7 millions de "faux" steaks hachés vendus à des associations caritatives

Publié le 11 Juin 2019 par Pauline Capmas-Delarue, journaliste santé
780 tonnes de steaks hachés, composés de tout, sauf de viande, ont été vendus à des associations, puis distribués aux personnes démunies. Les entreprises à l’origine de la fraude encourent une sanction pénale.
Publicité

7 millions de© Istock

Nouveau scandale alimentaire dans l’hexagone. Et cette fois-ci, les personnes démunies sont les plus touchés. En effet, 780 tonnes de steaks hachés frauduleux ont été livrées à des associations caritatives depuis juillet 2018.

Publicité

Des steaks composés de gras, de peaux… et de produits non-autorisés

Les Restos du Coeur, la Croix Rouge, le Secours Populaire et la Fédération Française des banques alimentaires ont toutes reçu cette viande, importée de Pologne. Au mois de mars, leurs bénévoles donnent l’alerte : la couleur et la texture de ces steaks leur semble suspectes.

Publicité

Les associations ont donc suspendu leur distribution et fait analyser ces produits par des enquêteurs de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Résultat : ces steaks hachés ne contiennent quasiment pas de viande. Leur composition est en majorité faite de gras, de peaux, de soja, d’amidon et d’autres produits non-autorisés sur le marché français.

Les fraudeurs risquent 2 ans de prison et 1,5 million d’euros d’amende

Dans un communiqué, la DGCCRF annonce qu’elle a mené une enquête auprès de deux entreprises françaises - l’une fournissant ces produits, l’autre servant d’intermédiaire - et a saisi les autorités polonaises, afin de prolonger l’investigation au sein de la société fabricante. Les fraudeurs encourent deux ans de prison et 1,5 million d’euros d’amende, pour “tromperie en bande organisée”.

Publicité

Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances, a déclaré au micro de RTL que l’Etat allait transmettre cette affaire au procureur. Elle espère que la sanction qui en découlera servira d’exemple aux autres entreprises. “Il est hors de question que ce type d’attitude se reproduise”, affirme-t-elle.

Bien que ces “faux steaks hachés” soient composés de produits de très mauvaise qualité, la répression des fraudes précise qu’ils ne présentent pas de danger pour la santé des consommateurs. Elle salue également “le professionnalisme des associations, qui a permis une prompte alerte des services de l’Etat”.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X