Sommaire

Quelles plantes pour quels troubles ? De la sphère digestive à la sphère ORL, pour renforcer l’immunité ou soulager des douleurs ostéo-articulaires, la phytothérapie prévient ou soulage de nombreux petits maux ne nécessitant pas de traitements lourds. Conseils d’experts pour se soigner naturellement.

La phytothérapie peut agir sur le système immunitaire

Les plantes sont disponibles sous différentes formes : en tisanes, compléments alimentaires, extraits liquides, extraits standardisés, préparations magistrales, voire, huiles essentielles.

Il convient au préalable de renouveler régulièrement cette pharmacie végétale, rappelle le Dr Eric Lorrain, médecin phytothérapeute, car, comme pour les médicaments, les dates de péremption doivent être respectées. Elles vont généralement d’un mois, si le flacon a été ouvert, à un an.

Attention aussi dans le cadre d’un usage en automédication ! "Si les symptômes persistent, une consultation médicale s’impose", précise le médecin phytothérapeute. Certaines précautions d’emploi sont à avoir, en particulier pour les femmes enceintes et allaitantes, ainsi que les enfants, à qui les huiles essentielles sont déconseillées. Mieux vaut demander le conseil de votre pharmacien, notamment pour éviter toute interaction médicamenteuse ou alimentaire.

La posologie devrait être adaptée à l’intensité des troubles selon 3 niveaux : le traitement d’entretien dans le cadre d’un problème chronique, le traitement de fond, et le traitement de charge en cas d’infections virale avec une prise de 3 ou 4 jours en fortes doses.

La pharmacie végétale ne sera pas la même selon l’âge et si l’on a des enfants en bas âge ou pas. "La phytothérapie a l’avantage de travailler sur les 5 éléments que sont le système nerveux, le système endocrinien, le système immuno-inflammatoire, les tissus conjonctifs ou le système de soutien structurel (os, muscles) et le système fonctionnel représenté par les reins, le foie et l’intestin".

Les plantes contre les troubles digestifs

La mélisse : cette plante antispasmodique est très utilisée autant pour la sphère digestive que psychique. Elle peut être utilisée en infusion sous forme de plantes fraîches pour une mauvaise vidange gastrique, pour soulager des spasmes intestinaux ou digestifs hauts et bas, voire des spasmes de la vessie ou des règles douloureuses.

La gentiane : est une plante antispasmodique. Elle est également réputée pour ouvrir l’appétit des personnes âgées qui en manquent et stimuler les sécrétions digestives. La gentiane peut également être utilisée contre les reflux gastriques en Extraits de plante sèche standardisée.

Le curcuma : en extrait total, extrait de plantes standardisé ou curcumine est moins irritant que le poivre noir. Cette plante polyvalente digestive agit sur le foie et la surcharge digestive, les gastrites ou les colites et toutes les inflammations chroniques de l’intestin comme l’intestin irritable. Elle peut également être utilisée contre l’inflammation cérébrale et l’arthrose.

Le gingembre : est une plante gastro-protectrice et anti-inflammatoire à utiliser surtout sous forme d’extraits de plantes fraiches avec des concentrations minimales en principes actifs. Ses propriétés antinauséeuses et antiémétiques sont intéressantes contre le mal des transports, les nausées de la femme enceinte, induites par la chimiothérapie ou les gastroentérites.

Le noyer : à avoir chez soi en EPS ou gélules est une plante anti-diarrhéique aux propriétés anti-infectieuses et antimycosiques. En plus de désinfecter l’intestin, elle soutient également l’activité du pancréas, notamment chez les personnes diabétiques ou rencontrant une insulino-résistance. Elle peut être utilisée dans les gastroentérites.

Le pissenlit : est une plante très utile dans le syndrome de l’intestin irritable et en cas de constipation associée à des ballonnements. Cette plante du foie est protectrice et détoxifiante.

Les plantes pour renforcer l'immunité

Le cyprès : est une plante particulièrement utile en cas d’infection virale, de type gastroentérite, bronchite, rhume ou boutons de fièvre. "Les études qui l’ont testée montrent même une efficacité équivalente à celle du Tamiflu dans la grippe sur des modèles animaux", rapporte le Dr Lorrain.

L’Echinacée : Excellente antibactérien et anti-inflammatoire, cette plante est également un très bon antiseptique intestinal. Elle peut être utilisée en cas de gastroentérite ou d’infection urinaire. À associer au noyer ou au cyprès. En association avec l’astragale, l’effet est intéressant chez les seniors en cas de polypathologie cardiaque ou rénale.

La réglisse : "il s’agit d’une plante intéressante dès qu’il y a une inflammation des muqueuses, digestives ou autres. Elle est en quelque sorte une cortisone végétale". La plante est utile contre l’inflammation des muqueuses végétales telles que les sinusites, les otites, les muqueuses buccales, les ulcères gastriques, les colites et l’intestin irritable. En association avec la mélisse ou le curcuma, elle agit comme un anti-inflammatoire ou un antitussif. Mieux vaut l’utiliser sur de courtes périodes en cas d’hypertension.

Cyprès/Echinacée/Sureau : "C’est la formule de base que je prescris aussi bien chez l’enfant que chez l’adulte en prévention des infections virales et des grippes débutantes en traitement préventif", explique le Dr Lorrain. Il n’existe pas de formule toute prête, mais on peut la faire préparer en pharmacie.

Les plantes pour soigner les voies ORL et respiratoires

Le pin sylvestre : La plante agit sur l’immunité des voies ORL en fluidifiant les muqueuses. C’est également un bon antitussif, particulièrement pour les anciens fumeurs et en cas de bronchites chroniques. Elle peut être utilisée en cas de toux productives légèrement surinfectée.

Le plantain : plante antiallergique, anti-asthmatique et antitussive, elle peut être utilisée dans les toux mixtes ou sèches et contre le rhume des foins, associé avec le cassis. « Je la prescris à mes patients allergiques dès le mois de mars en prévention des lorsque les premiers pollens de graminées apparaissent. Elle remplace ou complète les traitements antihistaminiques », précise le spécialiste.

Le sureau : cette plante très antioxydante aux propriétés fluidifiantes, antivirales et anti-inflammatoire des muqueuses, est aussi immunostimulante et polyvalente. Très utilisée chez les enfants en prévention des infections hivernales et pour traiter les petites toux ou infections ORL, elle peut également être prise en association avec l’échinacée ou le plantain.

Les plantes bénéfiques pour les articulations

L’Algue rouge de Bretagne ou porchyral : est efficace contre les contusions, bleus et bosses en agissant sur les protéines de réparation cellulaire. Elle est disponible sous forme de spécialités. Elle peut également être utilisée en traumatologie lors de courbatures après un effort trop important, une chirurgie ou une extraction dentaire. En usage cutané associé à de l’aloe vera, elle favorise la cicatrisation de plaies, coups de soleil et irritations cutanées.

La Figue de Barbarie : a un même mode d’action antioxydant et joue également sur la réparation cellulaire, on peut donc s’en servir en traumatologie lors de contusions ou pour l’immunité dans les états fébriles et les infections. "C’est l’équivalent de l’Arnica pour l’homéopathie", précise le Dr Lorrain.

Harpagophytum : seul ou en association avec la sauge est particulièrement utile en cas de poussées d’arthrose ou d’arthrite, de douleurs rhumatismales et ostéo-articulaire après un effort physique ou en prévention.

La Valériane : "C’est le décontractant musculaire de référence", pour Eric Lorrain. À utiliser lorsque les tensions et contractures sont liées au stress. La plante fonctionne aussi dans l’angoisse, l’anxiété et pour favoriser le sommeil.

Les plantes pour le sommeil et contre le stress

L’Eschsholtzia : est utile contre les troubles du sommeil, particulièrement en association avec la valériane. Cette plante hypnotique et anxiolytique peut faire un usage ponctuel ou plus régulier quand le sommeil est perturbé.

La Passiflor e : vient en renfort des troubles du sommeil, contre le tract, l’agitation réactionnelle et l’anxiété. En association avec la mélisse, elle soulage les spasmes à composante anxieuse. "Elle peut ainsi être indiquée dans les coliques du nourrisson à faibles doses". Elle est également utile aussi dans les terreurs nocturnes de l’enfant anxieux ou les phobies scolaires.

L’aubépine a en association avec la passiflore, des effets contre les palpitations cardiaques, la tachycardie et l’hyperémotivité. Elle est particulièrement utile chez les jeunes et les enfants.

Ginseng : cette plante d’adaptation au stress est particulièrement bénéfique contre la fatigue chronique physique et psychique, ainsi que l’épuisement. Elle peut ainsi être prise en récupération après une infection ou chez le sportif. À associer avec l’éleuthérocoque et surtout la rhodiole pour un petit coup de pouce en cas d’examen ou avant un gros effort physique.

Mémoire : les plantes aux effets cognitifs

Le Safran : "Cette plante est intéressante pour ses effets cognitifs et antidépressifs, contre les effets de la neuro-dégénérescence dans la maladie d’Alzheimer ou la maladie de Parkinson". Pour le Dr Eric Lorrain, elle peut être utilisée avec la rhodiole en cas de surcharge mentale importante.

Le bacopa : est une plante de la mémoire avec un effet sur l’humeur. Elle est particulièrement utile en cas de surcharge mentale et de troubles neurocognitifs.

Cystite et hémorroïdes : deux plantes peuvent vous aider

Canneberge : est particulièrement efficace en prévention des cystites avant l’été. À consommer seule sous forme d’extraits ou de gélules, en huiles essentielles ou spécialités associées à la cannelle.

Le marron d’inde cette plante antiinflammatoire veineuse peut être utilisée contre les hémorroïdes, d’autant qu’elle décongestionne le petit bassin.

> Stupéfiant : des chercheurs américains ont découvert qu’une substance provenant du fond des océans est le carburant n°1 pour alimenter votre cerveau jusqu'à 90 ans et même au-delà.

Sources

Merci au Dr Eric Lorrain, médecin phytothérapeute, auteur de "La Phyto : ma médecine au naturel" (éd. Dunod)

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.