Définition de l'intolérance au lactose

Le lactose est un sucre que l'on retrouve dans le lait et les produits laitiers. Son assimilation dans l'organisme se fait au niveau de l'intestin grêle grâce à la présence d'une enzyme digestive, la lactase. Le lactose passe alors dans l'intestin en ayant été digéré très partiellement ou transformé par des bactéries présentes, et provoque des troubles gastro-intestinaux.

À la naissance, nous sommes tous équipés de l'enzyme lactase, mais sa production diminue ensuite progressivement avec le sevrage et la baisse de consommation de lait au fil des années. Chez l'Homme, des mutations ont néanmoins permis le maintien relatif de cette enzyme, mais ces mutations sont assez hétérogènes selon les catégories de population. 

Image : structure chimique du lactose

Image : structure chimique du lactose

Intolérance au lactose : quelle différence avec l'allergie aux protéines du lait de vache ?

À la différence de l'allergie aux protéines de lait de vache (APLV), avec laquelle elle est souvent confondue, l'intolérance au lactose ne met pas la vie des personnes en danger.

L'allergie aux protéines de lait de vache est la première allergie alimentaire à apparaître chez l'enfant et débute, le plus souvent, chez le nourrisson dans les premiers mois de vie.

Il paraît utile de préciser leurs caractéristiques :

  • Le terme d'intolérance confirme l'absence totale ou partielle de l'enzyme, lactase, permettant de garantir le processus de digestion d'un aliment, soit l’assimilation du lactose. L'intolérance n’a pas de conséquence sur le système immunitaire.
  • L'allergie, est caractérisée par une réaction immunitaire face à un allergène alimentaire : une protéine. Les protéines du lait sont : caséine, alpha-lactalbumine, bêta-lactoglobuline. 

L'intolérance au lactose en chiffres

Il paraitrait que les hommes ne sont pas égaux face à cette pathologie. Si près de 4% de la population scandinave en souffre, les chiffres augmentent grandement en fonction des pays :

  • Entre 50 à 75% autour du pourtour méditerranéen ;
  • De 60 à 80% en Afrique ;
  • De 95 à 100% en Asie et Extrême-Orient.

L'Europe reste le principal foyer de population adulte qui digère le lactose.

En France, 30 à 50 % des adultes ont une digestion incomplète du lactose.

Quels sont les symptômes liés à une intolérance au lactose ?

Les symptômes les plus courants de l'intolérance au lactose sont :

  • des ballonnements,
  • des diarrhées ou une constipation,
  • des douleurs et des crampes abdominales,
  • des vomissements surtout chez l'enfant,
  • des flatulences et des gaz.

En général, on ne souffre que d'un ou deux symptômes, qui apparaissent entre 20 minutes et jusqu'au lendemain après l'ingestion d'aliments contenant du lactose (lait, produits laitiers, préparation à base de lait...).

Les troubles peuvent être plus ou moins désagréables en fonction :

  • de la quantité de lactose avalé ;
  • du seuil de tolérance de la personne ;
  • de sa façon d'être digéré.

Consommé en même temps que d'autres aliments, le lactose est généralement mieux toléré. Certains autres signes, plus rares et moins spécifiques, peuvent être présents comme une fatigue, une humeur dépressive, des vertiges, des maux de tête, un eczéma.

Quelles sont les causes d'une mauvaise digestion du lactose ?

Le lactose, un sucre du lait, doit être scindé en deux molécules, le glucose et le galactose, avant d'être absorbé. Cette digestion se fait grâce à une enzyme digestive présente dans l'intestin grêle, la lactase. Lorsque cette enzyme est absente ou insuffisamment produite dans l'organisme, l'intolérance au lactose se manifeste.

La "déficience primaire acquise" arrive en grandissant. En effet, il s'avèrerait qu'à l'origine, l'homme adulte n'était pas fait pour digérer le lait. Une mutation génétique, qui s'est transmise de génération en génération, aurait eu lieu il y a près de 10 000 ans dans les régions où le lait était utilisé comme nourriture. Elle se serait répandue dans certaines populations plus que d'autres, et permettrait aujourd'hui à certains de tolérer le lactose. Les intolérants seraient porteurs du gène original.

Enfin, dernier cas de figure, la "déficience secondaire en lactase" est liée à des maladies de l'intestin et peut être passagère. L'intolérance au lactose peut aussi se manifester, mais de façon temporaire chez des personnes qui ont été atteintes de graves gastro-entérites, d’affections touchant la muqueuse de l'intestin (maladie de Crohn...), ou traitées par chimiothérapie et radiothérapie. Il faut alors attendre que la muqueuse se reconstitue pour que la lactase réapparaisse.

Quels sont les facteurs de risques ?

Les facteurs de risque peuvent être :

  • la présence d'une maladie gastro-intestinales sous-jacente chez l'enfant ou l'adulte ;
  • un déficit congénital en lactase chez le nourrisson.

Qui sont les personnes à risque de l'intolérance au lactose ?

Les personnes à risques sont les personnes adultes et adolescentes sédentaires (Europe du Nord) qui auraient perdu l'habitude de consommer de manière régulière des produits laitiers. 

Le bébé peut-il être intolérant au lactose ?

Il est très rare qu'un nourrisson ait une déficience en lactase. Il pourrait s’agir d’une maladie rare : le déficit congénital en lactase.  En général, les premiers signes d'une intolérance surviennent vers l'âge de cinq ans.

Cependant, le bébé peut avoir, après une gastro-entérite ou une giardiase par exemple, une intolérance passagère au lactose. Cet épisode fréquent cesse lors de la guérison de la muqueuse intestinale.

Intolérance au lactose : passagère ou permanente ?

L’intolérance au lactose peut être transitoire / passagère ou permanente après une maladie gastro-intestinale, une maladie cœliaque ou après un traitement aux antibiotiques ou aux anti-inflammatoires qui aurait affecté la membrane intestinale.

Ainsi, dans certains cas, l’intolérance temporaire, disparaît quand l’état de l’intestin revient à la normale et dans d’autres cas, il faut savoir, en procédant graduellement, établir le « niveau de tolérance » au lactose.

Est-ce contagieux ?

L’intolérance au lactose n’est pas contagieuse

Qui, quand consulter ?

Vous pouvez faire un premier bilan avec votre médecin traitant pour évaluer l’intolérance. Si les douleurs persistent, il vous orientera vers un gastro-entérologue qui vous aidera à identifier votre "seuil de tolérance". Il pourra également vous aider à bien vous alimenter afin d’éviter les carences.

Quelles sont les complications de l'intolérance au lactose ?

L'intolérance au lactose n'entraîne pas de risque de complications, elle peut aussi être secondaire à une maladie de l’intestin grêle (maladie cœliaque, gastro-entérite, giardiase ou maladie de Crohn) et ne doit pas être confondue avec le syndrome de l'intestin irritable, dont les symptômes sont similaires.

Quels examens et analyses faire en cas de digestion incomplète du lactose ?

Il est possible de faire soi-même un test de sa tolérance au lactose. Il suffit de consommer à jeun un ou deux verres de lait et d'observer les symptômes qui apparaissent ensuite.

Cependant, seul le médecin peut poser un diagnostic définitif. Après un interrogatoire, il peut proposer au patient d’éliminer de son alimentation les produits contenant du lactose et de voir si les symptômes disparaissent puis de les réintroduire après deux semaines pour observer les effets sur l'organisme. Si le suivi d’un régime sans produits laitiers supprime la symptomatologie, et que les symptômes se manifestent de nouveau à la consommation de produits laitiers, le diagnostic semble confirmé.

Comment savoir si on est intolérant au lactose ?

Chez certaines personnes, les médecins confirment le diagnostic à l’aide d’un test d’haleine à l’hydrogène : le 'Breath Hydrogen Test' qui consiste à évaluer la présence d'hydrogène dans l'air expiré par le patient avant et après l'ingestion de 10g de lactose en solution. Le lactose lorsqu'il n'est pas digéré dans l'intestin se transforme sous l'action des bactéries en gaz, dont l'hydrogène. Cet hydrogène passe dans le sang et rejoint les poumons où il est exhalé. Si le taux d'hydrogène est élevé au niveau du souffle, cela signifie que la digestion du lactose est insuffisante.

Le test de tolérance au lactose est un autre test moins sensible, qui permet de déterminer le taux de glucose dans le sang après l'ingestion d'une quantité mesurée de lactose. Les médecins contrôlent les symptômes et mesurent plusieurs fois la glycémie (taux de glucose dans le sang). Les personnes qui peuvent digérer le lactose, ne développent aucun symptôme et présentent une augmentation de la glycémie. Celles qui ne peuvent pas digérer le lactose développent une diarrhée, des ballonnements abdominaux et un inconfort dans les 20 à 30 minutes, et leur glycémie n’augmente pas.

Que manger quand on est intolérant au lactose ?

Le lactose se trouve dans les produits laitiers tels que le lait, les laitages, les fromages frais. Cependant il convient d’être vigilent, car il existe sous forme d’ingrédients dans divers produits : biscuits, pains, saucisses, desserts, médicaments, charcuterie...

Que faire si vous digérez mal le lait et pensez avoir une intolérance au lactose ? 

Si vous pensez que vous digérez mal le lait, tentez d’éviter les aliments qui renferment une teneur en lactose trop importante comme :

  • le lait et produits laitiers 
  • les  crèmes glacées, boissons lactées, déjeuner lacté instantané
  • les potages contenant du lait ou de la crème 
  • les charcuteries et autres produits transformés avec additifs contenant du lactose 
  • du pain, des crêpes, des gaufres faits avec du lait
  • des confiseries contenant du lait ou de la matière sèche du lait (ex : caramel)
  • des médicaments ayant comme excipient du lactose

Aliments lactés à privilégier 

Les aliments lactés à privilégier contenant du lactose en faible quantité sont :

  • le lait "sans lactose"
  • les fromages à pâte ferme 
  • les yaourts
Composition moyenne en lactose de quelques produits laitiers, valeurs moyennes (CIQUAL)
AlimentsLactose (g/100 g)
Lait entier ou écrémé4,6
Yaourt nature4,4
Crème3,4
Fromage blanc5,3
Fromage fondu4,9
Beurre0,4
Fromages type "camembert"traces

Comment connaître la teneur en lactose d'un aliment ?

Réponse du Docteur Laurence Plumey, médecin nutritionniste : il faut bien savoir déchiffrer les étiquettes ayant les mentions : lait, matières sèches ou solides du lait, crème, petit-lait, poudre de lait, lactosérum.

Quels sont les traitements de l'intolérance au lactose ?

Il n'existe pas de traitement pour "guérir". On ne peut pas rétablir la production de lactase. Il est donc suggéré pour éviter les troubles de retirer le lactose de son alimentation.

Ce n'est cependant pas simple, car il est souvent présent dans toutes sortes de produits transformés comme la charcuterie, les potages, certains jus de fruits, les céréales du petit-déjeuner, certains médicaments (qui comportent du lactose comme excipient)...

La plupart des intolérants souffrent en général d'une carence partielle en lactase et non d'une absence totale. Très souvent, ils peuvent consommer de petites quantités de produits laitiers. Le mieux : se faire une idée de sa propre tolérance au lactose en faisant des essais au niveau de son alimentation.

Une autre solution consiste à corriger le manque de lactase en avalant quelques dizaines de minutes avant un repas chargé en lactose, des lactases synthétiques sous forme de compléments. Mais ce n'est pas un traitement de longue durée.

Il existe aussi des produits laitiers délactosés.

Prévention de l'intolérance au lactose

On ne prévient pas l'intolérance au lactose. En revanche, il est possible de diminuer les symptômes en respectant quelques règles nutritionnelles. Souvent, les personnes intolérantes au lactose digèrent bien le lait si elles en prennent de petites quantités à la fois ou si elles le boivent avec d’autres aliments.

Le yaourt et le fromage leur conviennent mieux parce qu'ils contiennent moins de lactose. Le yaourt est aussi plus facile à digérer, car il renferme des bactéries favorisant sa décomposition.

Consommer des produits laitiers lors des repas aide aussi. L'estomac se vidant moins vite, la quantité de lactose arrive aussi moins vite à l'intestin.

Il est possible de pallier le manque de calcium en remplaçant les produits laitiers par d'autres aliments "sources" comme les légumes à feuilles vertes (brocolis, épinards par exemple), certaines eaux minérales, des produits délactosés...

Sites d’informations et associations

Intolérance au lactose 

INSERM : intolérance au lactose 

Sources

MSD Manuals : troubles digestifs 

Dr Laurence Plumey : Le Grand livre de l'alimentation, Eyrolles

Dr Laurence Plumey : Comment maigrir heureux, Eyrolles

Dr Laurence Plumey : Le monde merveilleux du gras, Eyrolles 

Dr Laurence Plumey : Sucre, gras et sel - Ce que contiennent vraiment nos aliments ! Eyrolles