Sommaire

Après avoir dévoré votre minuscule salade, vous ne vous êtes jamais sentie aussi bien dans votre peau. Pourtant, ce repas que l'on croit sain n'est pas tout le temps une bonne idée - en particulier lorsque que vous avez faim 2 heures après. Idem pour les fruits, qui sont parfois de véritables faux-amis. La liste de tous les aliments dont vous devez vous méfier si vous ne voulez pas grossir cet été !

Siroter des cocktails "désaltérants" (mais très caloriques)

Première erreur et pas des moindres : les cocktails. Certes, rien n'est plus désaltérant qu'un mojito au bord de la piscine ou une Piña Colada bien fraîche juste avant de passer à table. Mais sous leurs airs de cocktails "fruités", via l'apport en citron vert pour le mojito ou l'ananas pour la Piña Colada, ils sont en réalité bourrés de sucre et d'alcool, qui est lui même très calorique.

D'ailleurs, plus le degré d'alcool est fort, plus le verre pèsera lourd sur la balance.

Les calories présentes dans l'alcool ne sont pas transformées en énergie. Vous les stockerez, à moins de faire une dépense d'énergie supplémentaire, comme du sport. Ajouté à cela la planche de charcuterie-fromage à l'heure de l'apéritif pour agrémenter votre breuvage, et le décompte calorique explose.

Pour limiter la casse, évitez le combo cocktails + repas gras et consommez ces boissons de manière occasionnelle.

Vous pouvez également remplacer ces cocktails par de l'eau citronnée ou encore des smoothies à base de fruits frais (en retenant qu'il équivaut en moyenne à 3 fruits, ce qui signifie que vous devez vous limiter à un smoothie par jour maximum).

Se contenter d'une salade

Vous pensiez que la salade était votre meilleur allié cet été ? Tout faux. On croit bien faire en prenant une salade plutôt qu'une pizza ou un steak frites, mais l'intérêt n'est pas si évident.

Celle-ci peut être peu équilibrée, si elle manque de protéines et de glucides. Vous risquez alors d'avoir faim très rapidement après.

En effet, ses feuilles occupent une surface importante dans l’assiette, mais pèsent peu (à peine 30 à 50 g pour une part). Seules, elles n’apportent pas assez de fibres à votre estomac et à vos intestins pour avoir l’action minceur espérée.

Il faut veiller à avoir un apport en protéines correct, avec idéalement un ratio à 50 % de protéines animales et 50 % de protéines végétales, recommande la nutritionniste.

La salade verte est, en outre, un "légume feuille" de consistance sèche et rugueuse par rapport à un légume "fruit" comme la tomate, plus onctueuse. Elle requiert donc plus de vinaigrette et d’huiles… qui font grossir !

Autre problème : de nombreuses recettes de salades sont plus caloriques qu'un plat de pâtes.

C'est le cas notamment de la salade César qui est à la fois trop calorique, trop riche en acides gras saturés et trop riche en sel. Le poulet pané est le principal faux-ami de cette salade : la friture présente tout autour des morceaux fait grimper en flèche le nombre de calories, tout comme la sauce César, très grasse et très salée, en raison de l'huile et des anchois mixés.

La salade niçoise, très consommée en été, fait aussi partie des "mauvais élèves". Les olives noires, présentes dans ce plat, sont en effet très caloriques. Pourtant, on en retrouve en grand nombre dans cette salade, alors qu’habituellement il est préconisé d’en manger maximum 5 ou 6 pour ne pas exploser l’apport en calories. La sauce, souvent industrielle, contient également trop d’huile.

Abuser des fruits

Abuser des fruits© Istock

Durant l'été, vous croquez à pleines dents dans des pêches, des abricots, des cerises et des fraises ? Sachez qu'abuser des fruits n'est pas une très bonne idée.

Si les fruits sont sources de vitamines, de fibres et de minéraux, ils sont aussi des sources de glucides simples : ils contiennent entre 15 et 25% de sucres directement assimilables par le corps. Par conséquent, on ne peut pas en manger autant que l'on souhaite, sinon le corps stocke les sucres.

Privilégiez davantage les fruits peu sucrés tels que les fruits rouges.

Pour vous donner une idée de la valeur nutritionnelle des autres fruits, sachez que ceux-ci font partie des plus caloriques (par ordre croissant) :

  • Le kaki contient 84 kcal (pour 100 g).
  • Le fruit de la passion contient 84 kcal (pour 100 g).
  • La grenade contient 76 kcal (pour 100 g).
  • La banane contient 72 kcal (pour 100 g).
  • Le litchi contient 70 kcal (pour 100 g).

Les cerises noires et la mangue doivent également être consommés avec modération.

Idéalement, il faut consommer deux portions de fruits par jour maximum, préconise Alexandra Murcier.

Ne pas faire de "vrai repas"

Qui dit soleil, dit apéritif. Rosé, saucisson, chips, olives... Une liste de produits qui donne envie, mais qui ne fait pas du bien à votre organisme.

Le risque est une consommation trop importante de produits très caloriques (gâteaux apéros, chips …) il faut intégrer des crudités et des aliments plus lights pour les apéros, comme des brochettes tomates cerises-mozzarella par exemple, conseille l'experte.

D'autant plus, que ce "grignotage festif" ne remplace en aucun cas un vrai repas. Certes, après avoir mangé 10 cacahuètes et 2 tartines de rillettes, vous n'avez plus faim. Du moins, sur le moment. Mais même si vous pensez qu'en mangeant "moins" à l'apéritif, cela équivaut à un repas équilibré et complet, il n'en est rien.

Les valeurs nutritionnelles des calories consommées ne sont pas comparables. En effet, à calories égales, il vaudra mieux consommer 1 concombre entier plutôt que quelques chips.

Sachez qu'un repas complet comprend, en moyenne, 100g à 150g de protéines (végétales ou animales), 200g de légumes verts ou de crudités, 125g de féculent (pomme de terre, riz, pâtes, quinoa, de préfèrence complet) ou 50g de pain, voire éventuellement un produit laitier (yaourt, fromage blanc, fromage).

Enfin, durant un apéritif, il est quasi impossible de manger "en pleine conscience" et de ressentir le sentiment habituel de satiété. Lorsque l'on parle avec ses proches, nous ne sommes pas concentrés sur les quantités que l'on ingère. Résultat : on mange beaucoup plus !

Boire peu pour éviter la rétention d'eau

Boire peu pour éviter la rétention d'eau© Istock

Cette idée reçue est à proscrire : non, l'eau ne fait pas grossir et ne favorise pas la rétention de liquide dans le corps.

Le stockage de l'eau dans notre organisme provient d'une inflammation, qui elle-même provient d'un déséquilibre du pH de notre corps. Pendant la digestion, certains aliments acidifient notre organisme, quand d'autres ont un effet contraire. Pour trouver un bon équilibre, les experts recommandent de consommer, en moyenne, 30% d'aliments acides et de 70% de basifiants. C'est lorsque cette proportion n'est pas respectée, que la rétention d'eau pointe le bout de son nez.

Aussi, on ne réduit pas sa consommation d’eau en cas de rétention d’eau ! L’eau est indispensable au bon fonctionnement de notre organisme. Si vous ne buvez pas assez, votre corps va retenir le peu d’eau que vous lui apportez. Pour favoriser l’élimination, il est important de boire 1,5 L d’eau par jour, soit environ 8 grands verres d’eau. Ce besoin peut augmenter en cas de chaleur, d’activité physique, de fièvre…

Bien évidemment, on fait l'impasse sur les boissons faux-amis, comme les sodas light, qui entretiennent l'appétence pour le sucre. Des études ont même montré qu'elles augmentaient le risque de diabète.

Notre conseil : pour varier les plaisirs, privilégiez l'eau aromatisée maison (avec des feuilles de menthe et du jus de citron, par exemple) et les infusions sans sucre.

Grignoter des chips de légumes

Grignoter des chips de légumes© Istock

Réalisées à partir de légumes (panais, betteraves, patates douces, carottes...), ces chips sont des fines lamelles de légumes croustillantes à souhait. Leur principal atout : elles apportent couleur, originalité et variété de goûts à l'apéritif.

A tel point que depuis que que vous les avez découvertes, vous ne jurez que par elles à l'heure de l'apéritif.

Mais la réalité n'est pas si belle : les chips de légumes sont une bombe d'énergie.

On les croit saines mais elles sont en réalité bourrées d'huile et de sel, assure Alexandra Murcier.

Elles sont cuites dans de la friture et ont donc un taux en lipides très élevé, quasiment identique à celui des chips de pomme de terre. En outre, la déshydratation des légumes leur fait perdre toute l'eau qu'ils contiennent (soit entre 85 et 90% de leur poids), et laisse place aux glucides - donc au sucre - et aux lipides, qui proviennent de l'huile de cuisson.

Résultat : vos chips de carottes ne ressemblent en aucun cas aux légumes frais de l'étal, et ne sont plus qu'une source inintéressante de calories.

En clair, les chips de pommes de terre industrielles apportent, en moyenne, 140 Cal par portion de 25 g, contre 125 Cal environ pour les chips de légumes. Une différence peu intéressante.

Enfin, à la question "conservent-elles les nutriments des légumes ?", c'est non.

En dehors des fibres, qui résistent, les vitamines, minéraux et antioxydants disparaissent lors des cuissons à haute température.

> Comparez les mutuelles et augmentez le nombre de séances avec un nutritionniste !

Sources

Remerciements à Alexandra Murcier, diététicienne nutritionniste. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.