Sommaire

La maladie d’Alzheimer correspond à une lente dégénérescence des neurones. Elle touche d’abord l’hippocampe (structure cérébrale essentielle pour la mémoire) avant de s’étendre à l’ensemble du cerveau. Avec environ 1,2 million de malades, elle est la pathologie neurodégénérative la plus fréquente en France. En moyenne, 225 000 nouveaux cas sont diagnostiqués tous les ans. Rare avant 65 ans, elle est particulièrement présente au sein de la gent féminine (2 patients sur 3 sont des femmes). Lors de l'Alzheimer's Association International Conference de 2021, les experts ont tiré la sonnette d'alarme : 150 millions de personnes dans le monde pourraient être concernées par la pathologie d'ici 2050, soit trois fois plus qu’aujourd’hui.

Les premiers symptômes de la maladie d’Alzheimer sont des pertes de mémoire. Au fil des années, des troubles cognitifs plus généraux et handicapants apparaissent comme des troubles de l’orientation, des fonctions exécutives, du langage ou encore de la vision.

Si les causes de la maladie d’Alzheimer sont encore mal connues, plusieurs facteurs de risque ont été identifiés :

  • le terrain génétique ;
  • les maladies cardiovasculaires : les risques augmentent si elles ne sont pas prises en charge (diabète, hypertension, cholestérol, hyperlipidémie...) ;
  • la sédentarité : plusieurs études ont identifié le manque d'activité comme un facteur de risque ;
  • ou encore la survenue de micro traumatismes crâniens, notamment s’ils ont entraîné une perte de conscience et ont été répétés.

Il semblerait également qu’il faut faire attention à son assiette pour se prémunir de la pathologie. Plusieurs recherches assurent que certains aliments favorisent son développement.

Démence : moins de viande rouge pour limiter les risques

Démence : moins de viande rouge pour limiter les risques

Une étude espagnole en 2013* sur 815 personnes suggère que le fer contenu dans la viande rouge augmente le stress oxydatif** et joue un rôle dans le développement de la maladie d'Alzheimer.

Pourquoi : bien qu'essentiel au bon fonctionnement de nos cellules, l'étude montre que le fer est nocif en trop grandes quantités dans l'organisme. Il favorise la formation de radicaux libres et peut endommager les tissus, notamment du cerveau qui y est très sensible.

Le conseil de la nutritionniste : "Le fer reste indispensable. Consommez de la viande ou des œufs riches en fer 5 fois/semaine à raison d'une fois/jour et mangez du poisson les 2 autres jours. Vos besoins sont ainsi couverts sans stress oxydatif" indique le Dr Béatrice de Reynal.

*Romeu M, Aranda N, Giralt M, Ribot B, Nogues MR, Arija V. Diet, iron biomarkers and oxidative stress in a representative sample of Mediterranean population. Nutr J. 2013.

** Le stress oxydatif est une agression de nos cellules par des molécules instables, appelées radicaux libres. C'est un facteur d'inflammation et de mutations cellulaires, en cause dans des maladies comme le cancer notamment.

Sources

Remerciement au Dr Béatrice de Reynal, nutritionniste.

La maladie d'Alzheimer, ministère de la Santé https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-neurodegeneratives/article/la-maladie-d-alzheimer

https://www.inserm.fr/dossier/alzheimer-maladie/

Vidéo : La maladie d'Alzheimer

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.