Sommaire

De nombreux bienfaits pour la santé

L’activité physique régulière (au moins une demi-heure par jour) protège la santé. En facilitant l’action de l’insuline, elle abaisse la glycémie, mais elle augmente aussi le bon cholestérol (HDL) et diminue le mauvais (LDL). Elle abaisse le risque de maladies cardio-vasculaires et d’hypertension artérielle, aide à contrôler son poids, améliore les fonctions cardiaques et respiratoires, la souplesse et l’équilibre. Enfin, elle procure un bien-être physique et psychique immédiat après l’effort.

Quelles activités choisir ?

Marche, randonnée ou natation sont idéales, c’est vrai, mais toute activité est bénéfique, pour peu qu’on l’adapte à ses capacités et qu’on ait du plaisir à la pratiquer. Sachez qu’un peu d’exercice vaut mieux que pas du tout ! Et que faire les courses à pieds plutôt qu’en voiture, promener son chien, jardiner ou bricoler constituent aussi un effort !

A noter : en l’absence d’activité "sportive", en raison de capacités physiques réduites, il faut descendre une station de bus plus tôt et tâcher d’éviter l’ascenseur…

A quelle fréquence pratiquer ?

Il n’y a ni fréquence, ni intensité idéale. Il n’y a qu’une règle : l’effort doit rester modéré (en clair : si la respiration s’accélère, la conversation doit rester possible durant la pratique). En fait, l’important, c’est la régularité. Les bienfaits pour la santé cardio-vasculaires sont meilleurs si l’activité physique est récurrente et prolongée. Le mieux serait d’effectuer 150 minutes d’exercices par semaine (jardinage, bricolage… compris), répartis si possible en 5 x 30 minutes ou en 3 séances de 1 à 2 heures. En France, le PNNS (Programme national nutrition santé), recommande d’ailleurs 30 minutes de marche rapide par jour. A retenir : si la durée d’exercice paraît difficile à tenir, mieux vaut prévoir une activité plus courte (15 à 20 min), que de longues séances espacées. Après une remise en forme de quelques semaines, on peut alors rallonger la durée si on le souhaite.

Les précautions à prendre

Avant de se lancer, il faut d’abord penser à un bilan médical. Il s’impose, surtout si l’on n’a pas pratiqué d’activité physique depuis un certain temps. Ce bilan permet de contrôler la tension artérielle, l’état du coeur, des artères, des pieds, des yeux et de faire un contrôle articulaire. Ensuite, il faut garder à l’esprit qu’une activité physique peut être source d’hypoglycémie. Mieux vaut donc bien connaître ses signes, garder toujours sur soi de quoi se resucrer (morceaux de sucre, barres de céréales…), voire modifier son traitement avec son médecin. Enfin, il faut savoir que les sports d’endurance (vélo, natation, marche…) sont plus faciles à gérer que les sports intenses. Leur surveillance est plus facile et leurs effets sur la glycémie plus prévisibles.

> Les biens rares des plus grands promoteurs sont sur Immo.planet !

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.