L'obésité est-elle causée par un pesticide ? Selon une nouvelle étude canadienne publiée le 27 août dernier dans la revue Nature Communications, le chlorpyrifos, pesticide autorisé en France jusqu'en 2016 sur tous les fruits et légumes, puis seulement sur les épinards jusqu'en janvier 2020, serait un facteur responsable de l'obésité.

En effet, selon les chercheurs de l'université McMaster au Canada, ce pesticide peut réduire le processus de combustion des calories du corps, un processus connu sous le nom de thermogenèse induit par l'alimentation, qui oblige le corps à stocker ces calories supplémentaires et favorise l'obésité, une maladie qui tend à se développer dans de nombreuses régions en France.

2,25 kilos en plus par an

Pour parvenir à ces conclusions, les chercheurs ont testé les effets du chlorpyrifos sur des souris ayant un régime alimentaire riche en calories, en même temps que 33 autres pesticides et herbicides souvent utilisés.

"La graisse brune est le fourneau métabolique de notre corps, elle brûle les calories, contrairement à la graisse normale qui sert à les stocker. Cela génère de la chaleur et empêche les calories de se déposer sur notre corps sous forme de graisse blanche normale. Nous savons que la graisse brune est activée par le froid et lorsque nous mangeons", explique Gregory Steinberg, professeur de médecine et codirecteur du Centre for Metabolism, Obesity, and Diabetes Research de McMaster.

Fruits et légumes : consommer local

L'auteur de l'étude précise que "les changements de mode de vie concernant l'alimentation et l'exercice physique conduisent rarement à une perte de poids durable". "Nous pensons qu'une partie du problème peut être ce ralentissement intrinsèque du fourneau métabolique par le chlorpyrifos", analyse le chercheur. L'étude a révélé que le chlorpyrifos n'avait besoin que d'inhiber la consommation d'énergie dans la graisse brune que de 20 calories par jour pour favoriser l'obésité chez les adultes, entraînant une prise de poids d'environ 2,25 kilos par an chez la souris.

Si ce pesticide très courant a été interdit au sein de l'Union européenne en janvier 2020, il continue d'être utilisé dans de nombreux pays sur des produits qui sont importés en Europe. "Bien que les résultats n'aient pas encore été confirmés chez l'humain, il est important, dans la mesure du possible, de consommer des fruits et des légumes provenant de sources locales et, si vous consommez des produits importés, de vous assurer qu'ils sont bien lavés", recommandent donc les chercheurs.

Pour rappel, ce pesticide très courant avait déjà été épinglé en 2015 par un rapport de l’ONG Pesticide Action Network (PAN Europe) comme le pesticide perturbateur endocrinien le plus présent sur les fruits et légumes. La Commission européenne avait décidé d'adopter officiellement la fin de l’approbation pour le marché européen des pesticides chlorpyrifos et chlorpyrifos-methyl suite à la confirmation, par l’Autorité européenne de sécurité alimentaire (EFSA) en août 2019, d’effets nocifs sur la santé, en particulier des effets génotoxiques et neurologiques possibles. Les pesticides sont donc de manière générale à éviter et le mieux reste de consommer des fruits et légumes issus de l'agriculture biologique.

Sources

The pesticide chlorpyrifos promotes obesity by inhibiting diet-induced thermogenesis in brown adipose tissue, Nature Communications, 27 août 2021. 

https://www.nature.com/articles/s41467-021-25384-y

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.