Troubles de la mémoire, irritabilité, prise de poids… Les impacts néfastes sur la santé du manque de sommeil sont nombreux et bien connus. Une nouvelle étude pointe du doigt les effets nocifs que la fatigue pourrait aussi avoir sur votre cœur, notamment lorsqu’elle est associée à une activité physique intense. La rédaction vous décrypte les résultats publiés le 26 janvier dernier dans la revue Molecular Metabolism.

Une étude menée sur 16 hommes en bonne santé

"L'exercice est excellent pour le cœur, tandis que le manque de sommeil peut avoir un impact négatif sur le système cardiovasculaire. Mais on ne sait pas si un sommeil raccourci peut moduler le stress physiologique que l'exercice intense semble avoir sur les cellules du cœur", a déclaré Jonathan Cedernaes, médecin et professeur agrégé de biologie cellulaire médicale à l'Université d'Uppsala, qui a dirigé l'étude.

Pour mener leurs recherches, ils ont étudié 16 hommes en bonne santé et sans antécédents de pathologies cardiovasculaires. Ces derniers ont dû participer à deux sessions d’expériences pendant lesquelles ils ne dormaient pas le même nombre d’heures. La première fois, les participants devaient dormir entre sept et neuf heures pendant trois jours consécutifs, alors que la seconde fois, ils ont été maintenus éveillés une partie de la nuit pendant les trois jours, ne dormant pas plus de quatre heures et vingt-cinq minutes par nuit. Tout au long de l’expérience, des prises de sang ont été effectuées matin et soir.

Fatigue et sport : un risque accru de maladies cardiovasculaires ?

L’étude révèle que la pratique d’une activité physique intense après trois nuits consécutives de restriction du sommeil entraîne une “augmentation significative des niveaux circulants de la troponine, marqueur de stress cardiaque (hs-cTnT)”. Cette protéine se trouve dans les cellules du muscle cardiaque, elle est utilisée comme biomarqueur des lésions cardiaques. “Des niveaux sanguins plus élevés de troponine après l'exercice ont été liés à un risque prospectif relativement accru de maladies cardiovasculaires”, explique Jonathan Cedernaes.
"Cependant, nous avons noté que l'augmentation des niveaux de troponine circulante après l'exercice était variable selon les individus. Des recherches antérieures dans des conditions de repos ont également fait allusion à une telle variabilité, et il serait intéressant de découvrir les mécanismes."

Jonathan Cedernaes insiste également pour dire qu’aujourd’hui, "il n'existe aucune preuve suggérant qu'il serait nocif pour le cœur de faire de l'exercice régulièrement alors que vous avez trop peu dormi”. Le scientifique cherche plutôt à renverser l’argument : “en s'assurant de dormir suffisamment, on pourrait augmenter l'impact positif de l’exercice physique”.
Par ailleurs, le faible nombre de personnes étudiées, l’absence de femmes ou de seniors ne permettent pas aux chercheurs de conclure plus précisément sur les risques de l’activité physique et du manque de sommeil chronique sur la santé cardiovasculaire. “Nos résultats doivent être confirmés par exemple chez des sujets plus âgés ou chez des patients ayant des antécédents de maladie cardiaque”.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S221287782200014X?via%3Dihub 

https://medicalxpress.com/news/2022-01-curtailed-intense-stresses-heart.html 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.