Sommaire

Il y a quelques jours, vous avez ressenti une gêne au niveau de votre cage thoracique. Or, bien que cette douleur puisse être simplement liée à une crise d’angoisse (ou à une cause plus grave, comme une crise cardiaque), celle-ci peut aussi être le signe d'une infection au Covid-19. Alors, comment différencier ces deux douleurs ? On vous explique tout.

Douleurs à la cage thoracique : comment les différencier ?

Tout d'abord, vous ne devez jamais ignorer la douleur thoracique quelle qu'en soit la cause. Il peut s'agir d'une crise cardiaque qui peut être fatale. En cas de douleur soudaine, appelez toujours le Samu (15).

Sachez également que cette douleur varie : dans certains cas, elle est très intense, mais dans d’autres, elle est beaucoup plus diffuse… De même, elle peut apparaître brutalement ou s’installer progressivement, à l’effort et/ou au repos.

C'est pourquoi il est essentiel d'analyser les différents types de douleur au niveau de la poitrine et d'en comprendre ses causes.

Anxiété : une douleur thoracique soudaine et des difficultés à respirer

La douleur thoracique liée à l'anxiété dope la production d’adrénaline, ce qui va accélérer le rythme cardiaque et entraîner une contraction musculaire douloureuse.

Pour la reconnaître, sachez que la douleur thoracique liée au stress :

  • diminue si on distrait la personne de ses pensées ;
  • est brève : quelques minutes ;
  • s’accompagne généralement d’autres symptômes de stress comme de l’aérophagie, des brûlures d’estomac ;
  • augmente si on effectue une pression sur la poitrine.

Vous aurez aussi probablement du mal à respirer.

Cette gêne ne doit pas être prise à la légère : faute de soins, le stress peut entraîner des maladies cardiovasculaires. Le stress émotionnel, chez des personnes ayant des problèmes cardiaques, peut même déclencher une crise cardiaque.

Par conséquent, une douleur thoracique soudaine mérite toujours d'appeler le 15. En effet, c'est au médecin de déterminer si votre douleur est liée à de l'anxiété ou à un infarctus.

Covid-19 : une inflammation du muscle cardiaque et/ou des palpitations

La gêne thoracique est un symptôme secondaire méconnu du Covid-19. Pourtant, il touche "entre 2 à 5 % des patients infectés", d'après des données du British Medical Journal, publiées en .

Le coronavirus serait même accusé de provoquer des palpitations, voire des "myocardites aiguës" (inflammation du muscle cardiaque, ndlr) chez certains malades.

Celles-ci ont pu être mises en évidence grâce à une élévation de troponine (protéine cardiaque spécifique qui est libérée dans la circulation sanguine dès que se produit un phénomène de nécrose, comme un infarctus du mycoarde, ndlr), chez 5 des 41 premiers patients infectés à Wuhan. Les résultats sont parus au sein de la revue "Nature Reviews Cardiology".

Sur ces 5 patients, 4 ont été hospitalisés en soins intensifs pour la prise en charge de l’infection (sans que l’atteinte cardiaque soit en cause).

Dans une autre série de 138 patients traités à Wuhan, les biomarqueurs cardiaques (caractéristiques biologiques mesurables qui jouent un rôle dans l’appréciation du pronostic, ndlr) étaient plus élevés chez les patients traités en soins intensifs ou réanimation que chez les autres.

D’après les données du NHC (National Health Commission of China), certains patients infectés par le COVID-19 sont entrés dans le système de soins avec comme première plainte des symptômes cardiovasculaires (palpitations, douleur thoracique).

Enfin, parmi les patients décédés du COVID-19 en Chine, 11,8 % possédaient des signes de lésions cardiaques et une élévation de la troponine.

Au vu de ces résultats, si vous souffrez d'une douleur à la poitrine persistante, ne vous posez pas de questions et appelez directement le 15.

Douleur thoracique : les autres causes possibles

Il existe de très nombreuses causes possibles aux douleurs de la cage thoracique.

Du zona intercostal – qui s’accompagne généralement d’une éruption – jusqu’aux simples douleurs musculaires en passant par la fracture d’une côte après un choc, les reflux gastro-œsophagiens ou encore les pathologies cardiaques, vasculaires et respiratoires. Parmi elles, on retrouve :

  • l’infarctus du myocarde et l’angine de poitrine ;
  • l’embolie pulmonaire ;
  • la péricardite sévère (inflammation du muscle cardiaque) ;
  • la dissection de l’aorte (très rare, elle correspond à l’apparition d’une fissure sur l’aorte) ;
  • le pneumothorax sévère.

Il existe également des cas de douleur projetée au thorax alors que l’organe atteint se trouve dans l’abdomen (ex. : appendicite, maladie du pancréas).

Faites le 15 au moindre doute !

Si vous avez mal à la poitrine, le bon réflexe est d’éliminer rapidement les diagnostics les plus sévères. Au téléphone, le médecin régulateur vous posera des questions précises pour savoir si vous avez ou non besoin d’un traitement d’urgence. Appelez surtout si la douleur :

  • est très intense et brutale ;
  • persiste plus de quelques minutes même au repos ;
  • irradie vers d’autres zones (bras gauche, mâchoire, cou) ;
  • s’intensifie quand vous respirez à fond ;
  • s’accompagne d’autres symptômes : difficultés à respirer, vertiges, nausées, sueurs, palpitations cardiaques, évanouissements…

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

COVID-19 et système cardiovasculaire, Cardio-online.fr, 2 avril 2020.

Chest Pain: COVID-19 or Anxiety ?, WebMD, 8 avril 2020.

mots-clés : Douleur poitrine
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.