Sommaire

De récentes recherches, conduites par des scientifiques italiens de l’Université de Naples Frédéric II, ont établi que le fait de boire un verre de lait et consommer un yaourt chaque jour pourrait aider à la prévention du diabète de type 2, quand d’autres aliments ont semblé provoquer l’effet inverse…

Les produits laitiers en fidèles protecteurs

Le lait a de moins en moins la cote, et pourtant... À l’heure où les « anti-lait » pointent du doigt la richesse des produits laitiers en graisses saturées et en calories, pas particulièrement bonnes pour la santé, le lait semble tout même présenter de nombreux bienfaits pour l'organisme. S’il était déjà connu que les produits laitiers jouaient un rôle préventif face au risque de maladie cardiovasculaire, de maladie rénale et de cancer, la liste continue de s’allonger.

Selon la nouvelle étude, publiée dans la revue Diabetes Research and Clinical Practice et regroupant les analyses de 175 travaux différentes, le lait et ses variants ont démontré leur effet protecteur face au risque de diabète type 2. Toutefois, les produits laitiers ne se valent pas tous : leur mission de prévention enregistre plus ou moins d’efficacité selon leur teneur en matières grasses.

Yaourt, lait, fromage : lesquels sont à privilégier ?

Il a été constaté que les personnes ayant consommé environ 200 g de lait par jour, comprenez environ un verre, avaient 10 % moins de risques d’être diabétiques que les personnes qui ont affiché une consommation moindre. Un chiffre encore abaissé à 6% pour les personnes qui ont consommé 100g de yaourt chaque jour.

Pas de différence notable à noter du côté du fromage. Les personnes ayant mangé 30g de fromage chaque jour, tout comme ceux qui ont mangé 200g de produits laitiers entiers, comprenant beurre et crème épaisse, n’ont pas vu leur risque d’être diagnostiqué par la maladie réduire. « Bien que des recherches plus approfondies soient nécessaires pour obtenir des preuves de haute qualité nécessaires pour formuler des recommandations solides, notre examen approfondi des preuves scientifiques montre que la consommation régulière de produits laitiers en quantités modérées, en particulier les produits à faible teneur en matières grasses, le lait et le yogourt, peut aider à réduire le risque de diabète de type 2 », explique le docteur Annalisa Giosuè, co-auteur de l’étude.

Glycémie : la composition des produits laitiers à la loupe

Comment ces conclusions s’expliquent-elles ? « Les produits laitiers sont riches en nutriments, vitamines et autres composés bioactifs qui peuvent influencer favorablement le métabolisme du glucose. Les probiotiques sont également connus pour exercer des effets, ce qui peut expliquer pourquoi nous avons constaté qu’une consommation régulière de yaourt est associée à un risque réduit de diabète de type 2 », argumente le docteur Giosuè.

Les bienfaits des produits laitiers sont imputables notamment à leurs nutriments, ces substances essentielles au bon développement de l’organisme et à son entretien quotidien. Vitamines, protéines, fibres, calcium… Les nutriments apportent ce qui est nécessaire au corps pour produire de l’énergie, mais ils répondent également aux besoins nutritifs des cellules et aident à maintenir l’équilibre chimique interne.

La quantité de glucides à surveiller de près

Le lait et ses substituts doivent notamment leur réputation au lactose qu’ils contiennent. Ce sucre, naturellement retrouvé dans la composition des produits laitiers, s’intègre dans la famille des glucides. Et ce sont justement ces glucides qu’il est essentiel de surveiller, pour espérer bénéficier des bienfaits des produits laitiers, sans risquer d’en inverser la tendance positive.

En effet, une surconsommation de glucides peut entraîner de nombreuses conséquences comme la prise de poids, les caries dentaires, les maladies cardiovasculaires et… le diabète de type 2, aussi appelé « diabète sucré ». Aussi, en tenant compte de la quantité de glucides à respecter quotidiennement à chaque repas, vous vous assurez un contrôle équilibré et efficace de la glycémie de votre organisme, tout en bénéficiant des propriétés préventives des produits laitiers.

Les aliments à éviter contre le diabète

Si les produits laitiers s’érigent en protecteurs, la viande ne profite pas des mêmes éloges. L’étude italienne a en effet démontré que l’excès de viandes rouges, de viandes transformées et même de viandes blanches provoquerait l’effet contraire des produits laitiers. 12 aliments d’origine animale ont été analysés dans le cadre de ces travaux, dont le lait et ses substituts, mais également la viande rouge (bœuf, agneau et porc), la viande blanche (poulet et dinde), la viande transformée (bacon, saucisses et charcuterie), le poisson et les œufs.

Il a alors été observé que les consommateurs de viandes rouges, à hauteur de 100g par jour, avaient augmenté leur risque de développer une forme de diabète type 2 de 22% par rapport à ceux qui en ont réduit la consommation. Le pourcentage de risque est même monté à 30% pour les personnes consommatrices de 50g de viande transformée chaque jour.

Cette viande moins risquée que la viande rouge

Les personnes friandes de viande blanche ont vu leur pourcentage risque de développer la maladie fixé à 4%, ce qui en fait un produit bien moins risqué que la viande rouge ou les viandes transformées. Pour la co-auteure de l’étude, « la viande rouge et la viande transformée sont des sources importantes de composants tels que les acides gras saturés, le cholestérol et le fer héminique, tous connus pour favoriser l’inflammation chronique de bas niveau et le stress oxydatif qui, à leur tour, peuvent réduire la sensibilité des cellules face à l’insuline. Les viandes transformées contiennent également des nitrates, des nitrites et du sodium qui peuvent endommager les cellules productrices d’insuline du pancréas ».

En effet, les viandes blanches bénéficient d’un bien meilleur profil puisqu’elles sont faibles en matières grasses, contiennent des acides gras favorables et une quantité inférieure de fer héminique. Si, pour les scientifiques à l’origine de ces travaux, il est « clair que la viande rouge et la viande transformée doivent être consommées avec parcimonie », la consommation d’œufs et de poisson s’inscrivent comme les substituts idéaux. Ces derniers n’ont semblé avoir aucun effet, ni positif ni négatif, sur le risque de développer la maladie.

Toutefois, les recherches restent à approfondir et l’équipe de scientifiques n’a pas manqué de préciser que les résultats de ces travaux étaient à prendre avec précaution.

Diabète type 2 ou le « diabète sucré »

Le diabète, maladie chronique se manifeste lorsque les cellules du corps développent une résistance à l’insuline, l’hormone directement responsable de la régulation de la glycémie. Pour rappel, il en existe deux formes : la première, le diabète type 1, se caractérise par l’absence de production d’insuline par le pancréas quand la deuxième, le diabète type 2, se présente en raison d’une mauvaise interprétation de l’insuline produite par les cellules. Plus répandu, l’apparition du diabète type 2 est bien souvent favorisée par le mode de vie et, donc, l’alimentation notamment.

« Le diabète de type 2 est l'une des principales causes de décès liés à l'alimentation dans le monde. En savoir plus sur la façon dont les différents composants alimentaires augmentent ou diminuent le risque de diabète de type 2 est essentiel à sa prévention », conclut la scientifique.

Sources

https://www.swft.nhs.uk/application/files/2516/1063/8217/Healthy_eating_with_diabetes_updated_2020.pdf

https://diabetesjournals.org/care/article/45/Supplement_1/S39/138909/3-Prevention-or-Delay-of-Type-2-Diabetes-and

mots-clés : Diabète
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.