Sommaire

Pour la première fois depuis cinq ans, l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a noté une baisse de l’espérance de vie en France. Dans le pays, l’épidémie de Covid-19 a provoqué une baisse de 0,5 an d'espérance de vie à la naissance chez les femmes et de 0,6 chez les hommes. Ainsi, selon les dernières données, l'espérance de vie à la naissance est maintenant de 85,1 ans pour les femmes et de 79,1 ans pour les hommes.

Récemment, des scientifiques sont parvenus à manipuler les gènes d’un vers afin de prolonger son espérance de vie de… 500 %. Mais, pour le moment, cette option semble difficilement transposable chez l’Homme. Alors, en attendant que la science trouve une solution efficace pour allonger l’espérance de vie, certains conseils simples à adopter au quotidien peuvent aider à vivre quelques années de plus.

Si vivre plus longtemps c’est bien, vivre ces années supplémentaires en bonne santé c’est encore mieux. De quoi s’agit-il ? « L’espérance de vie sans incapacité calculée à la naissance correspond au nombre d’années que peut espérer vivre une personne sans être limitée dans ses activités quotidiennes », résume la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees).

Lutter contre l’hypertension

« Cela peut sembler trivial, mais pour augmenter son espérance de vie, il faut éliminer autant que possible tout ce qui fait mourir et empêche de bien vieillir », énonce le Dr Jacques Amselem, médecin généraliste et gériatre en Seine-et-Marne. Certaines causes de décès ne peuvent pas être contrôlées, c’est le cas notamment des accidents ou des suicides. Dans de nombreux autres cas, il est possible d’influer sur l’espérance de vie.

Tout d’abord, il est recommandé de surveiller sa tension et de lutter contre l’hypertension artérielle. « Les patients atteints d’hypertension doivent suivre attentivement leur traitement et surveiller leur consommation de sel », recommande le Dr Amselem. Une habitude qui doit d’ailleurs être prise par tous le plus tôt possible.

En effet, l’Organisation mondiale de la Santé conseille de consommer moins de 5 grammes (un peu moins d’une cuillère à café) de sel par jour. « Tout le sel consommé doit être iodé, c’est-à-dire enrichi en iode, un composé essentiel pour un développement sain du cerveau du fœtus et du jeune enfant et pour optimiser les fonctions mentales en général », souligne l’OMS.

Découvrez la coque de masque qui vous aide à mieux respirer sous votre masque !

Sources

Merci au Dr Jacques Amselem, médecin généraliste. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.