Définition : qu'est-ce que la trachéite ?

La trachéite correspond à une inflammation de la muqueuse de la trachée.

Partie supérieure des voies respiratoires, la trachée est un organe tubulaire, d’une dizaine de centimètres de long chez l’adulte, qui permet le passage de l’air du larynx (au fond de la gorge) jusqu’aux bronches. Inversement, elle permet également le passage de l’air expiré vers les bronches vers les fosses nasales. L'intérieur de la trachée est tapissé d'une muqueuse, donc d'un tissu qui comporte de nombreuses cellules capables de fabriquer une sorte de mucus protecteur. C'est cette muqueuse très fragile qui peut s'enflammer et être responsable de la trachéite.

Il existe principalement deux types de trachéite :

  • La trachéite aiguë, la plus fréquente, d’origine virale, qui dure quelques jours seulement et touchant essentiellement les jeunes enfants au cours d’épidémies hivernales,
  • et la trachéite chronique qui dure plusieurs semaines, et qui est à explorer, notamment chez les sujets à risque comme les fumeurs.  

Illustration : anatomie de la trachée

 Illustration : anatomie de la trachée© Creative Commons

Crédit : BruceBlaus. When using this image in external sources it can be cited as: Blausen.com staff (2014) © CC - Licence : https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/

Chiffres clés

Les jeunes enfants sont les plus touchés par la trachéite, avec un pic vers l’âge de 2 ans, au cours d’épidémies hivernales. L’incidence est deux fois plus élevée chez les enfants de sexe masculin.

Le fait d’avoir déjà eu un épisode de trachéite augmente les risque de récidive, et rend plus sensible à une contamination par d'autres virus.

L’hospitalisation peut être nécessaire mais reste rare, l’intubation endotrachéale reste heureusement exceptionnelle.

Quels sont les symptômes de la trachéite ?

Les principaux symptômes de la trachéite chez l'adulte 

  • une toux spasmodique, sèche, par quintes, aggravée en position couchée et la nuit. En cas de surinfection, des glaires jaunâtres peuvent apparaître et la toux peut devenir grasse ;
  • une douleur thoracique, à type de brûlure, en arrière du sternum, liée à l’inflammation trachéale ;
  • une fièvre qui peut être élevée, mais qui doit disparaître en quelques jours ;
  • une grande fatigue ;
  • des difficultés à parler (dysphonie) ou une extinction de voix, appelée aphonie, surtout si le larynx est également atteint (laryngite).

Les symptômes de la trachéite chez le bébé/l'enfant

Chez l’enfant, les maux de gorge et la fatigue sont prépondérants et les quintes de toux augmentent l’épuisement. Même si elle est bénigne, la trachéite de l’enfant est un moment pénible et fatigant pour l’enfant et les parents. Lorsqu’elle se complique, la trachéite de l’enfant peut provoquer un syndrome obstructif et des difficultés respiratoires. Cet état nécessite une hospitalisation.

Quelles sont les causes de la trachéite ?

La trachéite est, la plupart du temps d’origine virale, et survient au cours d’épidémies hivernales, parfois accompagnées d’autres affections de la sphère ORL  telles qu’une bronchite, une laryngite, une pharyngite ou une rhinopharyngite (rhume).

Les agents microbiens principalement responsables de la trachéite sont :

  • les virus para-influenza 1 et 2 ;
  • les virus influenza ;
  • le virus respiratoire syncytial ;
  • les adénovirus ;
  • des bactéries, plus rarement. La bactérie la plus souvent identifiée est un staphylococcus aureus et plus rarement un haemophilus influenzae ou un streptocoque.

Photo : colonies de Haemophilus influenzae 

Photo : colonies de Haemophilus influenzae© Creative Commons

Crédit : Manurx27 — Travail personnel © CC - Licence : https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/

Les autres causes de trachéite sont :

  • l’allergie rythmée par les saisons des pollens allergisants ;
  • une irritation due à la respiration d'un air pollué par le tabac, les fumées, les vapeurs de chlore…
  • une inflammation chronique (syphilis, tuberculose, maladies professionnelles…) ;
  • un traumatisme secondaire à une intubation ou une trachéotomie ;
  • une compression externe de la trachée par un ganglion ou une masse tumorale ;
  • la présence d’un corps étranger dans la trachée ;
  • une tumeur trachéale bénigne ou maligne, très rare.

Contagion de la trachéite

La trachéite est contagieuse car elle est la plupart du temps, d’origine virale ; la transmission se fait par les gouttelettes expectorées lors de la toux, par contact direct ou par des mains ou des objets souillées, par contact indirect.

L’incubation de la trachéite est de un à dix jours, en fonction du virus responsable. La contagion débute pendant la phase d’incubation et peut se poursuivre jusqu’à trois semaines après la disparition des symptômes.

L’immunité peut être acquise contre le virus en cause, mais la récidive est possible dans la mesure où les virus pouvant provoquer une trachéite sont nombreux.

Trachéite : quels sont les facteurs de risque ?

Les facteurs de risque de développer une trachéite sont :

  • le tabagisme chronique ;
  • les déficits immunitaires liés à des maladies chroniques ou à des traitements immuno-modulateurs.

Les trachéites touchent aussi fréquemment les personnes qui utilisent beaucoup leur voix, comme les chanteurs ou les orateurs. Les personnes trachéotomisés (c'est-à-dire ayant subi une intervention chirurgicale consistant en l'incision de la trachée et le placement d'une canule pour libérer les voies aériennes inférieures) sont aussi plus souvent atteints.

Personnes à risque de développer une trachéite 

  • Les personnes les plus à risque de développer une trachéite sont les bébés et les jeunes enfants, en raison de la petite taille de leurs voies respiratoires.
  • Celle-ci reste rare chez l’adolescent et l’adulte, sauf chez les sujets utilisant beaucoup leur voix (chanteurs, orateurs).
  • Les sujets immuno-déprimés en raison d’une maladie chronique ou d’un traitement immuno-suppresseurs sont aussi des personnes à risque.
  • Les sujets porteurs d’une trachéotomie (petit tube introduit ans la trachée, permettant la respiration, après un traumatisme ou une tumeur compressive, par exemple), sont plus souvent atteints de trachéite en raison du contact direct de la trachée avec le milieu extérieur et sont inflammation chronique.

Qui, quand consulter ?

En cas de symptômes de trachéite, une consultation chez le médecin généraliste peut être nécessaire. Il établira le diagnostic, essentiellement clinique, et proposera un traitement symptomatique. Si les symptômes persistent  malgré le traitement, il pourra demander l’avis d’un médecin ORL ou d’un pneumologue, surtout s’il s’agit d’un sujet à risque, afin d’effectuer des examens plus poussés.

Trachéite aiguë ou chronique : quels examens et analyses réaliser ?

La trachéite aiguë ne nécessite aucun examen complémentaire particulier, le diagnostic étant fait simplement sur l’examen clinique.

Les examens complémentaires sont indiqués en cas de persistance des symptômes, ou de passage de la trachéite à la chronicité (durabilité). Lorsque la cause de la trachéite chronique est identifiée, une prise en charge adaptée peut être mise en place. Ces examens sont :

  • Une radiographie pulmonaire notamment chez les fumeurs ou lorsque des difficultés respiratoires apparaîssent.
  • Un bilan allergologique, chez un allergologue.
  • Une fibroscopie bronchique, qui est réalisée lorsque le risque de complications est important. Une petite caméra est introduite dans les bronches via la trachée afin de visualiser l’état de la trachée. La fibroscopie sera réalisée en cas de tabagisme chronique, de risque de tumeur maligne, de difficultés respiratoires.
  • Un bilan biologique à la recherche d’une maladie inflammatoire chronique.

Durée de la trachéite

La trachéite est le plus souvent une maladie bénigne qui guérit spontanément en 5 à 7 jours, sans séquelles, en dehors, d’une toux sèche irritative qui peut durer quelques semaines après la guérison.

La trachéite peut cependant devenir chronique et durer plusieurs semaines, notamment chez les sujets à risque comme les tabagiques chroniques.

Quelles sont les complications de la trachéite ?

La principale complication de la trachéite est la surinfection bactérienne qui peut provoquer une otite, une sinusite, une bronchite ou une pneumonie.

Le passage à la chronicité est l’autre complication la plus fréquente.  

Illustration : la trachéite peut se compliquer en pneumonie

Illustration : la trachéite peut se compliquer en pneumonie© Istock

Quels sont les traitements pour soigner une trachéite ?

Traiter la trachéite avec du paracétamol, des antibiotiques ?

La trachéite aiguë, d’origine virale, peut guérir spontanément en quelques jours. Des traitements symptomatiques peuvent aider à passer le cap. Il peut s’agir de sirops anti-tussifs (à utiliser sur une courte durée et après avis du médecin traitant en cas d’aggravation des symptômes), de paracétamol pour faire baisser la fièvre. Il n’y a pas d’indication à l’antibiothérapie,  ni à la corticothérapie pour traiter une trachéite banale. 

Trachéite : quels sont les traitements chez l'enfant ?

Le traitement de la trachéite de l’enfant doit surtout viser à soulager les symptômes et améliorer le confort de l’enfant. Il repose sur la prescription d’antipyrétiques du type paracétamol, si la fièvre est élevée et mal tolérée, et de mesures hygiéno-diététiques.

Les antitussifs sont contre-indiqués chez l’enfant de moins de 2 ans. La corticothérapie de courte de durée peut être envisagée sur avis médical en cas de difficultés respiratoires.

Les mesures supplémentaires sont :

  • l’humidification de l’air de la chambre à coucher ;
  • assurer une bonne hydratation ;
  • rehausser les oreillers ou la tête du lit ;
  • éviter l’exposition au tabagisme passif.

Quels sont les traitements de la trachéite chronique ?

  En cas de trachéite chronique, il est indispensable de consulter un médecin généraliste, un  otorhinolaryngologiste (ORL) ou un pneumologue pour faire le bilan étiologique (historique de la maladie chez le patient). Une fois le bilan réalisé et la cause déterminée, le traitement peut être mis en route et peut comporter :

  • un traitement anti-allergique ou désensibilisation en cas d’origine allergique ;
  • la prise en charge d’une maladie chronique ou d’une tumeur si une telle pathologie est découverte ;
  • l’arrêt du tabagisme.

Cas particulier de la personne trachéotomisée : soulager avec de la cortisone ?

Chez les personnes ayant une trachéotomie, c’est à-dire un tube placé en permanence dans la trachée leur permettant de respirer, la trachéite peut être plus fréquente. Le traitement doit alors comporter des aérosols de corticoïdes et parfois une antibiothérapie.

Remèdes et médecines complémentaires : peut-on soigner naturellement une trachéite ?

  • les infusions de citron et de thym ont des vertus purifiantes et apaisantes, ainsi que des propriétés anti-septiques.
  • En homéopathie, les granules de Belladonna peuvent soulager une toux nocturne, aggravée en position allongée, le Coralium rubrum diminue les écoulements postérieurs irritant la trachée, et déclenchant la toux.
  • Le miel et ses dérivés comme la gelée royale ou la propolys ont des vertus adoucissantes et immunostimulantes.
  • La vitamine C permet de lutter contre la fatigue et a également des propriétés immunostimulantes.

Trachéite : le miel est-il efficace ?

Ma réponse de médecin généraliste :

"La consommation de miel et de vitamine C peut aider  à aller mieux et éviter les récidives, en raison de leurs propriétés immunostimulantes. L’arrêt du tabac est également recommandé."

Prévention de la trachéite

Comme toute maladie virale hivernale, la prévention passe par une bonne hygiène de vie au quotidienne, qui permet de conserver une immunité solide. Il s’agit d’avoir une alimentation saine, variée et équilibrée, de ne pas fumer, de ne pas boire d’alcool avec excès, d’avoir une activité physique régulière, à raison d’au moins 3 heures par semaine.

Lorsque la trachéite est d’origine allergique, il est nécessaire de réaliser le bilan allergologique et d’éliminer le contact avec le ou les allergènes.

En cas de trachéite virale et pour éviter la contamination, il est nécessaire :

  • de se laver correctement et régulièrement les mains ;
  • de se protéger lors de la toux ;
  • d’éviter le contact direc t avec des personnes fragiles (jeunes enfants, personnes âgées pou immunodéprimées).

Sites d’informations et associations

Des sites d’intérêt et des forums d’entraide sont consultables sur internet, notamment les sites :

Sources

https://publications.msss.gouv.qc.ca/msss/fichiers/guide-garderie/chap6-laryngotracheite.pdf

Société Française d'Oto-Rhino-Laryngologie et de la Chirurgie de la Face et du Cou, SFORL