La simple vue d'un repas provoque un certain nombre de réactions dans le corps. C'est en tout cas la conclusion d'une nouvelle étude menée par des chercheurs de l'Université de Bâle (Suisse). La recherche a été relayée par la revue scientifique Cell Metabolism.

Selon, leurs découvertes, avant même que les glucides n'atteignent la circulation sanguine, la vue et l'odeur d'un repas vont déclencher la libération d'insuline.

On rappelle que les glucides sont des molécules organiques, constituées de carbone, d’oxygène et d’hydrogène. Ils constituent la principale source d’énergie de notre corps - et particulièrement de notre cerveau. On retrouve les glucides simples (ou “sucres rapides” qu'on trouve dans le pain de mie, les gâteaux industriels, les bonbons et les chocolats, mais aussi dans les fruits, les légumes et les laitages) et les glucides complexes (on les retrouve dans les aliments contenants de l'amidon, les céréales et les légumes secs).

Cette libération d'insuline va impliquer une réponse inflammatoire à court terme. Chez les personnes en surpoids, cela peut devenir un problème.

Cette réponse inflammatoire est aussi impliquée dans le diabète de type 2

Il n'avait pas encore été établi que la simple perception d'un repas envoyait un signal au pancréas pour augmenter la production d'insuline.

Aujourd'hui, les chercheurs de l'Université de Bâle et de l'Hôpital universitaire de Bâle ont identifié une pièce importante du puzzle : un facteur inflammatoire appelé interleukine 1 bêta (IL1B), qui est également impliqué dans la réponse immunitaire aux agents pathogènes ou dans les lésions tissulaires.

"Le fait que ce facteur inflammatoire soit responsable d'une proportion considérable de la sécrétion normale d'insuline chez les individus en bonne santé est surprenant, car il est également impliqué dans le développement du diabète de type 2", explique le professeur Marc Donath, responsable de l'étude, du département de biomédecine et de la clinique d'endocrinologie.

Cette forme de diabète est causée par une inflammation chronique qui endommage, entre autres, les cellules productrices d'insuline du pancréas.

La vue d'un repas stimule des cellules immunitaires du cerveau

Au niveau de votre cerveau, la vue d'un repas va aussi provoquer certains phénomènes.

"L'odeur et la vue d'un repas stimulent des cellules immunitaires spécifiques dans le cerveau, appelées microglies, explique l'auteure de l'étude, le Dr Sophia Wiedemann, médecin résidente en médecine interne. Ces cellules sécrètent brièvement de l'IL1B, qui à son tour affecte le système nerveux autonome via le nerf vague. Ce système relaie ensuite le signal au site de sécrétion d'insuline, c'est-à-dire le pancréas".

Dans le cas de l'obésité morbide, cette phase de sécrétion d'insuline à médiation neurale est perturbée. Plus précisément, par la réponse inflammatoire excessive initiale, comme l'explique la doctorante Kelly Trimigliozzi, qui a réalisé l'essentiel de l'étude en collaboration avec Wiedemann.

Sources

https://linkinghub.elsevier.com/retrieve/pii/S1550413122002212

mots-clés : Diabète
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.