Sommaire

La vitamine D, anti cancer de la prostate

Les vitamines anti cancer ! © Istock

Plusieurs études réalisées aux Etats-Unis ont démontré que la vitamine D (ou "calciférol") pouvait prévenir les cancers de la prostate, du sein et du côlon. En 2015, une vaste étude a montré qu'une supplémentation en vitamine D pourrait ralentir, voire inverser la progression des tumeurs de la prostate. Dans certains cas, elle permettrait d'éviter une chirurgie ou une radiothérapie.

Où trouver de la vitamine D ? Dans les huiles de foie de poisson, dans les poissons, les oeufs et le beurre.

Les plus : La vitamine D préviendrait l’ostéoporose en aidant l’absorption et la rétention du calcium. Elle préviendrait aussi le diabète et les maladies auto-immunes.

Attention : La vitamine D n’est pas sans danger. Un avis médical s’impose avant toute supplémentation.

La vitamine B9, anti cancers féminins

Selon plusieurs études épidémiologiques, la vitamine B9 (appelée aussi "folates") préviendrait le cancer du côlon (surtout chez la femme), le cancer du sein et le cancer des ovaires. Une étude suédoise menée pendant 7 ans sur près de 90 000 sujets a également montré que la vitamine B9 réduirait le risque de cancer du pancréas.

Où la trouver ? Dans le foie (volaille, veau…), les levures alimentaires, le germe de blé, les haricots secs ou le soja.

Les plus : La vitamine B9 préviendrait les maladies cardiovasculaires et renforcerait l’action des antidépresseurs. Elle peut aussi aider à pallier les effets indésirables des traitements anti cancer.

Attention : Avant de prendre un supplément quel qu’il soit, consultez un médecin.

Le sélénium, anti cancer du côlon

Les vitamines anti cancer ! © Istock

Les vertus anti radicaux libres du sélénium aideraient à la prévention de certains cancers, notamment de la prostate, du poumon, de la vessie, et du cancer colorectal. Cet oligoélément est un des antioxydants naturels les plus puissants avec les vitamines C et E et les caroténoïdes.

Où le trouver ? Dans le thon au naturel, les huîtres, les poissons crus (cabillaud, limande, lotte, hareng, saumon…).

Les Plus : Le sélénium diminuerait le risque de maladies cardiovasculaires et faciliterait le traitement de l’asthme.

Attention : Le sélénium pourrait augmenter les risques de diabète d’après une étude américaine réalisée en 2007. De façon générale, évitez les suppléments sans avoir consulté votre médecin.

Les polyphénols, anti cancer du sein

Les vitamines anti cancer ! © Istock

Parmi les nombreux polyphénols existants (molécules antioxydantes), on reconnaît particulièrement les effets anti cancer des flavonoïdes, des isoflavones, de l’acide ellagique et des lignanes. Les isoflacones (appelés aussi "phyto-oestrogènes" comme les lignanes) auraient plus particulièrement des effets préventifs contre le cancer du sein.

Où les trouver ? Il existe une longue liste de polyphénols dans l’alimentation. Les sources les plus importantes sont les fruits rouges, les fruits secs (noix, noisettes…), le thé vert, le soja et les aromates. On en trouve également dans le vin rouge.

Les plus : Les polyphénols pourraient intervenir favorablement dans la prévention des maladies cardiovasculaires.

Attention : De façon générale, évitez les suppléments sans avoir consulté votre médecin.

Vitamine E : anti cancers prostatiques ?

Les vitamines anti cancer ! © Istock

Le fort pouvoir antioxydant de la vitamine E (ou "tocophérol") favorise la lutte contre les radicaux libres qui nuisent à l’organisme, et aide à prévenir certaines tumeurs cancéreuses. Une étude menée en 2008 aux Etats-Unis a mis en avant les bienfaits de cette vitamine sur la prévention du cancer de la prostate, en particulier chez les fumeurs. Mais d'autres travaux ont récemment remis en cause ces résultats. En 2015, des travaux ont ainsi conclu qu'une supplémentation en sélénium et en vitamine E, même à faible dose, peut augmenter le risque de développer un cancer de la prostate si elle est entreprise sans qu'il y ait de carence avérée.

Où la trouver ? Dans les huiles végétales, la margarine, les germes de céréales, les noisettes, les noix, les amandes.

Les plus : La vitamine E réduirait aussi certains effets indésirables de la chimiothérapie. Elle contribue également à la bonne santé cardiovasculaire.

Attention : Avant de prendre un supplément quel qu’il soit, consultez un médecin.

Les oméga-3 : ils préviennent aussi les cancers !

Les vitamines anti cancer ! © Istock

Plusieurs études ont démontré que les oméga-3 (acides gras essentiels au bon fonctionnement de l’organisme) préviendraient les cancers en général. Une étude coréenne réalisée en 2009 a permis de préciser que ce bienfait serait surtout associé à la consommation d’oméga-3 via l’alimentation (poissons gras…), plutôt qu’à une supplémentation. Dans ce cas, l’apport en oméga-3 aurait entraîné l’effet inverse (chez les femmes ménopausées).

Où les trouver ? Dans les poissons gras (saumon, thon…) et dans les huiles végétales (colza, lin, noix…).

Les Plus : Les oméga-3 aident au fonctionnement du cerveau et préviendraient les maladies cardiovasculaires et le diabète.

Attention : Avant de prendre un supplément quel qu’il soit, consultez un médecin.

Vitamine A, contre le cancer du col de l’utérus

Les vitamines anti cancer ! © Istock

Grâce à ses effets antioxydants, la vitamine A préviendrait les cancers, notamment celui du col de l’utérus. Un bienfait qui a été démontré dans une étude coréenne publiée en 2010 et menée auprès de 144 personnes (la vitamine A était associée aux vitamines C et E).

Où la trouver ? Dans les aliments d’origine animale : viande, poisson, oeufs, lait entier, beurre et fromage.

Les plus : La vitamine A est bonne pour la vision et le système immunitaire.

A noter : On peut augmenter ses apports en vitamine A grâce au bêta-carotène. Ce pigment naturellement présent dans les végétaux (carottes, abricot, légumes vert foncé…) est transformé par l’organisme en vitamine A.

Attention : La vitamine A n’est pas sans risque. Un avis médical s’impose avant toute supplémentation.

Lycopène : fort pouvoir antioxydant !

Les vitamines anti cancer ! © Istock

Pigment rouge de la famille des caroténoïdes, le lycopène est connu pour son fort pouvoir antioxydant, donc anti cancer. Une étude coréene (2009) a souligné ses bienfaits contre le cancer du pancréas et une étude britannique (2009) contre le cancer de la prostate. Le lycopène a aussi été associé à une réduction du risque de cancer du poumon (2017).

Où le trouver ? Dans les fruits et légumes de teinte rouge : tomate, pastèque, pamplemousse, rose goyave, papaye…

Les plus : Le lycopène pourrait réduire le risque de maladies coronariennes.

Attention : De façon générale, évitez les suppléments sans avoir consulté votre médecin.

Vitamine C : anti radicaux libres

Les vitamines anti cancer ! © Istock

Parce qu’elle dispose d’un fort pouvoir antioxydant, la vitamine C (ou "acide ascorbique") pourrait prévenir les cancers. Elle aide en fait le corps à lutter contre les radicaux libres qui favorisent l’apparition et le développement des cellules cancéreuses.

Où la trouver ? Uniquement dans l’alimentation (l’organisme n’en synthétise pas). Les plus fortes concentrations se trouvent dans les fruits et légumes colorés (cassis, persil frais, poivrons…).

Les plus : La vitamine C serait efficace contre le rhume, la fatigue, elle favorise le bon fonctionnement du système immunitaire et la cicatrisation.

A noter : Le tabagisme réduit le taux de vitamine C.

Attention : Il existe des risques de surdosage. Avant de prendre un supplément quel qu’il soit, consultez un médecin. D’autant que 5 fruits et légumes par jour sont suffisants pour combler les besoins de l’organisme.

Cuivre et zinc : ils augmentent nos défenses

Les vitamines anti cancer ! © Istock

Même s’ils n’ont pas d’action directe contre le cancer, le cuivre et le zinc peuvent optimiser sa prévention en améliorant le processus antioxydant de l’organisme. Ces deux minéraux entrent ainsi dans la composition d’enzymes qui agissent comme antioxydants.

Où les trouver ? Le cuivre est présent dans le foie de veau et de mouton et dans les fruits de mer. Le zinc est particulièrement présent dans les huîtres.

Les plus : Le cuivre et le zinc renforcent les défenses immunitaires.

Attention : Il existe des risques de surdosage, donc de toxicité. Avant de prendre un supplément quel qu’il soit, consultez un médecin.

Misez sur le fer et le manganèse

Les vitamines anti cancer ! © Istock

Présents en très petite quantité dans l’organisme, le fer et le manganèse participent à la lutte contre les radicaux libres qui nuisent à l’organisme et augmentent le risque de cancer. Le manganèse favorise d’ailleurs la fabrication de la vitamine E, un puissant antioxydant.

Où les trouver ? Le fer est disponible dans les coquillages, les abats, les oeufs, les légumes secs et les fruits secs. On trouve le manganèse dans les noix, le blé complet, le gingembre, l’ananas ou encore les épinards.

Les plus : Le fer réduirait les sensations de fatigue et pourrait améliorer les performances intellectuelles.

Attention : Il existe des risques de surdosage, donc de toxicité. Avant de prendre un supplément quel qu’il soit, consultez un médecin.

Lutéine et zéaxanthine : des vertus antioxydantes

Les vitamines anti cancer ! © Istock

De la famille des caroténoïdes, la lutéine et la zéaxanthine auraient des vertus antioxydantes, d’où leur intérêt dans la prévention des cancers. Même si ce bienfait n’est pas clairement démontré scientifiquement, certaines études épidémiologiques ont mis en avant leurs effets contre le cancer du sein, du côlon et de l’endomètre.

Où les trouver ? Dans le chou vert, les épinards, les courges, les brocolis, les pois verts et le maïs (en conserve).

Les Plus : Elles préviennent la cataracte et la DMLA et protègent la rétine.

Attention : Une alimentation équilibrée est amplement suffisante pour combler les besoins de l’organisme. Evitez les suppléments sans avis médical.

Vitamines A et D : attention danger !

Les vitamines anti cancer ! © Istock

Prendre des suppléments de vitamines n’est pas anodin. Le risque de surdosage (on parle alors d’hypervitaminose) est bien réel. Les deux cas les plus dangereux sont l’hypervitaminose A et l’hypervitaminose D. La première peut entraîner de graves problèmes hépatiques et augmenter le risque de cancer chez les personnes buvant plus d’un verre de vin par jour…. mais aussi chez les fumeurs et les personnes ayant été exposées à l’amiante. La vitamine D entraîne un excès de calcium dans l’organisme et des troubles de la fonction rénale, du coeur… Avant de vous supplémenter, prenez toujours un avis médical.

De nouvelles vitamines anti cancer ?

Les vitamines anti cancer ! © Istock

Plusieurs vitamines font aujourd’hui l’objet d’études, le but étant de déterminer leur éventuel effet sur le cancer. Les vitamines B5 (acide pantothénique), B15 (acide pangamique) et B17 (laétrile) en font partie. Elles pourraient avoir des effets protecteurs.

A noter : Toutes les vitamines, sels minéraux et oligoéléments cités dans cet article continuent de faire l’objet d’études poussées.

Faut-il prendre des cocktails de vitamine ?

Les vitamines anti cancer ! © Istock

Même s’ils combinent plusieurs vitamines et minéraux antioxydants (vitamine E, A, fer…), les multivitamines vendus en pharmacie n’ont pas fait la preuve de leur efficacité. Attention, à long terme, elles peuvent même être dangereuses : risque de surdosage, de toxicité. Par ailleurs, le marché des compléments alimentaires est très mal contrôlé (difficile donc de faire confiance aux doses inscrites sur les notices !). Enfin, l’étude Suvimax menée sur 13 000 personnes par l’Inserm (2003) a démontré qu’une alimentation équilibrée et riche en vitamines est préférable à toute supplémentation.

Ces résultats ont été confirmés dans plusieurs études récentes.

Vitamines : misez sur les aliments !

Les vitamines anti cancer ! © Istock

Une alimentation saine et équilibrée comble tous les besoins naturels de l’organisme en sels minéraux, oligoéléments et vitamines. Mieux vaut donc favoriser l’alternative alimentaire plutôt que d’opter pour une supplémentation de synthèse. En cas de doute sur un déficit éventuel, consultez d’abord un médecin.

Antioxydants : gare aux excès !

Les vitamines anti cancer ! © Istock

"Si les antioxydants permettent de limiter l’action néfaste des radicaux libres, en excès, ils empêchent l’organisme d’éliminer les cellules endommagées, ce qui peut accélérer l’évolution d’un cancer", explique le Dr Bougnoux, spécialiste en nutrition et cancer. Son conseil : "Il est inutile de se supplémenter sans avis médical s'il n’y a pas de carence. La priorité est d'avoir une alimentation équilibrée : les nutriments présents dans l’alimentation ne viennent pas seuls, ils se compensent, agissent ensemble et s’équilibrent".

Comment préserver les vitamines des aliments

Les vitamines anti cancer ! © Istock

En général, les vitamines et minéraux sont sensibles et fragiles à l’air, notamment ceux que l’on retrouve dans les produits frais. Il faut donc favoriser les fruits et légumes crus, les cuissons au four ou à la vapeur pour le poisson, au gril ou à la broche pour les viandes et volailles (note : attention, la viande grillée au barbecue produit des substances cancérigènes). Les fruits et légumes surgelés et en conserve sont aussi riches en vitamines et nutriments.

Il est aussi préférable de favoriser une conservation au sec, à l’abri de la chaleur et de la lumière.

Antioxydants et vitamines, quelle différence ?

Les vitamines anti cancer ! © Istock

"Antioxydants" est un terme générique qui définit les différents composants produits ou utilisés par l’organisme pour lutter contre les radicaux libres. Les antioxydants protègent ainsi de nombreuses maladies, dont les cancers et les pathologies cardiovasculaires. Les vitamines quant à elles sont des substances chimiques organiques dont la présence dans l’alimentation est indispensable au bon fonctionnement de l’organisme. Certaines vitamines sont des antioxydants.

Que sont les oligoélément et acides gras ?

Les vitamines anti cancer ! © Istock

Les oligoéléments (iode, fer, cuivre, zinc, sélénium…) sont des sels minéraux nécessaires à l’organisme. En surdose, ils peuvent être toxiques. Ils participent notamment au bon fonctionnement du système immunitaire de l’organisme.

Les acides gras (oméga-3…) sont présents dans les graisses animales et végétales. Ils sont essentiels à la santé : entretien du cerveau, réserve d’énergie, synthèse des hormones… Il y a les graisses insaturées, que l’on considère comme les bonnes graisses, les graisses saturées, qui produisent le mauvais cholestérol, et les graisses trans dont l’effet est extrêmement néfaste sur le cholestérol et les triglycérides.

Sources (1)

Laetrile treatment for cancer.Milazzo S, Ernst E, Lejeune S, Schmidt K. Cochrane Database Syst Rev. 2006 Apr 19;(2):CD005476.

Laetrile for cancer: a systematic review of the clinical evidence.Milazzo S, Lejeune S, Ernst E. Support Care Cancer. 2007 Jun;15(6):583-95. Epub 2006 Nov 15. Complementary Medicine, Peninsula Medical School, Universities of Exeter and Plymouth, Institute of Health and Social Care, Exeter, UK.

Intakes of vitamin A, C, and E, and beta-carotene are associated with risk of cervical cancer: a case-control study in Korea. Kim J, Kim MK, Lee JK, Kim JH, Son SK, Song ES, Lee KB, Lee JP, Lee JM, Yun YM. Nutr Cancer. 2010;62(2):181-9, National Cancer Center, Kyunggido 411-769, Korea.

Risk factors for lung cancer and for intervention effects in CARET, the Beta-Carotene and Retinol Efficacy Trial.Omenn GS

Vitamin A supplementation for different periods alters oxidative parameters in lungs of rats.Pasquali MA, Gelain DP, de Oliveira MR, Behr GA, da Motta LL, da Rocha RF, Klamt F, Moreira JC. J Med Food. 2009 Dec;12(6):1375-80. Centro de Estudos em Estresse Oxidativo, Universidade Federal do Rio Grande do Sul, Departamento de Bioquímica, Porte Alegre, Rio Grande do Sul, Brazil.

Dietary Reference Intakes for Thiamin, Riboflavin, Niacin, Vitamin B6, Folate, Vitamin B12, Pantothenic Acid, Biotin, and Choline (1998) Institute of Medicine (IOM)

Multivitamin use, folate, and colon cancer in women in the Nurses' Health Study. Giovannucci E, Stampfer MJ, Colditz GA, Hunter DJ, Fuchs C, Rosner BA, Speizer FE, Willett WC. Ann Intern Med. 1998 Oct 1;129(7):517-24. Brigham and Women's Hospital, Harvard Medical School, Boston, Massachusetts, USA.

The influence of folate and multivitamin use on the familial risk of colon cancer in women. Fuchs CS, Willett WC, et al Cancer Epidemiol Biomarkers Prev. 2002 Mar;11(3):227-34.

Larsson SC, Hakansson N, et al. Folate intake and pancreatic cancer incidence: a prospective study of Swedish women and men. J Natl Cancer Inst. 2006 Mar 15;98(6):407-13.

Sources (2)

Kelemen LE, Sellers TA, et al. Association of folate and alcohol with risk of ovarian cancer in a prospective study of postmenopausal women. Cancer Causes Control. 2004 Dec;15(10):1085-93.

Retinol-induced intestinal tumorigenesis in Min/+ mice and importance of vitamin D status.Hetland RB, Alexander J, Berg JP, Svendsen C, Paulsen JE. Anticancer Res. 2009 Nov;29(11):4353-60. Norwegian Institute of Public Health, Division of Environmental Medicine, Nydalen, NO-0403 Oslo, Norway.

Intakes of vitamin A, C, and E, and beta-carotene are associated with risk of cervical cancer: a case-control study in Korea. Kim J, Kim MK, Lee JK, Kim JH, Son SK, Song ES, Lee KB, Lee JP, Lee JM, Yun YM. Nutr Cancer. 2010;62(2):181-9, National Cancer Center, Kyunggido 411-769, Korea.

Nutrition aspects of lung cancer Cranganu A, Camporeale J. Nutr Clin Pract. 2009 Dec;24(6):688-700. Baylor University Medical Center, Dallas, TX, USA.

Cho E, Spiegelman D, et al. Premenopausal intakes of vitamins A, C, and E, folate, and carotenoids, and risk of breast cancer. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev. 2003 Aug;12(8):713-20.

Fucoidan-Vitamin C complex suppresses tumor invasion through the basement membrane, with scarce injuries to normal or tumor cells, via decreases in oxidative stress and matrix metalloproteinases.Saitoh Y, Nagai Y, Miwa N. Int J Oncol. 2009 Nov;35(5):1183-9 Cell-Death Control BioTechnology Laboratory, Faculty of Life and Environmental Sciences, Prefectural University of Hiroshima, Shobara, Hiroshima 727-0023, Japan.

Incidence of cancers, ischemic cardiovascular diseases and mortality during 5-year follow-up after stopping antioxidant vitamins and minerals supplements: A Postintervention Follow-up in the SU.VI.MAX Study. Hercberg S, Kesse-Guyot E, Druesne-Pecollo N, Touvier M, Favier A, Latino-Martel P, Briançon S, Galan P. Int J Cancer. 2010 Jan 26. UMR U 557 INSERM; U 1125 INRA; CNAM; Paris 13 University, CRNH-IdF, F-93017 Bobigny, France.

Giovannucci E. The epidemiology of vitamin D and cancer incidence and mortality: a review (United States). Cancer Causes Control. 2005 Mar;16(2):83-95. Review.

Gross MD. Vitamin D and calcium in the prevention of prostate and colon cancer: new approaches for the identification of needs. J Nutr. 2005 Feb;135(2):326-31. Review.
Grant WB, Garland CF. A critical review of studies on vitamin D in relation to colorectal cancer. Nutr Cancer. 2004;48(2):115-23.: 15231446

Gorham ED, Garland CF, et al. Vitamin D and prevention of colorectal cancer. J Steroid Biochem Mol Biol. 2005 Oct;97(1-2):179-94.

Sources (3)

Vitamin D intake and breast cancer risk in postmenopausal women: the Iowa Women's Health Study. Robien K, Cutler GJ, Lazovich D. Cancer Causes Control. 2007 Sep;18(7):775-82.

Serum and dietary vitamin E in relation to prostate cancer risk. Weinstein SJ, Wright ME, et al. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev. 2007 Jun;16(6):1253-9. Texte intégral : cebp.aacrjournals.org

Effect of selenium and vitamin E on risk of prostate cancer and other cancers: the Selenium and Vitamin E Cancer Prevention Trial (SELECT). Lippman SM, Klein EA, et al. JAMA. 2009 Jan

A randomized controlled trial evaluating the efficacy and safety of vitamin E supplementation for protection against cisplatin-induced peripheral neuropathy: final results. Argyriou AA, Chroni E,

Fatty fish and fish omega-3 fatty acid intakes decrease the breast cancer risk: a case-control study. Kim J, Lim SY, Shin A, Sung MK, Ro J, Kang HS, Lee KS, Kim SW, Lee ES. BMC Cancer. 2009 Jun 30;9:216. Cancer Epidemiology Branch, Division of Cancer Epidemiology and Management, Research Institute, National Cancer Center, Gyeonggi, South Korea

Institute for Oncology and Radiology of Serbia, Pasterova 14, 11000 Belgrade, Serbia.

Mozaffarieh M, Sacu S, Wedrich A. The role of the carotenoids, lutein and zeaxanthin, in protecting against age-related macular degeneration: a review based on controversial evidence. Nutr J. 2003 Dec 11;2:20. Texte integral : www.nutritionj.com

Toniolo P, Van Kappel AL, et al. Serum carotenoids and breast cancer. Am J Epidemiol. 2001 Jun; 153 (12): 1148-50. Texte intégral : aje.oxfordjournals.org

Freudenheim JL, Marshall JR, et al. Premenopausal breast cancer risk and intake of vegetables, fruits and related nutrients. J Natl Cancer Inst. 1996 Mar; 88(6): 340-48.

Slattery ML, Benson J, Curtin K, Ma KN, Schaeffer D, Potter JD. Carotenoids and colon cancer(1). Am J Clin Nutr. 2000 Feb;71(2):575-582.

Is there a benefit from lycopene supplementation in men with prostate cancer? A systematic review. Haseen F, Cantwell MM, O'Sullivan JM, Murray LJ. Prostate Cancer Prostatic Dis. 2009;12(4):325-32. Epub 2009 Sep 1.Cancer Epidemiology and Prevention Research Group, Centre for Public Health, Queen's University Belfast, Belfast, Northern Ireland, UK.

Protective effect of lycopene on oxidative stress-induced cell death of pancreatic acinar cells.Seo JY, Masamune A, Shimosegawa T, Kim H. Ann N Y Acad Sci. 2009 Aug;1171:570-5. Department of Food and Nutrition, Brain Korea 21 Project, Yonsei University College of Human Ecology, Seoul, Korea

Is green tea drinking associated with a later onset of breast cancer? Dai Q, Shu XO, Li H, Yang G, Shrubsole MJ, Cai H, Ji B, Wen W, Franke A, Gao YT, Zheng W. Ann Epidemiol. 2010 Jan;20(1):74-81. Department of Medicine, Vanderbilt Epidemiology Center, Vanderbilt-Ingram Cancer Center, Vanderbilt School of Medicine, Nashville, TN 37203-1738, USA

Polyphenols: biological activities, molecular targets, and the effect of methylation. Landis-Piwowar KR, Dou QP. Curr Mol Pharmacol. 2008 Nov;1(3):233-43 Barbara Ann Karmanos Cancer Institute and Department of Pathology, School of Medicine, Wayne State University, Detroit, Michigan 48201-2013, USA.

Green tea polyphenols for prostate cancer chemoprevention: a translational perspective. Johnson JJ, Bailey HH, Mukhtar H, Phytomedicine. 2010 Jan;17(1):3-13.University of Wisconsin School of Pharmacy, Division of Pharmacy Practice, 1031 Rennebohm Hall, Madison, WI, USA.

(études CARET (beta Carotene And Retinal Efficacit Trial) et ATBC (Alpha-Tocopherol, Beta-Carotene Cancer Prevention (ATBC) Trial)

Bjelakavic G et al., Mortality in randomized trials of antioxidant supplements for primary and secondary prevention. Systematic review and meta-analysis. JAMA 2007)

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

Anticancer - David Servan Shreiber

Et si les plantes étaient les seuls vrais antioxydants ? - Dr Eric Menat

Aide mémoire des vitamines – Yves Donadieu

http://www.afssa.fr/ 

mots-clés : Tumeur au cerveau
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.