez les patients qui ont subi un infarctus du myocarde récemment, et qui présentent un risque élevé de maladies cardiovasculaires.

Sources

Effects of Antioxidant-rich Indo-mediterranean Foods on Pre-heart Failure: Results from the Meta-analysis of Randomized Controlled Trials, The Open Inflammation Journal, Volume 8, 2020.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.