Sommaire

Si l’on protège ses animaux contre les puces et autres parasites, on se méfie moins des végétaux. Or, l’un d’entre eux est particulièrement redoutable au printemps en été : l’épillet. Également appelés “espigaou” ou “fol avoine”, il s’agit de fleurs de graminées (telles que le froment, le riz ou encore le faux-seigle) en forme de harpons, dotés d’une pointe dure.

En séchant, cet épi se détache de sa tige et s’accroche facilement aux poils des chiens et des chats. Problème : il peut s’incruster sous leur peau, entre leurs coussinets ou pénétrer dans leurs orifices (oreilles, narines, yeux, voies génitales…) et entraîner de lourdes conséquences sur leur santé.

Et pour cause : l’extrémité pointue de l’épillet facilite sa pénétration dans l’organisme. Il s’enfonce ensuite de plus en plus profondément, en perçant tout ce qui se trouve sur son passage. En raison de sa forme, l’épillet voyage toujours dans le même sens - il ne peut pas faire marche arrière - c’est pourquoi il vaut mieux détecter sa présence et le retirer au plus vite, avant qu’il ne soit enfoncé trop loin.

Comment savoir si mon chien ou mon chat a un épillet ?

Selon la localisation de l’épillet et son degré de pénétration dans les tissus, il peut occasionner différents symptômes.

  • Lorsqu’il se loge entre les coussinets, l’animal peut se mettre à boiter.
  • Un abcès peut également faire son apparition, parfois accompagné de fièvre.
  • Un épillet dans le museau peut occasionner des éternuements répétés, voire un saignement.
  • S’il se situe dans l’oreille, votre compagnon à quatre pattes aura tendance à secouer la tête, la maintenir penchée et se gratter.
  • Un œil rouge, larmoyant ou fermé peut faire suspecter la présence de ce végétal dans cette zone.
  • Si votre chien se lèche ou se gratte de manière répétée sur une zone précise du corps, cela peut aussi vous alerter.

Malgré une observation minutieuse de votre toutou, vous ne voyez pas de lésion ? Cela ne suffit malheureusement pas à écarter le diagnostic de l’épillet. Ce dernier peut, en effet, avoir déjà pénétré sous la peau. En cas de persistance des symptômes, consultez un vétérinaire sans tarder. Celui-ci procèdera à une auscultation minutieuse et pourra lui prescrire, le cas échéant, des examens complémentaires, pour confirmer ou infirmer la présence de cette herbe.

Reconversion et bonheur ? Découvrez le bilan de compétence pris en charge à 100% par l'Etat en cliquant ici !

Sources

L’épillet, l’ennemi du printemps : 5 choses à savoir, Vet-Urgentys.

Que faire pour éviter les épillets ?, Fidanimo.

Épillet chez le chien et le chat : un danger sous-estimé, Conseils Véto. 

Les épillets, Clinique vétérinaire Calvisson / Villevieille. 

Les épillets sont un vrai danger pour votre chien ou chat, SantéVet. 

Mon chien ou chat a des épillets, que dois-je faire ?, Alforme. 

Les épillets, Croquetteland. 

Les épillets, Agria. 

Voir plus
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.