La pollution interieure favorisee par certains aliments

Entre le chauffage et les polluants intérieurs, particulièrement présents dans votre cuisine, votre domicile n'est pas à l'abri de la pollution intérieure Meubles, tissus, vêtements, animaux de compagnie... La pollution est partout.

En 2014, l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail) estimait à travers une étude près de 20.000 le nombre de décès prématurés annuels provoqués par les polluants de l’air intérieur les plus connus.

Et pour cause, votre air est saturé de composés organiques volatiles (COV), issus principalement des matériaux de construction, meubles de décoration, du chauffage et produits d’entretien…

Saviez que vous votre cuisine était l'épicentre de la pollution intérieure ? La cuisson des aliments participe activement à la pollution, au même titre que les appareils utilisés et les aliments préparés. "Même si les odeurs qui s’échappent de la cuisine sont agréables, il est possible que l’air contienne certains polluants indésirables", avertit la marque de produits ménagers Dyson. Découvrez à travers notre diaporama les aliments et autres sources de pollution de votre cuisine.

Pollution intérieure : quel danger pour la santé ?

Selon le type de polluants, le profil des usagers (personnes vulnérables, jeunes enfants, etc.) et le type d’exposition, les conséquences peuvent être immédiates ou se jouer à long terme, explique Airparif, association de surveillance de la qualité de l'air.

Parmi risques immédiats, l'association décrit une gêne au niveau des yeux, du nez, de la gorge ou encore des voies respiratoires. Plus rarement, cette exposition peut causer des crises d’asthme, voire des asphyxies dans le cas du monoxyde de carbone (CO).

Dans les cas d’exposition chronique, les pathologies sont plus graves et peuvent contribuer à l’apparition de cancers, de carences pulmonaires, de maladies cardio-vasculaires ou de crises d’asthme fréquentes.

Nous y pensons moins souvent, mais la pollution aura aussi un impact sur l'épiderme. Des chercheurs du CNRS ont déjà démontré à travers une étude que la pollution intérieure pouvait être à l’origine d’un vieillissement prématuré de l’épiderme et de maladies cutanées : érythème, eczéma, allergies cutanées, voire cancer. La pollution intérieure augmente le stress oxydatif, ce qui implique le vieillissement cellulaire. 

 

Sources

La vie en confinement: comment améliorer la qualité de l’air dans votre maison, Dyson

Trop de contaminants dans nos logements, UFC Que Choisir, avril 2020

Pollution de l’air intérieur : impact sur la peau et la détoxification protéique cellulaire, CNRS, septembre 2017

La qualité de l'air intérieur, Airparif

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.