Thon en boîte : ses dangers cachés
Sommaire

Des précautions particulières pour les femmes enceintes et les enfants

Thon en boîte : ses dangers cachés© Istock

Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) recommande de consommer du poisson deux fois par semaine, dont les poissons dits gras comme le saumon, le maquereau, la sardine, l’anchois, la truite fumée, le hareng…

Pour minimiser le risque de pollution, préférez varier les poissons et leur format. Les sardines crues ou à l’huile préparées en France sont pêchées en Atlantique ou en Méditerranée. Elles sont bien plus riches en Oméga 3 que le thon, puisqu’elles sont aussi plus grasses (9%).

Des précautions particulières : « elles concernent les femmes enceintes et allaitantes et les enfants de moins de 30 mois. Pour eux, on déconseille les poissons les plus bioaccumulateurs : requins, lamproies, espadons, marlins et sikis (variété de requin) », explique Béatrice de Reynal.

Comment bien choisir sa mutuelle senior ? - Obtenez votre guide Mutuelle Senior 2020 dès maintenant

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

Remerciements à Béatrice de Reynal, docteur en nutrition et directrice de l’agence NutriMarketing, et auteur de  l'ouvrage "Ouvrez l’oeil avant d’ouvrir la bouche" (éd. Robert Laffont).

Qu’y a-t-il dans nos boîtes de thon ?, 60 millions de consommateurs, avril 2016. 

La rédaction vous recommande sur Amazon :