Sommaire

Selon l'expertise de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses), "une activité physique régulière est associée à une diminution de la mortalité précoce comprise entre 29 et 41 %". Et pour les personnes âgées de 65 ans ou plus, l'Agence recommande plus précisément "30 min d’activités physiques cardio-vasculaires d’intensité modérée par jour, au moins 5 fois par semaine" ou "15 min par jour d’activités physiques cardio-respiratoires d’intensité élevée, au moins 5 fois par semaine". Et parmi les sports les plus recommandés, le vélo se trouve dans le peloton de tête.

Le cyclisme, une pratique aux nombreux avantages

"C’est un sport qui permet de travailler les muscles des membres inférieurs, mais également les abdominaux et le haut du corps lorsque l’on fait des efforts plus intenses", explique Thibault Richard, coach sportif et entraîneur cycliste. "Cette activité est très intéressante pour renforcer son système cardio-vasculaire et travailler son endurance", ajoute-t-il. Une discipline idéale pour tous, car quel que soit le niveau du pratiquant, elle nécessite peu d'efforts pour avancer sur les terrains plats. De plus, elle est non traumatisante pour le corps qui ne subit aucun choc. "C'est un sport « porté » très adapté aux personnes en surpoids par exemple, mais aussi à celles qui ont des problèmes articulaires ou qui souffrent du dos", conclut le coach sportif. Par ailleurs, pédaler aide à brûler des graisses et à garder un poids stable.

Un autre intérêt du vélo ? La pratique en extérieur qui permet de s'aérer et d'oxygéner un maximum les cellules du corps, mais aussi de profiter des bienfaits de la lumière naturelle qui aide à l'équilibre du rythme circadien. Enfin, comme les autres sports d'endurance, le cyclisme augmente considérablement la sécrétion d'endorphines, des hormones provoquant un sentiment de bien-être et d'apaisement.

Faire du vélo nécessite quelques précautions

À l'instar des autres disciplines sportives, la pratique du vélo peut provoquer certaines blessures. Parmi les plus fréquentes, on retrouve "les douleurs au dos et à la nuque, les tendinites aux genoux, et le syndrome d'Alcock ", précise l'entraîneur professionnel. Aussi appelé le syndrome du nerf honteux, celui-ci fait référence aux élancements plus ou moins importants ressentis au niveau du siège et provoqués par la compression du nerf pudendal par la selle.

Autant de désagréments qui peuvent être évités grâce à quelques principes à connaître et à appliquer avant d'enfiler son casque et de partir sur les routes.

Vous êtes à 6 étapes de votre objectif ! Découvrez les étapes suivantes...

Sources

Interview de Thibault Richard, Coach sportif et entraîneur professionnel en cyclisme et ses conseils pour bien débuter en cyclisme : http://www.entrainement-cyclisme.com/

Anses : Actualisation des repères du PNNS – Révisions des repères relatifs à l’activité physique et à la sédentarité. Avis de l’Anses, Rapport d’expertise collective, février 2016 : https://www.anses.fr/fr/system/files/NUT2012SA0155Ra.pdf 

À chaque usage son vélo : https://www.fub.fr/moi-velo/velos/chaque-usage-son-velo 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.