Sinusite : symptômes, causes, traitement et prévention

Certifié par nos experts médicaux MedisiteLa sinusite aiguë se manifeste par une sensation de lourdeur derrière les pommettes. Le traitement à mettre en place dépend de la cause de la sinusite.

Définition : qu'est-ce que la sinusite ?

Les sinus sont des cavités remplies d’air et tapissées d’une muqueuse creusées dans les os de la face. Chaque sinus communique avec les fosses nasales par un orifice de drainage (ostium). Une sinusite est une infection avec inflammation aiguë ou chronique des sinus. 

La sinusite est-elle fréquente ?

Dans 75% des cas, la sinusite disparaît spontanément et se traite sans avoir recours aux médicaments.

Quels sont les symptômes de la sinusite ?

Une sinusite se manifeste par certains signes facilement identifiables.

  • Un écoulement nasal qui change de couleur. Il passe du jaune au vert.
  • Une pression et une importante douleur au niveau du visage.
  • Une obstruction du nez.
  • Une congestion nasale.
  • Un odorat altéré.
  • Une mauvaise haleine.
  • Des maux de tête.
  • De la fièvre.
  • Une toux.
  • Présence de ganglions.

Les symptômes sont différents pour les sinusites bactériennes.

La sinusite frontale se manifeste par :

  • Une douleur pulsatile au-dessus d’un seul œil.
  • Une fièvre souvent élevée.
  • Un écoulement nasal d’un seul côté.

La sinusite sphénoïdale se manifeste par :

  • Des céphalées derrière l’œil.
  • La douleur irradie vers le haut de la tête.
  • Les douleurs augmentent souvent la nuit.
  • Une importante fièvre.
  • Un écoulement nasal à l’arrière du nez.

L’ethmoïdite aiguë concerne principalement les enfants. Elle se manifeste par des symptômes spécifiques :

  • Un gonflement d’une seule paupière.
  • Des douleurs d’un œil.
  • Une importante fièvre.
  • Un écoulement nasal d’un seul côté.

Quelles sont ses causes ?

Une sinusite aiguë est souvent la conséquence d’une infection virale. Dans certains cas, des bactéries sont également à l'origine. L’infection se développe souvent après une obstruction des sinus liée en général à une infection virale des voies aériennes supérieures, telles que le rhume. La sinusite peut également se déclarer chez des personnes souffrant d’une hypertrophie des cornets du nez.

Photo : radios de sinus humains

Photo : radios de sinus humains© Istock

Le conseil du Dr Mélodie Kerimian, praticien Hospitalier, Unité de Rhinologie et Chirurgie des Sinus, Service d'ORL & de Chirurgie Cervico-Faciale de l’Hôpital Pellegrin, CHU de Bordeau

"La sinusite maxillaire aiguë bactérienne est la localisation la plus fréquente. La première cause est d'origine dentaire (abcès dentaire), mais peut également s'attraper par voie aérienne".

D’autres sinusites, beaucoup plus rares, sont d’origine bactérienne : les sinusites frontales, ethmoïdale et sphénoïdale. Elles sont plus graves en raison du risque de complications cérébro-méningées et oculaires. Elles nécessitent un traitement rapidement mis en place.

Quels sont les facteurs de risque ?

Certains facteurs peuvent favoriser l’apparition d’une sinusite. C’est par exemple le cas :

  • Des polypes nasaux.
  • D’une rhinite allergique.
  • En présence de sondes nasogastriques.
  • Des maladies comme le diabète ou les infections par le VIH.

Personnes à risque

En fonction de la cause de la première sinusite, les personnes qui en ont déjà eu une peuvent souffrir d’une nouvelle. « Les facteurs de risque touchent surtout les personnes immunodéprimées ou présentant un mauvais état bucco-dentaire, une anatomie particulière des fosses nasales et des sinus », précise la spécialiste.

Durée

Quand la sinusite est aiguë elle est de courte durée c’est-à-dire de trois à sept jours. Une sinusite chronique s’installe plus longuement et peut dépasser 90 jours.

La sinusite est-elle contagieuse ?

Dans la très grande majorité des cas, la sinusite n’est pas contagieuse. Le contact avec des personnes qui en souffrent ne fait donc pas courir de risque à son entourage. Dans certains cas, la sinusite est la conséquence d’un rhume. Le rhume peut donc alors se transmettre.

Qui, quand consulter ?

Il est recommandé de consulter un médecin généraliste si les symptômes persistent plus d’une semaine ou que des douleurs aux sinus apparaissent. Il est aussi recommandé de consulter sans tarder si une fièvre persiste plus de trois jours ou que des douleurs sous orbitaires s’installent.

Quelles sont les complications ?

La sinusite peut devenir chronique chez certains sujets. Il existe des facteurs favorisant la survenue de sinusite chroniques. Les allergies par exemple sont souvent à l’origine d’un blocage des sinus. Un traitement anti-histaminique peut aider à soulager. La présence de polypes dans les sinus favorise également l’apparition des sinusites. Le diagnostic se fait par une nasofibroscopie faite par l'ORL au cabinet. Le scanner permet seulement de faire le bilan pré-opératoire. Les polypes peuvent être enlevés chirurgicalement, en passant par les fosses nasales.

Lorsque les sinus sont bloqués, c’est-à-dire, totalement remplis de mucosités et que l’orifice par lequel elles doivent s’écouler est bouché, un drainage sinusien par les fosses nasales peut être envisagé. Cette technique est peu agréable mais apporte un soulagement immédiat. L’opération est réalisée, en général, sous anesthésie générale.

Chez certains patients, la sinusite peut causer une surinfection bactérienne. Elle se manifeste alors par des douleurs sous-orbitaires qui persistent et qui s’aggravent. Ces douleurs sont pulsatiles et s’installent d’un seul côté, elles augmentent quand la personne baisse la tête. L’écoulement par le nez s'aggrave et devient purulent. 

Examens et analyses de la maladie

Pour poser le diagnostic de sinusite, le médecin évalue les symptômes comme les maux de tête, la fièvre, etc. Généralement, aucun examen d’imagerie n’est recommandé. Dans certains cas, une tomodensitométrie (TDM) aide à déterminer l’étendue et la sévérité de la sinusite.

Le médecin généraliste ou le médecin spécialisé en oto-rhino-laryngologie (ORL) procède à un examen de la cavité buccale et nasale avec un nasofibroscope. Si l’origine de la sinusite est dentaire alors un examen dentaire est demandé.

Pour les sinusites frontales, ethmoïdales et sphénoïdales,  un scanner est utile.

Quels sont les traitements de la sinusite ?

Le traitement à mettre en place dépend de la cause.

Pour une sinusite aiguë maxillaire, d’origine virale, le traitement est symptomatique. Il repose sur des antalgiques et des antipyrétiques associés à des lavages de nez réguliers. 

La sinusite se soulage avec des médicaments antalgiques. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens peuvent permettre de soulager la douleur liée à la sinusite et aux maux de tête. Lorsque ceux-ci sont insuffisants, on peut y associer des corticoïdes par voie orale. « Des gouttes nasales ou des comprimés à base de vasoconstricteurs, qui décongestionnent la muqueuse, peuvent également être utiles en traitement court (5 jours maximum) », détaille l’Assurance maladie.

En cas de sinusite bactérienne, un traitement antibiotique est mis en place pendant quelques jours. Dans ce cas, les antibiotiques soulagent les symptômes de la sinusite. "Le traitement dure généralement de 7 à 10 jours, il s’agit généralement de l’amoxicilline ou de l'amoxicilline associée à l'acide clavulanique (augmentin)", précise le Dr Kerimian. Les antibiotiques sont également généralement prescrits si une infection dentaire est à l’origine de la sinusite. En cas d'allergie aux antibiotiques de la famille de l'amoxicilline, une céphalosporine par voie orale peut être utilisée. Il est impératif de respecter l’ordonnance, le nombre de prises quotidiennes et la durée du traitement.

Quand la sinusite est causée par une allergie, le médecin peut prescrire des antihistaminiques qui pourront soulager les symptômes. Il faut toujours respecter la posologie des médicaments et consulter un médecin en cas d’aggravation ou de symptômes persistants.

Dans le cas des sinusites frontale, ethmoïdale ou sphénoïdale, un traitement antibiotique adapté est recommandé pour éviter les complications. En première intention, le médecin prescrira une association amoxicilline/acide clavulanique.

Le conseil du Dr Kerimian :

"En présence d’une sinusite, il est nécessaire de favoriser l’évacuation du mucus par le nez pour limiter les risques de prolifération des microbes. Alors, le plus important c'est de faire des lavages de nez avec un grand volume d'eau de mer reconstitué."

Cette précaution permet de se prémunir contre les graves complications que peut entraîner la sinusite.

Certaines plantes peuvent être utilisées en cas de nez qui coule ou de nez bouché. C’est le cas de la lavande, du cyprès, de l’eucalyptus et du niaouli. Il suffit d’ajouter trois gouttes d’huile essentielle de l’une de ces plantes dans un bol d’eau bouillante. Respirer cette vapeur à l’huile essentielle permet de décongestionner les voies aériennes supérieures et de soulager le nez irrité par le rhume. Il ne faut pas dépasser 3 inhalations par période de 24 heures. Si les symptômes persistent, consultez un médecin. Attention : les huiles essentielles sont déconseillées aux enfants, aux femmes enceintes ou allaitantes, et aux personnes à la santé fragile. 

En cas de sinusites récurrentes, il est préférable de prendre rendez-vous chez un spécialiste, les récidives étant généralement dues à une complication d’un problème ORL. On peut toutefois soulager le mal de tête en utilisant des feuilles d’eucalyptus qu’on consommera sous forme de tisane : laissez infuser quelques feuilles pendant 10 minutes dans une tasse d’eau bouillante et prenez-en trois tasses par jour. Vous pouvez également profiter de cette préparation sous forme d’inhalation avant de la boire. Placez simplement votre tête au-dessus du bol contenant la tisane, avec une serviette sur la tête, et respirez les effluves pendant une dizaine de minutes. Vous pouvez optimiser l’inhalation en plaçant dans le bol une goutte d’huile essentielle de lavande.

Au quotidien, il est également recommandé de :

  • Se moucher fréquemment ;
  • Boire suffisamment pour ne pas se déshydrater  ;
  • Maintenir un taux d’humidité suffisant chez soi ;
  • Dans la mesure du possible, il est recommandé d’éviter de pencher la tête vers l’avant pour ne pas accentuer la douleur.

Prévention

Le tabagisme est un facteur aggravant la sinusite chronique. Il est donc conseillé d’arrêter de fumer dès l’apparition des premiers symptômes. Une mauvaise hygiène bucco-dentaire augmente le risque de sinusite, en particulier la présence d’un abcès dentaire.

Source(s):

Le site de l'Assurance maladie sur la sinusite
https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/sinusite

VOIR AUSSI : Sinusite maxillaire