Sommaire

Les dangers des fours et cuisinières à gaz

Selon une récente étude menée par l’université de Stanford aux États-Unis, les gaz émis par les cuisinières et les fours domestiques sont non seulement dangereux pour la planète, mais aussi pour la santé publique. D’après les relevés et calculs des chercheurs, les émissions des cuisinières à gaz dans les foyers américains ont le même impact sur le réchauffement climatique que celui de 500 000 voitures à essence… C’est dire si les émissions sont importantes et particulièrement dangereuses pour la santé.

Cuisine à gaz : une forte concentration d’oxyde d’azote

Pour mener leur étude, les chercheurs ont mesuré les gaz libérés dans 53 maisons californiennes pendant la combustion, l'allumage et l'extinction des fours et cuisinières à gaz, ainsi que lorsque les appareils étaient éteints. Les équipements qui faisaient partie de l'étude avaient entre trois et 30 ans et provenaient de 18 marques différentes. Que ce soit l’âge ou le coût du poêle, aucune de ces données ne semble avoir d'impact sur les résultats.

Deux types de gaz ont été particulièrement étudiés : le méthane et l’oxyde d’azote (NO2). C’est le second qui nous intéresse ici, car c’est celui qui est le plus nocif pour la santé humaine. "Il n'y a pas de normes intérieures actuelles pour le NO2. Nous voulions mesurer les taux d'émissions de ces polluants à l'intérieur des maisons pour voir à quelle vitesse ils sont générés par les poêles, et de quelle façon les concentrations s'accumulent dans une maison au fil du temps, selon sur la ventilation et la taille de la cuisine”, a déclaré Eric Lebel, auteur principal de l'étude.

Or, dans certains cas, ces concentrations ont dépassé la norme d'une heure en plein air en seulement quelques minutes, de quoi inquiéter les scientifiques. Par ailleurs, une quantité importante a été également mesurée alors que les cuisinières étaient éteintes.

Les dangers de l’oxyde d’azote pour l’homme

Le NO2 est un gaz irritant capable de pénétrer les ramifications les plus fines des voies respiratoires. “Il peut provoquer des difficultés respiratoires ou une hyperréactivité bronchique chez les personnes sensibles et favoriser l'accroissement de la sensibilité des bronches aux infections chez l'enfant”, détaille l’Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe). En comparaison, ce gaz est 40 fois plus toxique que le monoxyde de carbone bien connu pour ses risques liés à une intoxication.

Les autres gaz nocifs de la cuisine

Cuisiner grâce au gaz nous expose également à d’autres émissions nocives pour la santé, et notamment au formaldéhyde, au monoxyde de carbone et aux oxydes nitriques. Ces gaz peuvent déclencher de l'asthme, de la toux, une respiration sifflante et des difficultés respiratoires. Les personnes âgées, les enfants et les asthmatiques sont les individus les plus sensibles à ces risques.

Connaître les risques est un bon point de départ, mais comment réussir à protéger sa santé ?

Cuisine au gaz : comment protéger sa santé ?

Selon le chercheur Éric Lebel, les émissions sont directement proportionnelles à la quantité de gaz brûlé. "Donc, si vous allumez un autre brûleur, si vous utilisez un brûleur plus gros ou que vous le tournez plus haut, cela créera plus d’oxydes d’azote", a-t-il déclaré à la chaîne de télévision américaine CNN.

La concentration de ces gaz dépend de la taille de votre cuisine : plus l’espace est petit et plus les gaz auront tendance à s’accumuler et inversement. Mais même dans une petite cuisine, vous pouvez faire baisser les niveaux de concentration.

Gaz toxiques : bien ventiler pour les évacuer

Le chercheur insiste sur le rôle de la ventilation de la cuisine pour prévenir les concentrations trop élevées de gaz toxiques. Il est donc conseillé de toujours ventiler la pièce pendant et après la cuisine. Au mieux, il faut installer une hotte qui ne récupèrera pas uniquement les odeurs de cuisson, mais aussi une bonne partie de ces gaz toxiques. Comme nous l’avons évoqué précédemment, les gaz continuent à être émis lorsque la cuisinière est éteinte. Une bonne aération est donc primordiale tous les jours pendant au moins une dizaine de minutes, même lorsque vous ne cuisinez pas.

Les appareils de cuisson pour protéger sa santé

Pour améliorer la qualité de l’air que nous respirons dans nos intérieurs, il est également possible d’utiliser certains appareils ménagers qui émettent moins de gaz toxiques.

Misez sur le tout électrique

Selon Rob Jackson, professeur de sciences du système terrestre à l'Université de Stanford en Californie et co-auteur de l’étude, l’électrification pourrait “rendre notre air plus pur et améliorer notre état de santé”. En plus d’être moins polluants, les plaques et fours électriques ont aussi l’avantage d’être bon marché à l’achat et simples d’utilisation.

Bien choisir ses ustensiles de cuisine

S’il y a bien un ustensile qu’il faut bannir de la cuisine, c’est la poêle antiadhésive en téflon ! En effet, le polytétrafluoroéthylène ou PTFE présent dans ces poêles est a priori sans danger à basse température, mais pas au-delà de 260°C, car il produit alors des émanations de gaz fluorés toxiques. Comme une cuisson à la poêle est généralement comprise entre 150 et 350 °C et qu’il est difficile de juger si l’on dépasse ou non les 260°C, mieux vaut miser sur des ustensiles moins dangereux, quelle que soit la température.

Pour cela, privilégiez la fonte ou le fer. L’inox (ou acier inoxydable), qui est un alliage de fer, de chrome et de nickel, est également une bonne alternative car il a l’avantage de ne pas rouiller. Néanmoins, ce matériau ne convient pas aux personnes allergiques au nickel.

Sources

https://www.medicinenet.com/script/main/art.asp?articlekey=270590 

https://edition.cnn.com/2022/01/27/us/natural-gas-stoves-methane-climate/index.html 

https://www.ademe.fr/entreprises-monde-agricole/reduire-impacts/reduire-emissions-polluants/dossier/oxydes-dazote-nox/definition-sources-demission-impacts

https://www.france-assos-sante.org/2015/04/07/ustensiles-et-contenants-alimentaires-faut-il-craindre-la-migration-des-produits-toxiques-dans-notre-nourriture/ 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.