Pneumonie : quels sont ses symptômes, sa contagion, ses causes, ses traitements ?

Certifié par nos experts médicaux MedisiteLa pneumonie correspond à une infection des poumons, le plus souvent bactérienne ou virale. Elle provoque alors une fièvre parfois élevée. Faisons le point avec le Docteur Anne-Christine Della Valle, médecin généraliste.

Qu'est ce que la pneumonie ?

La pneumonie est une inflammation d’un ou des deux poumons causée par une infection. Une bactérie, un virus ou un champignon sont les différents types de germes qui peuvent causer une pneumonie.

Lorsque ces germes présents dans l’air sont respirés, ils pénètrent dans les petits sacs d’air (alvéoles) des poumons par les voies respiratoires lors de la respiration mais ils peuvent provenir de la cavité buccale ou la sphère ORL (oto-rhino-laryngologique), ainsi ils peuvent se développer et vaincre les défenses naturelles du corps.

Chiffres : la pneumonie est-elle fréquente ?

On estime que la pneumonie cause 15% du nombre total de décès d'enfants de moins de 5 ans. 800 000 enfants de moins de 5 ans sont morts de pneumonie en 2015 dans le monde.

En France, les pneumocoques sont la première cause de pneumopathie bactérienne communautaire et de méningite bactérienne chez l’adulte.

Quelles sont les symptômes de la pneumonie ?

Les signes et symptômes de la pneumonie peuvent varier selon l’âge et le type de pneumonie.

Les pneumonies virales ou bactériennes ont les mêmes symptômes. Dans le cas d’une pneumonie virale, ils peuvent néanmoins être plus nombreux.

Les symptômes apparaissent lorsque les bactéries, virus ou champignons infectent les alvéoles des bronches et créent une inflammation.

Les alvéoles vont se remplir de liquide et de pus et provoquer :

  • Une toux grasse avec crachat de mucus jaune ou vert parfois tâché de sang.
  • Une forte fièvre accompagnée de frissons et de sueurs nocturnes.
  • Une douleur dans la poitrine à la respiration et lors des crises de toux.
  • Des essoufflements.
  • Des nausées ou des vomissements.

Les symptômes sont souvent moins remarqués, lorsque d’autres bactéries sont responsables, ainsi soyez vigilants et consultez si :

  • Vous êtes âgé ou immunodéprimé.
  • Vous avez de la fièvre élevée avec des troubles digestifs, des douleurs musculaires.
  • Vous avez une toux qui crache du mucus jaune, vert, ou teinté de sang.
  • Vous percevez une douleur dans la poitrine qui s’empire lorsque vous respirez fortement.
  • Vous avez des difficultés à respirer.
  • Vous avez un rhume, une bronchite ou une autre maladie virale qui ne guérit pas.
  • Vous avez une maladie chronique, surtout si elle est pulmonaire : BPCOmucoviscidose...

Photo : schéma des poumons montrant les bronchioles

Photo : schéma des poumons montrant les bronchioles© Creative Commons

Crédit : This work is in the public domain in the United States because it is a work prepared by an officer or employee of the United States Government as part of that person’s official duties under the terms of Title 17, Chapter 1, Section 105 of the US Code. Licence : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Illu_bronchi_lungs.jpg

Quelles sont les causes de la pneumonie ?

Les causes de la pneumonie sont nombreuses : des germes différents, des bactéries, des virus et des champignons...

Les causes de la pneumonie virale

Lorsqu’une pneumonie est causée par un virus, il s’agit d’une pneumonie virale. Le virus tel que celui de la grippe peut causer une pneumonie ainsi que le VRS (Virus Syncytial Respiratoire), qui est répandu chez les enfants.

Chez certaines personnes, la pneumonie virale peut être très grave :

  • Les personnes âgées.
  • Les nouveau-nés.
  • Les personnes avec un système immunitaire affaibli par des maladies : maladie pulmonaire chronique, VIH, cancer, diabète.
  • Les femmes enceintes.

Les causes de la pneumonie bactérienne

Lorsqu’une pneumonie est causée par une bactérie, il s’agit d’une pneumonie bactérienne. Le type de bactérie le plus courant est le pneumococcus

Les autres bactéries pouvant causer la pneumonie incluent : Mycoplasma pneumoniae qui peut être responsable de petite épidémies en collectivité : famille, classe, bureau..., Chlamydia pneumoniae et Legionella pneumophila.

La « pneumonie lobaire », est une pneumonie bactérienne qui habituellement affecte un lobe entier du poumon. Elle peut toucher des personnes de tout âge.

Photo : streptococcus pneumonia

Photo : streptococcus pneumonia© Creative Commons

Crédit : Photo Credit: CDC/Janice Carr Content Providers(s): CDC/Dr. Richard Facklam — This media comes from the Centers for Disease Control and Prevention's Public Health Image Library (PHIL), with identification number #262. Note: Not all PHIL images are public domain; be sure to check copyright status and credit authors and content providers. © CC - Licence : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Streptococcus_pneumoniae.jpg

Les causes de la pneumopathie d’inhalation

Elle s’attrape en respirant (aspirant) quelque chose dans les poumons : vomissures, aliments ou poussières. Les vomissures étant la cause la plus répandue.

Si une personne est sans connaissance (ou à demi évanouie) en raison d’un accident vasculaire cérébral, d’un accident ou d’une surdose d’alcool ou de drogue, elle peut contracter cette pneumonie.

 Les autres causes de pneumonie par inhalation incluent :

  • Des liquides.
  • Des poussières.
  • Des champignons.

Les autres types de pneumonie

Pneumocystis jiroveci : il touche les personnes ayant un système immunitaire affaibli. Ce champignon étant répandu dans l’environnement, il peut provoquer la pneumonie.

Ce type de pneumonie est plus fréquent chez les personnes souffrant de :

  • VIH/sida.
  • Diabète.
  • Anémie falciforme (drépanocytose).
  • Maladies pulmonaires.
  • Dont le système immunitaire est affaibli par un traitement contre le cancer.

Les personnes en bonne santé tombent rarement malades en respirant le champignon pneumocystis jiroveci.

Quels sont les facteurs de risques de pneumonie ?

Les facteurs pouvant favoriser l’apparition d’une pneumopathie sont les suivants :

  • L’âge : il n’y a pas d’âge mais elle est plus fréquente avant deux ans et après 65 ans.
  • Une maladie pulmonaire chronique : asthme, fibrose kystique, mucoviscidose, BPCO (La bronchopneumopathie chronique obstructive).
  • Une chirurgie ou un traumatisme récent, une hospitalisation en réanimation, notamment en cas d'assistance respiratoire.
  • Des problèmes immunitaires : dus à un traitement contre le cancer, au VIH/sida, à une greffe d’organe ou à d’autres maladies.
  • Des troubles de la déglutition après une chirurgie pour traiter un cancer de la bouche, de la gorge ou du cou.
  • Le tabagisme.
  • La survenue d'une grippe : la pneumonie étant la complication bactérienne la plus fréquente de la grippe saisonnière.
  • D’autres maladies sérieuses comme la maladie du cœur, la cirrhose du foie ou le diabète sucré.

Quelles sont les personnes à risque de pneumopathie ?

Elle est souvent favorisée chez des personnes ayant ces caractéristiques :

  • Les personnes qui fument.
  • Les personnes âgées de plus de 65 ans.
  • Les personnes ayant eu des maladies préexistantes et présentant une déficience de l’immunité.
  • Les personnes ayant déjà eu une pneumonie bactérienne.
  • Les personnes hospitalisées dans un service de réanimation ou sous assistance respiratoire.
  • Les personnes souffrant d’une affection respiratoire chronique telle que l’asthme, la mucoviscidose ou la BPCO (broncho-pneumopathie chronique obstructive).

La pneumonie est-elle contagieuse ?

Théoriquement, les virus à l’origine d’une pneumonie peuvent être transmis d’un malade à une autre personne.

Les pneumonies virales peuvent être très contagieuses :

  • Le virus rhinovirus aussi responsable des rhume est très contagieux.
  • Le virus influenza à l‘origine de la grippe se transmet également facilement.

Pneumonie bactérienne sont moins contagieuses

Les pneumocoques, bactéries le plus souvent responsables des pneumonies, se transmettent entre personnes, par contact direct et étroit avec la personne infectée ou porteuse, en particulier lors de baisers, de toux ou d’éternuements.

"Toutefois dans les faits, la pneumonie reste une pathologie relativement peu contagieuse", précise le Dr Anne-Christine Della Valle, médecin généraliste.

Qui, quand consulter en cas de pneumonie ?

La pneumonie débute le plus souvent de façon aiguë : arrivée brutale d'une fièvre élevée avec des frissons, de la sueur, une toux sèche au début, puis grasse avec des crachats jaunâtres.

Puis des douleurs dans la poitrine lors de la toux et de la respiration surviennent, parfois d'un essoufflement et de troubles digestifs.

Il est alors conseillé de consulter rapidement le médecin-traitant.

Quelles sont les complications d'une pneumonie ?

En général, en quinze jours avec un traitement antibiotique, la pneumonie bactérienne évolue vers la guérison.

Néanmoins, des complications qui nécessitent d'hospitaliser la personne subsistent et peuvent être :

  • Une septicémie : le germe responsable se dissémine dans le sang.
  • Une pleurésie :   inflammation de la plévre la membrane qui entoure les poumons et tapisse la paroi thoracique.
  • Un abcès du poumon : la cavité dans le poumon se remplie de pus.
  • La décompensation d'une maladie chronique : diabète, insuffisance cardiaque, BPCO...

Pneumopathie : quels examens et analyses sont nécessaires ?

L'examen clinique :

Le médecin va établir un diagnostic en interrogeant et en auscultant les poumons à la recherche de bruits anormaux appelés « râles », spécifique de la pneumonie, localisés au niveau d'un seul poumon.

Les examens complémentaires :

  • Une analyse de sang à la recherche de signes d'infection bactérienne.
  • Une radiographie du thorax qui montre la présence d'un foyer infectieux.

Quels sont les traitements de la pneumonie ?

Le traitement est souvent administré à l’hôpital car la pneumonie peut rapidement évoluer.

Dans tous les cas, un traitement contre la fièvre est adminstré : ibuprofène ou paracétamol.

Une fois le germe identifié, un traitement adapté est prescrit :

Les traitement de la pneumonie bactérienne

C'est un traitement antibiotique administré le plus rapidement possible : amoxicilline associée ou non à l’acide clavulanique, pristinamycine ou lévofloxacine et parfois clarithromycine ou ceftriaxone si le germe est résistant.

Une hospitalisation peut être nécessaire en cas de signes de gravité :

  • Altération de la conscience.
  • Age supérieur à 65 ans.
  • Maladie chronique associée.

Les traitements de la pneumonie d’origine virale

La plupart du temps, elles sont sans gravité et guérissent sans traitement particulier. Cependant des médicaments pour faire baisser la fièvre sont recommandés.

Les antibiotiques ne sont pas efficaces pour ce type de pneumonie.

Les traitements de la pneumonie due à des champignons

C'est un traitement antifongique.

Pneumonie : faut-il faire une radiographie de contrôle ?

Réponse du Dr Anne-Christine Della Valle, médecin généraliste : 

"Il est recommandé de réaliser une radiographie pulmonaire de contrôle 48h après l'arrêt du traitement et éventuellement un bilan biologique".

Comment prévenir la pneumonie ?

Les mesures d’hygiène contre la pneumonie :

  • Se laver les mains.
  • Ne pas fumer : Les personnes qui fument et les enfants dont les parents sont fumeurs ont un risque accru de pneumonie.
  • Jeter ses mouchoirs après usage.
  • Ne  pas partager son verre ou vos ustensiles avec une personne malade.
  • Éviter d’être en contact avec une personne malade.
  • Se faire vacciner contre la grippe chaque année.

Les vaccins contre la pneumonie

Les pneumonies dues au pneumocoque peuvent être prévenues par la vaccination anti-pneumococcique.

Chez les jeunes enfants, le pneumocoque peut être responsable d'otites et de méningites. Résistant à de nombreux antibiotiques, et donc parfois difficiles à traiter.

  • Vaccination obligatoire :

Pour les nourrissons nés après le 1er janvier 2018, la vaccination contre le pneumocoque est obligatoire.

  • Vaccination recommandée :
    • Pour les enfants nés avant le 1er janvier 2018 par :
      • 2 injections à 2 mois d'intervalle : deux et quatre mois.
      • Un rappel à l'âge de 11 mois.
    • Pour les prématurés et les nourrissons à risque élevé d'infection pulmonaire :
      • 3 injections et un rappel.
    • Pour les enfants de plus de deux ans et les adultes qui présentent un risque élevé d'infection à pneumocoque :
      • Immunodéprimés (ayant un déficit immunitaire): porteurs du VIH, traitement par immunosuppresseurs, chimiothérapie, absence de rate...
      • Non immunodéprimés porteurs d’une maladie prédisposant à la survenue d'une infection à pneumocoque :
        • Maladie cardiaque : cardiopathie congénitale, insuffisance cardiaque...
        • Insuffisance respiratoire chronique : bronchopneumopathie obstructive emphysème, asthme sévère, mucoviscidose...
        • Maladie rénale chronique.
        • Maladie chronique du foie : cirrhose...
        • Diabète.
  • Vaccination contre la grippe

La pneumonie à pneumocoque est une des principales complications des formes compliquées de la grippe.

Ainsi, la vaccination permet d'éviter ces complications et est conseillée :

  • Chez les personnes de 65 ans et plus.
  • Chez les femmes enceintes.
  • Chez les adultes qui présentent un risque élevé de complications.
  • Chez les enfants qui présentent un risque élevé de complications.

Sites d’informations et associations sur les pneumopathies 

https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/maladies-et-infections-respiratoires/infections-a-pneumocoque

Source(s):

https://www.poumon.ca/sant%C3%A9-pulmonaire/maladies-pulmonaires/pneumonie

https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/pneumonia

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.