Huile de palme : elle rendrait les hommes impuissants !

Des employés d'une entreprise se sont plaints d’être devenus impuissants… après avoir été exposés aux pesticides présents dans de l’huile de palme.

Dans un rapport publié le 25 novembre et intitulé "Lien des banques européennes de développement avec les abus commis dans l'industrie de l'huile de palme en République démocratique du Congo”, l’ONGI Human Rights Watch a pointé du doigt les effets indésirables provoqués par une exposition régulière à l’huile de palme. Des centaines de travailleurs vivant en République démocratique du Congo sont concernés.

Des pesticides toxiques présents dans l’huile de palme

L’entreprise visée, “Feronia”, exploite trois plantations de palmiers à huile couvrant plus de 100 000 hectares dans le nord du Congo: "Boteka", "Lokutu" et "Yaligimba". Les trois plantations emploient au total près de 10 000 travailleurs. Environ 100 000 personnes vivent sur la plantation ou dans un rayon de cinq kilomètres.

Or, au cours d'une recherche sur le terrain entre novembre 2018 et mai 2019, Human Rights Watch a visité les plantations de la société et a interrogé plus de 200 personnes, dont 102 employés de SSP résidant dans les plantations ou à proximité, 20 cadres et chefs d'entreprise, et 25 employés du gouvernement.

L'organisation s’est alors rendue compte que près de deux tiers des employés souffraient d’effets indésirables liés à une exposition toxique aux pesticides. Ils expliquaient “être devenus impuissants depuis qu'ils avaient commencé à travailler sur les plantations".

L'impuissance - ainsi que l'essoufflement,les maux de tête et la perte de poids dont les travailleurs se sont plaints - étaient des problèmes de santé "compatibles avec l'exposition aux pesticides en général, comme décrit dans le rapport scientifique", a déclaré Human Rights Watch.

"Beaucoup ont également souffert d'irritations cutanées, de démangeaisons, de cloques, de problèmes oculaires ou d'une vision trouble, qui sont tous des symptômes compatibles avec ce que les textes scientifiques et les étiquettes des produits décrivent comme conséquences sur la santé", a ajouté le groupe de défense des droits.

Mme Téllez-Chávez a déclaré que les travailleurs interrogés portaient une combinaison en coton perméable, et non une combinaison imperméable, ce qui expliquerait ces graves effets indésirables. "En cas de déversement accidentel de pesticides, le liquide toxique doit probablement toucher la peau des travailleurs", a-t-elle ajouté.

Pire encore, à la plantation de Yaligimba, la société d'huile de palme Feronia et sa filiale Plantations et Huileries du Congo a rejeté les déchets de son moulin à huile de palme à côté des maisons des travailleurs.

L’impuissance : qu’est-ce que c’est ?

La dysfonction érectile, aussi appelée impuissance, est l’incapacité persistante ou répétée d’obtenir et/ou de maintenir une érection suffisante jusqu’à l’accomplissement de l’activité sexuelle.

Ce trouble est assez fréquent chez les hommes, surtout à partir de l'âge de 40 ans. Cette fonction sexuelle amoindrie empiète fortement sur la qualité de vie du sujet atteint et de son partenaire.

Cette affection peut engendrer, chez l'homme, une perte d'estime de soi, ternir son image de soi, voire mener à l'anxiété ou la dépression.

L'impuissance peut fortement endommager l'intimité du couple, et même entraîner une distance physique de l’homme avec sa partenaire.

Elle peut également augmenter le stress émotionnel, qui peut lui-même renforcer les composants d'ordre psychogène de la dysfonction érectile.

Selon une étude Ifop publiée le 22 mai 2019, les Français n'ont jamais été aussi nombreux à souffrir de problèmes d'érection.

Pas moins de 6 hommes sur 10 ont déjà rencontré des troubles érectiles au moins une fois au cours de leur vie : un chiffre en hausse continue ces 15 dernières années.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.