Alzheimer : les aliments riches en acides gras trans augmentent vos risques

La consommation d’acides gras trans, présents dans la viande, les laitages et la plupart des aliments industriels, pourrait fortement accroître vos risques de développer la maladie d’Alzheimer, révèle une étude japonaise.

Viande panée, frites, biscuits et autres viennoiseries, on le sait, ne sont pas très bons pour la santé. Mais en les consommant, vous ne risquez pas seulement de prendre du poids ou de faire exploser votre taux de cholestérol. Vous augmentez aussi vos chances de souffrir de démence, comme la maladie d’Alzheimer.

Jusqu’à 74 % plus de risque de développer la maladie d’Alzheimer

Une nouvelle étude, publiée dans le journal Neurology, a établi un lien entre les acides gras trans, utilisés dans la confection de gâteaux, de margarine ou encore d’aliments frits, et la démence. Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs de l'Université de Kyushu, au Japon, ont analysé les données de 1 628 adultes de plus de 60 ans, suivis pendant environ dix ans.

La consommation de graisses trans des participants a été estimée grâce à des tests sanguins, ce qui a permis de les répartir en quatre groupes. Résultat, les personnes dont le taux était le plus élevé étaient 52 % plus susceptibles de développer ce type de maladie neurodégénérative.

Les graisses trans entraînent une inflammation et favorisent la production de protéine amyloïde

Plus précisément, sur les 407 personnes présentant le niveau le plus élevé d’acide elaïdique dans le sang, 104 ont développé la maladie d'Alzheimer ou un autre type de démence, soit près de 30 % d’entre eux. En revanche, ces maladies n’ont été diagnostiquées que chez 82 des 407 personnes du groupe dont la consommation était la plus basse, soit à peine plus de 21 %.

Enfin, les personnes présentant le deuxième taux le plus élevé de graisses trans étaient 74 % plus susceptibles de développer une démence que celles dont le niveau était le plus faible.

Grâce aux preuves qu’ils ont trouvées, les scientifiques ont pu fournir une explication possible à ce phénomène. En effet, le gras trans peut être à l’origine d’une inflammation nocive, et de la formation de la protéine amyloïde, deux facteurs liés à la démence.

L’OMS appelle à l’élimination des acides gras trans dans l’alimentation

“L'Organisation mondiale de la Santé a appelé à l'élimination des acides gras trans dans le monde d'ici 2023”, rappelle le Dr Toshiharu Ninomiya, auteur principal de l’étude. "Ces efforts de santé publique ont le potentiel d'aider à prévenir les cas de démence dans le monde, sans parler de la diminution des maladies cardiaques et d’autres affections liées aux acides gras trans”.

Ces derniers ont déjà été interdits aux États-Unis l’année dernière, mais ils sont toujours présents dans l’alimentation des Français. Naturellement présents dans la viande et les produits laitiers, il existe également des acides gras trans de synthèse. Les industriels les apprécient particulièrement, puisqu’ils améliorent le goût et la durée de conservation des aliments transformés.

Les graisses trans peuvent aussi se former lorsqu’on fait chauffer des huiles végétales à haute température, soit au cours de procédés industriels, soit dans notre usage domestique. C’est ce qui explique que tous les plats frits en contiennent.

Les graisses trans ne devraient pas dépasser 2 % des apports énergétiques journaliers

En 2005, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation a fixé à 2 % le seuil maximal d’apport en acides gras recommandé. L’atteindre ou le dépasser nous expose à un risque accru de maladies cardiovasculaires. L’Anses a estimé la consommation moyenne des Français à 1,3 % des apports énergétiques journaliers, et 5 % de la population dépasse le seuil maximal (en particulier les ados).

L’agence rappelle également que la présence de ces graisses dans l’alimentation industrielle “se limite à un intérêt techno-fonctionnel”. Autrement dit, elles sont plus pratiques à utiliser pour les fabricants, mais pas vraiment indispensables. Elle encourage donc “les efforts de réduction de l’utilisation de ces acides gras trans [...] afin de réduire le risque d’exposition”, et le recours à des alternatives.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

Serum elaidic acid concentration and risk of dementia, Neurology, 23 octobre 2019.