Sommaire

C’est un fait : les fêtes de fin d’année ne sont pas idéales pour la ligne. Pourtant, se priver n’est pas la solution ! Noël fait partie de ses moments précieux en famille ou entre amis, pendant lesquels nous avons tous le droit à une pause et surtout de se faire plaisir à table sans culpabiliser. Il est heureusement possible de limiter les dégâts sur notre ligne. Il s’agit simplement de faire les bons choix.

Si nous avons tendance à prendre du poids durant les fêtes de fin d’année, c’est surtout dû au côté répétitif des repas. Le soir du réveillon, vous vous faites plaisir, le lendemain, vous mangez les restes, le surlendemain chez la belle-famille… Noël a tendance à traîner en longueur et votre foie ainsi que votre balance le ressentent.

En cas d’excès, il va s’agir de retrouver votre équilibre de façon progressive. Modérez vos portions alimentaires après les fêtes sans pour autant vous affamer. Car cette attitude encourage d'autres débordements et comportements pulsionnels. Par ailleurs, pensez à bouger davantage après les fêtes et à faire un peu plus de sport.

Avec plusieurs nutritionnistes, Medisite fait le point sur les meilleurs conseils pour limiter la prise de poids pendant les fêtes de fin d’année (et la crise de foie tant qu’à faire !).

Équilibrez votre alimentation deux semaines avant les fêtes

On peut opter pour un programme préventif, à débuter une quinzaine de jours avant Noël. "Je conseille à mes patientes d'augmenter leur activité physique et de rééquilibrer leur alimentation un peu avant les fêtes. Et pourquoi pas perdre préventivement 1 ou 2 kilos lorsque cela est nécessaire pour éviter l’effet addition kilos sur la balance en post-fêtes", recommande le Dr Laurence Plumey, médecin nutritionniste à l'hôpital Antoine Béclère (Obésité de l’Adulte), auteure de Le Monde Merveilleux du Gras (éditions Eyrolles).

Faites le bon choix à l’apéritif pendant les fêtes

Les vrais pièges, ça commence par l’apéritif, paraît-il. "On a tendance à faire des apéritifs gargantuesques. Avec des aliments qui élèvent la glycémie de façon rapide et excessive,, estime de son côté Véronique Liesse, diététicienne-nutritionniste et auteure (Les erreurs qui vous empêchent de maigrir éd. Alpen, Hormones arrêtez de vous gâcher la vie, éd. Leduc.s). De manière générale, nous avons tous une alimentation hyperglycémiante. Mais l’apéritif l’est particulièrement. Il augmente la glycémie, donc l’insuline et le cholestérol, et favorise la prise de poids".

De son côté, Raphaël Gruman, nutritinniste, conseille une poignée de fruits à coque à l’apéritif comme des amandes. "Car elles ne contiennent pas de glucides, apportent des fibres et croquent sous la dent pour apporter encore plus de satiété que des aliments plus mous".

On évite donc les blinis, mais aussi les pains aux céréales pour leur charge glycémique. Si on peut mettre les mets sur autre chose que du pain, c’est mieux. En outre, les blinis sont ultra transformés.

Tournez-vous vers les croquants de légumes, trop souvent oubliés. Pour remplacer le pain et les blinis notamment. Au lieu de mettre votre saumon ou crevette sur un toast, mettez-le sur une feuille d’endive ou un cracker complet très riche en graines. L’idée est de modifier le support pour rendre l’apéro moins hyperglycémiant".

En outre, privilégiez le houmous, les rillettes de poissons ou les olives. Ils vous apporteront du bon gras.

Apéritif ou entrée : il faut choisir

Il faut choisir entre un apéritif ultra copieux ou une entrée. "Si vous avez prévu un apéro copieux et diversifié, il est plus judicieux de zapper l’entrée", ajoute Véronique Liesse. En revanche, si avez préféré miser sur l’entrée, il y a certaines choses qu’il est bon de savoir.

"Le foie gras est gras par principe, déclare la spécialiste. Mieux vaut donc se contenter d’une tranche en entrée. La graisse du canard contient des graisses saturées". En excès, elles sont néfastes pour l’organisme : elles augmentent le taux de mauvais cholestérol (LDL).

Néanmoins, les graisses saturées sont controversées. Selon la Fédération Française de Cardiologie, elles ont aussi des actions protectrices et favorisent le bon cholestérol. En outre, le gras du canard est aussi pourvu de graisses monoinsaturées.

"D’où l’intérêt de choisir un bon foie gras, ajoute Véronique Liesse. Le canard abrite en effet des graisses de bonne qualité. Attention, là encore, je préconise d’éviter le pain et d’associer le foie gras avec des figues. C’est la combinaison foie gras-pain-toast qui pose réellement problème".

L’entrée idéale pour la ligne ? Les huîtres, qui sont faibles en calories et contiennent des bonnes protéines. Elles contiennent aussi un peu d’oméga-3, bénéfique aux artères.

Misez sur les viandes maigres au réveillon

En réalité, il y a peu d’aliments interdits à Noël, semblent dire les nutritionnistes. C’est surtout la façon de cuisiner qui fera la différence. « Je dis "oui" pour la dinde et le gibier… à condition de préparer une farce nutritionnellement intéressante et de ne pas les tremper dans la crème. Du côté des viandes maigres, j’aurai aussi tendance à privilégier le chapon, sauf si vous mangez la peau qui est riche en acides arachidoniques [un acide gras très inflammatoire, ndlr]", soutient Véronique Liesse.

N'hésitez pas à miser sur les légumes. Bien préparés, en couleurs, ils vont régaler vos invités. Privilégiez la vapeur, elle élimine mieux les pesticides. Et prévoyez une petite sauce à base de légumes et d’herbes aromatiques pour leur donner encore plus de goût.

Préférez les bûches glacées

"Les bûches constituent le dessert le plus calorique pour les fêtes de Noël, mais il est tout de même possible de s’en sortir sans trop de dégâts sur la ligne", nous rapporte Raphaël Gruman, nutritionniste. Mais encore faut-il savoir les choisir !

Privilégiez les bûches glacées plutôt que les bûches pâtissières. Misez surtout sur les bûches glacées au sorbet. "C’est la bûche à privilégier, selon Raphaël Gruman, nutritionniste. Les sorbets ne contiennent pas de crème contrairement aux glaces. De plus, la bûche glacée aux sorbets se consomme sans coulis (en tous cas, ce n’est pas obligé) donc on s’en sort mieux pour finir le repas. Enfin, le côté léger de cette bûche permet de terminer sur une note de fraîcheur qui peut être appréciable en fin de repas calorique et gras".

Faites un jeûne intermittent entre les fêtes

Le jeûne intermittent consiste à alterner les phases d’alimentation et les phases de jeûne. Le plus connu est le 16/8 : 16 heures pour jeûner et 8 heures pour s’alimenter. De nombreuses études ont déjà prouvé les bienfaits du jeûne intermittent sur la ligne, la digestion ou encore le sommeil.

Pourquoi ne pas l’appliquer quelques jours avant les fêtes ? Ou entre Noël et Nouvel an ?

"Corrigez les excès. Le jeûne intermittent est une bonne solution pour perdre les kilos en trop : prenez un petit déjeuner, un bon repas le midi et un goûter. Le soir, contournez le dîner. Cette méthode fonctionne si vous la suivez 4 ou 5 jours. Vous réussirez alors à éliminer les effets des débordements de Noël", nous assurait-elle Véronique Liesse au cours d’une précédente interview.

> Les biens rares des plus grands promoteurs sont sur Immo.planet !

Sources

Merci à Raphaël Gruman, nutritionniste

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.