Des substances chimiques nocives retrouvées dans notre pain

L’association 60 millions de consommateurs a une fois de plus alerté jeudi 24 janvier 2019 sur la présence de substances chimiques qui se trouveraient dans nos baguettes ou autres pains du quotidien.

Publicité

Les pains même artisanaux sont pointés du doigt par l’association 60 millions de consommateurs, jeudi 24 janvier 2019. Des substances controversées telles que les additifs, des résidus de pesticides ou encore des mycotoxines (composés chimiques toxiques, produits par certains champignons ou moisisures) auraient été détectées. Sur 65 produits testés, vendus en boulangeries artisanales, franchises ou grandes surfaces, "Plus de la moitié" d’entre-eux présentent des résidus des pesticides, explique l’association. Pas moins de 14 additifs ont même été retrouvés dans une baguette de pain. D’après les auteurs de ce rapport, "leur nombre peut être encore plus élevé dans les pains spéciaux… Et le pain étant vendu en vrac, il n’y a pas d’obligation d’étiquetage. Impossible, donc, de savoir ce qu’il contient vraiment", rapporte la revue.

Publicité
Publicité

Des mélanges de farines remplies de pesticides

Le problème proviendrait des farines utilisées par les boulangers. Les étapes de fabrication du pain doit être bien précise et respectées sur place : pétrissage, fermentation, mise en forme et cuisson. Cependant, rien n’empêche cependant les boulangeries d’utiliser certains additifs supplémentaires qui permettraient d’obtenir un pain de qualité et faciliterait les tâches de fabrication. En effet, la plupart des "chaînes" de boulangeries et des indépendants travaillent avec un ou plusieurs moulins, qui les fournissent en farines et assemblages de farines prêtes à être utiliser.

60 millions de consommateurs donne quelques conseils afin d’éviter les additifs dans le choix de son pain :

  • Choisir un pain "tradition française"
  • Choisir un pain au levain

Ces deux préparations sont encadrées par le décret du 13 septembre 1993. Il prévoit que seuls les pains "entièrement façonnés et cuits sur leur lieu de vente au consommateur final" puissent portr la dénomination de "pain maison".

A partir d’une certaine quantité ingérée, des effets secondaires sont possibles car les substances sont "reconnues comme des perturbateurs endocriniens", ajoute la revue. Le rapport souligne néanmoins qu’"aucun dépassement de seuil réglementaire" n’a été révélé. Les baguettes contiendraient également bien trop de sel, il est estimé qu’il "serait grand temps que l’on fixe son taux réglementairement", conclue l’association.

Les perturbateurs endocriniens : c’est quoi ?

Selon la définition donnée par l'Organisation mondiale de la Santé, "un perturbateur endocrinien est une substance ou un mélange de substances, qui altère les fonctions du système endocrinien et de ce fait induit des effets néfastes dans un organisme intact, chez sa progéniture ou au sein de (sous)- populations". Ils peuvent être d’origine naturelle (hormones et phytoestrogènes) ou résulter d’activités humaines (contenus dans des objets de consommation courante, dans des produits de traitement des cultures, dans des médicaments ou produits cosmétiques, etc.). Ils peuvent ainsi être présents dans l’environnement du fait d’une contamination de différents milieux (eaux, aliments, air, poussières, produits ou articles de consommation…).

Pourquoi sont-ils dangereux ?

Les perturbateurs endocriniens peuvent mimer l’action d’une hormone naturelle et entrainer ainsi la réponse due à cette hormone, empêcher une hormone de se fixer à son récepteur et ainsi empêcher la transmission du signal hormonal, perturber la production ou la régulation des hormones ou de leurs récepteurs. En perturbant le système endocrinien, ces substances peuvent altérer différents processus tels que la production, l’utilisation et le stockage de l’énergie et plus largement la régulation du métabolisme et le développement. Certaines de ces substances peuvent par ailleurs avoir d’autres effets toxiques, notamment sur la reproduction, et nuire à la fertilité ou perturber le développement du fœtus.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X