La maladie de Parkinson est une maladie neurologique très invaldiante qui touche environ 200 000 personnes en France. On pense en premier lieu aux tremblements comme symptômes de Parkinson, mais la maladie cause également des troubles de la marche très handicapants. Selon une étude publiée le 8 septembre dernier dans la revue Neurology, le journal de l'Acadamie américaine de neurologie, il existe en réalité sept techniques permettant d'améliorer les troubles de la marche. Les chercheurs ont en effet réussi à démontrer que l'application de ces stratégies de compensation permet de surmonter les déficits de marche. L'étude révèle également que l'efficacité de ces techniques varie en fonction des caractéristiques individuelles de chaque patient, mais aussi en fonction du contexte dans lequel les techniques de marche sont appliquées, en intérieur, à l'extérieur ou dans un délai de temps précis.

C'est la première fois qu'une étude permet d'identifier des moyens de proposer une approche personnalisée aux malades dans le cadre de leur rééducation de la marche. Cette étude a porté sur 4324 personnes atteintes de la maladie de Parkinson et souffrant de troubles de la marche invalidants. La rigidité et la raideur musculaire associées à la maladie de Parkinson peuvent amener une personne atteinte à faire de petits pas et à marcher lentement. Au fur et à mesure que la maladie progresse, au-delà des déséquilibres, les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer, dont on connaît désormais l'une des origines, peuvent être frappés de "freezing". Il s'agit d'un piétinement brutal qui bloque le mouvement et rend la reprise de la marche et la gestion des espaces ou des virages très difficiles pour les personnes atteintes. Sans compter que ce manque de réactivité peut entraîner des chutes et des blessures. Parmi les participants à l'étude, 35% ont trouvé que leurs difficultés à marcher affectaient leur capacité à effectuer leurs activités quotidiennes habituelles et 52% d'entre eux ont fait une ou plusieurs chutes au cours de la dernière année.

Marcher en rythme, faire de la relaxation...

Selon l'auteur de l'étude, le Dr Anouk Tosserams, "nous savons que les personnes atteintes de la maladie de Parkinson inventent souvent spontanément des 'techniques' créatives pour surmonter leurs difficultés à marcher, afin de rester mobiles et indépendantes". L'étude liste en revanche ces sept stratégies reconnues pour faciliter le quotidien des patients et améliorer leurs troubles de la marche :

  • Créer des repères internes, comme un compte à rebours dans sa tête en marchant
  • Créer des repères externes, comme marcher en rythme grâce à un métronome
  • Changer l'exigence d'équilibre, en faisant par exemple des virages plus larges
  • Changer son état d'esprit en effectuant des exercices de relaxation
  • Observer en regardant quelqu'un marcher et en mimant sa technique de marche
  • Adopter un nouveau modèle de marche, comme sauter ou marcher à reculons
  • Utiliser autrement ses jambes en faisant du vélo ou en rampant

Il ressort de l'étude que 17% des personnes souffrant de la maladie de Parkinson n'avaient jamais entendu parler de ces techniques de marches et que seulement 7% d'entre eux avaient connaissance de ces sept stratégies précises pour améliorer sa manière de marcher. Ils étaient même 23% à n'en avoir d'ailleurs jamais essayé aucune. Pourtant, 76% des personnes les ayant testé assurent avoir noté un effet positif sur leurs troubles de la marche.

Une efficacité qui varie selon le contexte

Cependant, les chercheurs ont également découvert que les stratégies fonctionnaient différemment selon le contexte dans lequel la personne les réalisait. Les signaux internes, comme marcher en comptant dans sa tête, semblent très efficaces lors de l'initiation de la marche, avec un taux de réussite de 73%. Pourtant, seulement 47% ont trouvé cette tactique utile lorsqu'ils essayaient d'arrêter de marcher. De même, la visualisation des mouvements avait un taux de réussite de 83% lorsque les gens l'utilisaient pour marcher à l'extérieur, alors qu'il n'y a eu un taux de réussite que de 55% lorsque les gens l'ont utilisé pour se déplacer dans un espace étroit. "Nos résultats suggèrent qu'une approche 'taille unique' ne fonctionne pas, car différents contextes peuvent nécessiter des stratégies différentes, ou parce que les individus répondent simplement mieux à une stratégie par rapport à une autre", conclut l'auteure de l'étude Anouk Tosserams.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

Perception and Use of Compensation Strategies for Gait Impairment by Persons With Parkinson Disease, 8 septembre 2021.

https://n.neurology.org/content/early/2021/09/08/WNL.0000000000012633

People with Parkinson's may benefit from seven walking strategies, Science Daily, 8 septembre 2021.

https://www.sciencedaily.com/releases/2021/09/210908180523.htm

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.