Jean-Michel Cohen : “2 tomates par jour diminuent de 20 % le risque de cancer”

Par sa teneur élevée en lycopène, la tomate possède des vertus anti-cancer, mises en avant par plusieurs études scientifiques. Interrogé à ce sujet, le Dr Jean-Michel Cohen détaille les bienfaits de ce légume-fruit, et les meilleures façons de le déguster pour en profiter. Mais cette propriété n’est pas son seul secret, et nous vous dévoilons tous les autres bienfaits de la tomate, dans les pages suivantes…
Sommaire

La tomate, un aliment anti-cancer ? C’est en tout cas ce que suggèrent plusieurs études scientifiques menées sur ce légume-fruit, véritable star des jardins potagers. Interviewé par Le Parisien, le médecin nutritionniste Jean-Michel Cohen nous en apprend davantage sur cette théorie.

Tomate : sa teneur en lycopène réduit les risques de cancer

L’atout principal de la tomate ? Sa teneur en lycopène, un antioxydant puissant de la famille des carotènes, dont la capacité à réduire l’incidence de nombreux cancers a déjà été prouvée. “Des chercheurs britanniques ont par exemple observé que manger deux tomates par jour diminue de 20 % le risque de cancer de la prostate chez l'homme”, illustre le célèbre docteur.

Une autre étude, menée par des chercheurs de la Harvard Medical School et publiée en 2002 dans le Journal of the National Cancer Institute, a également montré que la consommation fréquente de tomates et de produits à base de tomate (comme la sauce), riches en lycopène, est associée à un risque réduit de cancer de la prostate.

“D'autres travaux scientifiques ont démontré que le lycopène de la tomate amenuise également les risques de cancer de l'estomac et des poumons”, précise Jean-Michel Cohen.

Les tomates cuites, plus efficaces contre le cancer que crues

Le nutritionniste précise que, pour profiter des vertus anti-cancer de la tomate, il faudrait plutôt les déguster cuites. En effet, lorsqu’elles sont crues, “leur lycopène reste prisonnier à l’intérieur des cellules végétales, dont les parois sont coriaces”, détaille-t-il. Mais “il suffit de 30 minutes de cuisson pour qu’il soit libéré des cellules, se transforme en molécule active et soit davantage assimilé par l’organisme”.

N’hésitez pas à varier les plaisirs en déclinant la tomate sous toutes ses formes : en sauce, farcie, mijotée, à la provençale… Vous pouvez également la cuisiner avec de l’huile d’olive, pilier de l’alimentation méditerranéenne, qui contient de nombreux antioxydants et contribue à réguler le cholestérol. En plus de ses multiples vertus, ce corps gras facilite le passage du lycopène dans l’organisme, depuis les intestins. Privilégiez de préférence une huile d’olive vierge extra, n’ayant subi aucun traitement thermique ou chimique.

Que penser des tomates en boîte ou du ketchup ?

Le Dr Cohen précise que “le concentré de tomate renferme seize fois plus de lycopène que la tomate fraîche consommée en salade”. Les tomates cuisinées ou les sauces en conserve contiennent aussi une belle quantité de cet antioxydant. En revanche, n’abusez pas du ketchup, qui contient presque autant de sucre que de tomate - le sucre étant souvent le deuxième ou troisième ingrédient mentionné sur l’étiquette. Le médecin ne recommande pas de bannir cet aliment, mais simplement de le consommer avec modération.

Notez enfin que, si la tomate est l’aliment le plus riche en lycopène, d’autres en contiennent également, comme la pastèque, les fruits rouges, ou encore le pamplemousse. Des fruits faciles à intégrer dans le cadre d’une alimentation équilibrée, en respectant, de préférence, leur saisonnalité. En été, vous pouvez aussi réaliser des bocaux de tomates cuisinées, pour continuer à profiter de leurs bienfaits durant l’hiver.

Obtenez votre bilan minceur gratuit !

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

mots-clés : Cancer
Source(s):

Santé : pourquoi il vaut mieux manger les tomates cuites que crues, Le Parisien, 2 septembre 2020. 

A Prospective Study of Tomato Products, Lycopene, and Prostate Cancer Risk, JNCI, 6 mars 2002. 

Interview de Gwénola Lestrohan, diététicienne nutritionniste à Lorient, publiée sur Medisite en 2013.