Sommaire

Vous commencez la journée avec une tartine de pain de mie ? Nous pourrions bien vous faire changer d'avis ! Selon les nutritionnistes, le pain de mie n'est pas votre meilleur allié du petit déjeuner. Ce dernier s'avère particulièrement riche en matières grasses et en sucres.

Dans une étude partagée cette année, l’association 60 millions de consommateurs a fait des révélations sur le pain de mie. Sur près de 65 produits testés, vendus en boulangeries artisanales, franchises ou grandes surfaces, "plus de la moitié d’entre eux présenteraient des résidus des pesticides", explique l’association.

Des substances controversées telles que les additifs, des résidus de pesticides ou encore des mycotoxines (composés chimiques toxiques, produits par certains champignons ou moisissures) ont été détectées dans le pain de mie. Des traces d’additifs soupçonnés d’entraîner des effets secondaires tels que : désordre intestinal, ballonnement, diarrhée ont aussi été épinglés.

En ligne de mire ? Les pains de mie que l'on trouve dans certains supermarchés, les pains de mie sans gluten et certains aux céréales.

Jusqu'à 18 ingrédients présents dans les pains de mie

"Le pain de mie n’est pas le pain que je recommande à mes patients pour des questions d’apport calorique et de teneur en sucre, nous partage Raphaël Gruman, nutritionnsite et auteur. En effet, les pains de mie contiennent en général plus de sucres et de graisses comparé aux pains classiques".

Les pains de mie, dépourvus de fibres

Selon l'expert, les pains de mie sont pour la plupart dépourvus de fibres. "Or, le pain peut être un excellent vecteur de fibres sans avoir à changer ses habitudes alimentaires pour atteindre les 25 g de fibres journalières recommandées. Je vous conseille donc de vous rabattre sur les pains complets ou les pains spéciaux enrichis en fibres", ajoute le spécialiste.

Le pain et les céréales nous apportent fibres et hydrates de carbone, éléments indispensables pour notre santé. Or, le pain de mie industriel contient bien plus de graisses, de sucres et d’additifs, au détriment des fibres, qu’un pain artisanal. C’est ce qui lui permet de se conserver plus longuement notamment. Certaines marques indiquent même jusqu’à dix-huit ingrédients dans la composition de leurs pains de mie. Parmi eux, des acides gras, du vinaigre ou encore de l’huile de palme.

Le problème proviendrait des farines utilisées par les fabricants, selon 60 Millions de consommateurs. Les étapes de fabrication du pain doivent être bien précises et respectées : pétrissage, fermentation, mise en forme et cuisson.

Additifs : éviter le pain de mie des supermarchés

Rien n’empêche les fabricants d’utiliser certains additifs supplémentaires qui permettent d’obtenir un meilleur goût et facilite les tâches de fabrication. En effet, la plupart des "chaînes" de boulangeries et des indépendants travaillent avec un ou plusieurs moulins, qui les fournissent en farines et assemblages de farines prêtes à être utilisée.

"Je conseille de privilégier, pour ceux qui le souhaitent (notamment les enfants friands des pains de mie), les pains de boulangerie de tradition française, préconise Raphaël Gruman. C’est à dire d’éviter les grandes surfaces pour acheter son pain ou de contourner les chaînes de boulangerie. Les artisans boulangers choisissent leurs farines avec attention et ajoutent beaucoup moins d’additifs que les pains de mie industriels".

Carrefour, Auchan et Intermarché : des perturbateurs endocriniens détectés

Carrefour, Auchan et Intermarché : des perturbateurs endocriniens détectés© Istock

Les pires compositions se trouveraient dans les pains de mie nature des enseignes Carrefour, Intermarché et Auchan, semble-t-il. Ces produits incluent un taux important de mycotoxines et cyperméthrines, reconnues comme des perturbateurs endocriniens.

"Les mycotoxines sont produites par certaines moisissures (ou champignons) sur les plantes au champ ou en cours de stockage", décrit l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail).

Mycotoxines : une exposition répétée peut être dangereuse

"Ces toxines se retrouvent à l’état de contaminants naturels dans de nombreuses denrées d’origine végétale, notamment les céréales mais aussi les fruits, noix, amandes, grains, fourrages ainsi que les aliments composés et manufacturés contenant ces matières premières destinées à l’alimentation", indique l'Anses au sein d'une étude.

La toxicité de ces contaminants naturels peut être aiguë ou chronique. En effet, certaines mycotoxines impliquent une toxicité aiguë très marquée. Néanmoins, ce sont les effets chroniques les plus redoutés. Ils sont générés après une exposition répétée à de faibles doses. Ils doivent être particulièrement craints "en raison des habitudes alimentaires et du pouvoir de permanence des toxines", ajoute l'Anses.

Mycotoxines : un caractère cancérogène

Les effets toxiques des mycotoxines sont variés. "Certaines toxines exercent un pouvoir hépatotoxique [ce qui provoque des dommages au niveau du foie, ndlr] (aflatoxines), d’autres se révèlent œstrogéniques (zéaralènone), immuno/hématotoxiques [affecte l'immunité, ndlr] (patuline, trichothécènes, fumonisines), dermonécrosantes [fasciites nécrosantes, ndlr](trichothécènes), néphrotoxiques [dommages au niveau des reins, ndlr] (ochratoxine A) ou neurotoxiques [dommages au système nerveux, ndlr] (toxines trémorgènes)", énumère l'étude menée par l'Anses.

"Certaines mycotoxines sont reconnues ou suspectées d’être cancérogènes", alerte encore l'Agence.

Intermarché et E. Leclerc : des taux de cyperméthrines détectés

En outre, d'autres molécules reconnues comme des perturbateurs endocriniens ont été retrouvées dans certains pains de mie natures. L'association mentionne notamment la cyperméthrine. Il s'agit d'une substance active de produit phytosanitaire (ou produit phytopharmaceutique, ou pesticide), qui présente un effet insecticide.

Elle est toxique par voie orale et présente dans 10 références de pain, dont quatre références de pains de mie nature: Chabrior extra-moelleux (Intermarché), Epi d’or extra-moelleux (E.Leclerc), Carrefour longue conservation, et Auchan extra-moelleux, selon l'enquête de 60 millions de consommateurs.

"Les perturbateurs endocriniens peuvent interférer avec toutes les grandes fonctions des organismes vivants : croissance, reproduction, comportement, nutrition, métabolisme, système nerveux…", prévient l'Anses.

Pain de mie Wiso sans gluten : encore plus d'additifs

Pain de mie Wiso sans gluten : encore plus d'additifs© Istock

L’association 60 Millions de Consommateurs manifeste également ses réticences quant au pain de mie dit "sans gluten".

Le pain de mie sans gluten a remplacé la farine de blé par de la farine de riz, des fécules et de l’amidon. Néanmoins, faute de gluten (qui permet de donner de l’élasticité et de la texture à la pâte), les fabricants n’hésitent pas à ajouter de nombreux additifs pour compenser le manque d’épaisseur du pain de mie.

24 ingrédients différents !

Une enquête menée antérieurement par 60 millions de consommateurs, ("Sans gluten, mais pas sans reproches"), avait démontré que, dans certains aliments sans gluten, 24 ingrédients différents pouvaient être détectés (contre 11 dans les autres produits). Le classement pointe particulièrement du doigt le pain Wiso sans gluten, avec plus de 20 ingrédients sur l’étiquette.

Même si la réglementation était respectée, "se nourrir d’aliments 'zéro gluten' n’apporte aucune garantie de manger plus sain, sauf pour les personnes atteintes d’une intolérance ou d’une hypersensibilité au gluten", clame l'association.

Marque Repère E. Leclerc sans gluten : des carences en protéines

En outre, les produits sans gluten ont tendance à générer des carences en protéines, d'après les experts de 60 Millions de consommateurs. Ces derniers se sont basés sur une étude espagnole de 2017, selon laquelle le pain sans gluten contenait en moyenne deux fois plus de matières grasses que le pain conventionnel alors qu’il apportait trois fois moins de protéines.

"100 g de pain de mie Marque Repère E. Leclerc sans gluten contiennent 2,6 g de protéines, contre 8,3 g pour le Marque Repère E. Leclerc Épi d’or", expliquait alors le magazine.

Pain de mie sans gluten : il explose la glycémie !

Enfin, pour combler l’absence de gluten, les industriels ont tendance à ajouter de nombreux additifs (épaississants, émulsifiants...), ce qui rend les aliments beaucoup plus caloriques. La composition des produits sans gluten leur vaut généralement un index et une charge glycémique relativement élevés.

"En clair, ils se digèrent beaucoup plus rapidement que les versions "avec gluten" et augmentent donc considérablement et beaucoup plus brutalement la sécrétion d’insuline et la glycémie".

En clair, "ils donnent faim", explique la diététicienne Angélique Houlbert, interrogée par France Info. Ils poussent donc les gens à stocker cette énergie qui arrive trop vite et les font grossir. Par ailleurs, certains de ces additifs peuvent provoquer, si on en consomme trop, des ballonnements et des diarrhées, met en garde 60 Millions de consommateurs.

Plomb et cadmium : le pain de mie n'y échappe pas !

Plomb et cadmium : le pain de mie n'y échappe pas !© Istock

Selon l'Anses, le pain de mie contiendrait des métaux comme le plomb et le cadmium. Le plomb est toxique pour le cerveau, les reins et le cœur, quant au cadmium, c'est un métal lourd classé comme cancérigène pour l'homme, mais aussi toxique pour les reins et la reproduction.

Le plomb et le cadmium atteignent le blé via le sol et se retrouvent ainsi dans le pain. Ces métaux sont naturellement présents dans les sols, mais peuvent aussi être le fruit d'une pollution industrielle.

"La contamination des aliments par le plomb est principalement due aux retombées de la pollution atmosphérique [industries, automobiles …ndlr] et à la contamination des sols qui touchent en priorité les végétaux", partage le Ministère des Solidarités et de la Santé.

Pain de mie : l'un des aliments les plus contaminés au cadmium

Le Centre Léon Bérard, Centre de lutte contre le cancer, indique que les aliments constituent la principale source d’exposition au cadmium pour la population générale. "La population française est principalement exposée par voie orale par l’alimentation, mais aussi par l’eau de boisson, partage le Centre Léon Bérard. Les aliments qui contribuent le plus à l’exposition au cadmium sont les pains [pain de mie en particulier, ndlr] et produits de panification sèche, les pommes de terre et dérivés, les légumes, les mollusques et crustacés".

Le cadmium est un élément trace métallique très répandu dans l’environnement à l’état naturel en raison de l ’activité humaine, notamment agricole et industrielle. "Il pénètre facilement dans les végétaux par leurs racines et entre ainsi dans la chaîne alimentaire", prévient l’Anses.

Cadmium : des risques de cancers et d’ostéoporose

L’Anses mentionne un risque d’ostéoporose ou de fractures osseuses comme conséquences du cadmium sur la santé humaine.

Une exposition prolongée au cadmium chez l’Homme peut aussi induire une atteinte rénale, des effets sur l’appareil respiratoire, des troubles de la reproduction ainsi qu’un risque accru de cancer. "Il est aussi suspecté d’entraîner des effets sur le foie, le sang et le système immunitaire", renchérit le Centre Léon Bérard.

L’exposition par inhalation au cadmium (les fumeurs) est susceptible de provoquer des cancers pulmonaires par l’inhalation de poussières ou de fumées de cadmium.

En outre, l’exposition au cadmium par voie orale (via l’alimentation) peut induire l’apparition d’autres cancers. "Une analyse réalisée en 2013 suggère une association entre la consommation de cadmium d'origine alimentaire et le risque de cancer dans les pays occidentaux, en particulier certains cancers hormonodépendants tels que la prostate, le sein et les cancers de l'endomètre", rapporte encore le Centre.

> Comparez les mutuelles et augmentez le nombre de séances avec un nutritionniste !

Sources

Merci à Raphaël Gruman, nutritionnist et auteur de La Méthode Gruman, éd. Quotidien Malin

Additifs, résidus de pesticides… Le pain, un aliment industriel comme les autres ?, 60 millions de consommateurs, 24 janvier 2019

Rapport historique sur les effets pour l’homme de l’exposition aux perturbateurs endocriniens chimiques, OMS

Les perturbateurs endocriniens, ANSM

Cadmium et ses composés, Centre Léon Bérard, Centre de lutte contre le cancer

Voir plus

Vidéo : Pain de mie : 2 marques de supermarchés particulièrement à éviter

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.