Depuis le 14 mars 2022, les Français ne sont plus obligés d’être intégralement vaccinés contre le Covid-19 pour se rendre dans un lieu culturel ou de loisirs. Le port du masque n’est également plus obligatoire dans ces lieux clos, les entreprises et les écoles.

Une décision qui avait été jugée “à contretemps en raison du rebond épidémique” par l’épidémiologiste Antoine Flahault dans les colonnes du Parisien. Pourtant, le gouvernement continue dans sa lancée et a décidé de lever l’isolement obligatoire pour les cas contacts.

Cas contact : fin de l’isolement obligatoire, même pour les non-vaccinés

Les personnes qui ont été en contact avec un individu testé positif au Covid-19, ne sont plus tenues de s’isoler et ce, quel que soit leur statut vaccinal. Néanmoins, le Haut conseil de santé publique leur recommande :

  • d’appliquer de manière stricte les mesures barrières, et notamment le port du masque en intérieur et en extérieur au contact d’autres personnes ;
  • de limiter leurs contacts, en particulier avec des personnes fragiles ;
  • d’éviter tout contact avec des personnes à risque de forme grave ;
  • de télétravailler dans la mesure du possible ;
  • de réaliser un test à J+2 de la notification du statut de contact : en cas de test positif, un test PCR doit ensuite être effectué avec une mise à l’isolement en attendant la confirmation du résultat.

Covid-19 : continuer à protéger les personnes fragiles

Les personnes âgées, les patients immunodéprimés et les individus malades, jugés plus fragiles que le reste de la population, sont quant à eux encouragés à rester particulièrement vigilants et notamment de :

  • continuer à porter un masque chirurgical ou FFP2 dans les milieux clos ;
  • être à jour de leur rappel, “et pour les personnes immunodéprimées (sur avis médical) et les plus de 80 ans, de recevoir une 4ème dose 3 mois après le premier rappel” ;
  • se tester dans une logique d’auto-surveillance avec des autotests.

SARS-CoV-2 : un allègement des restrictions trop rapide ?

“Les pays où nous observons une hausse particulière sont le Royaume-Uni, l'Irlande, la Grèce, Chypre, la France, l'Italie et l'Allemagne”, a souligné le directeur de l’Organisation mondiale de la Santé, Hans Kluge, lors d'une conférence de presse ce mardi. Selon le spécialiste, ces pays ont levé trop “brutalement” les restrictions.

En Europe, après une chute du nombre de nouveaux cas de Covid-19 à la fin janvier, les contaminations sont de nouveau à la hausse. Les épidémiologistes expliquent ce rebond notamment par la prédominance du sous-variant BA.2, environ 30 % plus contagieux, mais pas plus dangereux que son prédécesseur.

En France, neuf départements ont aujourd’hui un taux d’incidence supérieur à 1 300 pour 100 000 habitants. Des chiffres qui inquiètent plusieurs spécialistes, à l’image de l'épidémiologiste Yves Buisson, président de la cellule Covid-19 à l’Académie nationale de médecine. Interrogé par nos confrères de France Info, il avance que la levée du port du masque en intérieur s’est faite trop rapidement et que les personnes à risque de formes graves devraient maintenant porter un masque FFP2 pour se protéger. Il s’attend par ailleurs à une hausse des admissions en réanimation sous peu.

Sources

https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/recommandations_covid_19-3.pdf 

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/covid-19-la-levee-de-l-obligation-du-masque-a-ete-incontestablement-prematuree-estime-l-epidemiologiste-yves-buisson_5038806.html 

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/covid-19-l-oms-estime-que-plusieurs-pays-europeens-dont-la-france-ont-leve-trop-brutalement-leurs-mesures_5035406.html

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.