Le pass sanitaire est utilisé depuis le 9 juin dernier et a été étendu aux lieux de culture et de loisir depuis le 21 juillet. Début août, il sera également obligatoire dans les cafés, restaurants, centres commerciaux, hôpitaux, maisons de retraite, établissements médico-sociaux, ainsi que pour les voyages en avion, train et car pour les trajets de longue distance.

Interrogé par Le Figaro, le médecin urgentiste et Directeur médical de Doctissimo Gérald Kierzek, a estimé que ce pass sanitaire pourrait “aggraver la situation”. En cause ? Un “relâchement des gestes barrières” qui, pourrait, selon lui, amener à un “redémarrage épidémique”. En revanche, selon les dernières modélisations de l’Institut Pasteur, la 4e vague serait moins importante si la vaccination se poursuit.

“Le relâchement des gestes barrières par le pass sanitaire et la vaccination est dangereux”

Dans les colonnes du Figaro, Gérald Kierzek n’a pas hésité à montrer son inquiétude face au pass sanitaire : “conditionner le relâchement des gestes barrières par le pass sanitaire et la vaccination est dangereux […] Supprimer le port du masque en intérieur ou relâcher les gestes simples […] va conduire inévitablement à des clusters et potentiellement à un redémarrage épidémique régulier, notamment parce que le pass n'incite pas les bonnes personnes à se faire vacciner.”

En effet, selon le médecin urgentiste, la France a encore beaucoup de chemin à parcourir concernant l’optimisation du milieu hospitalier et la vaccination des personnes fragiles. Deux éléments cruciaux selon M.Kierzek qui permettrait de combattre efficacement l'épidémie de coronavirus.

En effet, selon les derniers chiffres de l’Assurance Maladie, «5 millions de personnes en situation à risque» n’ont pas encore reçu leur injection. Une situation délicate qui pourrait à terme être responsable d’un nouvel afflux de malades vers les hôpitaux ainsi que l'éventuel engorgement des services de réanimation.

Institut Pasteur : le pic hospitalier de la quatrième vague interviendra en septembre

Si le docteur Kierzek paraît plutôt pessimiste, l’Institut Pasteur est quant à lui plus optimiste sur la suite des événements. Le 26 juillet dernier, l’Institut Pasteur publiait ses dernières modélisations sur l’“Impact de l’accélération de la vaccination sur l’épidémie du variant Delta en France métropolitaine”.

En effet, selon lui, “l'accélération de la vaccination peut avoir un impact important sur la taille du pic épidémique”. Ainsi, le pic épidémique est estimé à 2 500 hospitalisations quotidiennes contre 4 800 estimées dans des modélisations du 9 juillet dernier. Une bonne nouvelle qui ne sera possible que si une baisse du taux de transmission, avec le renforcement des gestes barrière et notamment le port du masque, est respectée.

Pour rappel, les gestes barrières doivent être conservés même en étant vacciné :

  • Aérer les pièces le plus souvent possible ;
  • Respecter une distance d’au moins deux mètres avec les autres ;
  • Porter un masque chirurgical ou en tissu de catégorie 1 quand la distance de deux mètres ne peut pas être respectée ;
  • Limiter au maximum ses contacts sociaux ;
  • Tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir ;
  • Se moucher dans un mouchoir à usage unique ;
  • Se laver régulièrement les mains ou utiliser une solution hydro-alcoolique ;
  • Saluer sans serrer la main et arrêter les embrassades ;
  • Éviter de se toucher le visage
  • Utiliser les outils numériques (TousAntiCovid).

Venez vous divertir autrement sur Hedony : Livres, jeux en ligne, cours en ligne et bien plus encore !

Sources

https://modelisation-covid19.pasteur.fr/variant/Institut_Pasteur_Acceleration_vaccination_et_Delta_20210726.pdf

https://www.lefigaro.fr/vox/societe/dr-kierzek-le-passe-sanitaire-pourrait-aggraver-l-epidemie-20210726

https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/affiche_gestes_barriere.pdf

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.